Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

HISTOIRE HISTOIRES - Le Grand Steeple au travers des âges

Courses / 19.05.2017

HISTOIRE HISTOIRES - Le Grand Steeple au travers des âges

HISTOIRE HISTOIRES

 

Le Grand Steeple au travers des âges

En 1874 et 1875, les deux premières éditions du Grand National de France, rebaptisé Grand Steeple-Chase de Paris en 1876, voient, les 25 et 17 mai, les victoires de deux femelles, Miss Hungerford (Wamba) et La Veine (Ventre Saint Gris, un gagnant du Prix du Jockey Club). Par la suite, c’est le troisième dimanche de juin qui était consacré à Auteuil et à sa Grande course sur le steeple, un dimanche qui succédait aux classiques de Chantilly. C’est à partir de 1924 que les concurrents du Grand Steeple-Chase de Paris emprunteront la piste extérieure, un parcours conçu par Maurice Gillois.

Aujourd’hui et depuis 1998, c’est un retour aux sources avec la programmation de la 139e édition au mois de mai. Par ailleurs, il fête cette année son 84e anniversaire depuis l’exclusion des chevaux de 4ans en 1933. Le 18 juin de cette même année, c’est Millionnaire II (Gros Papa) qui figure au palmarès. Il lui sera rendu hommage après guerre avec une course portant son nom ; elle faisait partie des cinq épreuves préparatoires au Grand Steeple. Dix-huit de ses vainqueurs ont ensuite enlevé le Grand Steeple la même année, dont le dernier en date, Arenice (Brezzo), offrant une première victoire dans la course à Guillaume Macaire. À la suite de l’avancement de l’épreuve majeure au mois de mai, le Prix Millionnaire II a été supprimé. Pour l’anecdote, Katko (Carmarthen) a gagné, en 1988, les quatre préparatoires auxquelles il a participé, y compris le Prix Millionnaire II avant de remporter la belle.

 

So French pour l’histoire. Depuis 1933, l’année du retrait des chevaux de 4ans, 6 chevaux ont réussi à garder leur titre l’année suivante : Lindor (Mon Talisman), Hyères III (Tosco), Huron (Pas de Quatre), Katko (Carmarthen), Ucello II (Quart de Vin) et Mid Dancer (Midyan). Hyères III et Katko ont gardé leur titre trois années consécutives. Quant à Mid Dancer, ses deux succès venaient après une première victoire quatre ans plus tôt. Pour So French (Poliglote), c’est donc le jour pour faire partie de cette liste.

So French n’a participé cette année qu’à une seule préparatoire sur le steeple, le Prix Murat, qu’il a enlevé. Jasmin II (Trenel), lui aussi, n’avait gagné que le Prix Murat avant de faire le doublé. Le dernier lauréat du Prix Murat, vainqueur la même année du Grand Steeple, se nomme Kotkijet (Cadoudal) et son doublé remonte à 2001.

La propriétaire de So French, Mme Magalen Bryant, est la double tenante du titre avec la précédente victoire de Milord Thomas (Kapgarde), le grand absent en ce mois de mai. Son entraîneur, Guillaume Macaire, avait réalisé le jumelé l’an dernier avec la présence sur la deuxième marche du podium de Storm of Saintly (Saint des Saints), un autre grand absent du jour.

Notons que le propre frère de So French, Device, sera candidat samedi au Prix La Barka (Gr2), préparatoire à la Grande Course de Haies d’Auteuil.

 

Le vieux Shannon Rock. Comment ne pas évoquer le cas de Shannon Rock (Turgeon) qui se présente pour la sixième fois au départ du Grand Steeple-Chase de Paris ? Au nombre de participations, il rejoint le pensionnaire de Gilles Chaignon, Urga (Baby Turk) et surtout Mid Dancer (Midyan), triple lauréat et trois fois placé. Seul Quo Vadis (Tourbillon) avait fait mieux en participant à l’épreuve majeure à 7 reprises de 1954 à 1961, de 7ans à 14ans.

 

Shannon Rock, comme Congress, Mandarin ou Mid Dancer. L’an dernier, Shannon Rock n’était pas rentré dans l’argent après 4 deuxièmes places consécutives. Malgré tout, il est toujours maiden depuis novembre 2013, l’année de sa victoire dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1). À 11ans, tout espoir de victoire est encore permis puisque 4 lauréats l’ont déjà fait : en 1962 et en 2012, Mandarin (Deux Pour Cent) et Mid Dancer l’avaient emporté, tout comme Congress (Compromise) en 1877 et Portmore (Meleager) en 1926.

 

Le difficile doublé Maurice Gillois – Grand Steeple. Le Prix Maurice Gillois consacre le meilleur steeple-chaser de 4ans à l’automne. Rares sont ceux ayant fait le doublé dès l’année suivante dans le Grand Steeple-Chase de Paris. Ce pourrait être le cas de Carriacou (Califet), lauréat l’automne dernier. En cas de victoire, il rejoindrait les six autres lauréats ayant fait le doublé, dont Katko, et le dernier, un certain So French.

 

Le Prix William Head, une préparatoire possible. Listed depuis 2004, le Prix William Head est souvent utilisé comme préparatoire au Grand Steeple-Chase de Paris pour les candidats n’ayant pas couru certains groupes du début d’année. Le candidat Bipolaire (Fragrant Mix) en est le vainqueur le 21 avril dernier, devançant Winneyev (Goldneyev) et Vanilla Crush (Martaline), autres candidats du jour. Deux lauréats du Prix William Head ont ensuite fait coup double en s’adjugeant le "Graal" dans la foulée : Line Marine en  2003 et Princesse d’Anjou en 2006. Certains, tels que Storm of Saintly ou Shannon Rock, s’y sont placés...

 

Les jeunes au pouvoir. Deux juments de 5ans sont candidates à la succession de Princesse d’Anjou (Nononito), lauréate en 2006, l’année de ses 5ans. L’année précédente, Ma Royale (Garde Royale), elle aussi âgée de 5ans, avait échoué d’un nez. Contrairement à Princesse d’Anjou qui n’avait pas remporté de préparatoires l’année de son premier sacre, Perfect Impulse (Poliglote) a gagné 2 des 4 préparatoires du printemps dernier.

Depuis 1933, outre Princesse d’Anjou, trois juments figurent au palmarès, Hève (à 8ans), Line Marine (à 6ans) et Hyères III (de 6 à 8ans). À noter qu’en 1931 La Frégate (Jus d’Orange) l’avait emporté à 5ans. Toujours depuis 1933, 16 chevaux de 5ans, mâles et femelles confondus, se sont imposés face à leurs aînés. Notons qu’à 5 ans, Al Capone II (Italic) avait dû se contenter de la deuxième place et son propre frère, The Fellow, de la troisième marche.

 

Le vainqueur de la première. Derrière les élastiques sera présent Mali Borgia (Malinas), le gagnant de la toute première préparatoire, le Prix Robert de Clermont-Tonnerre. Comme lui, Line Marine (Agent Bleu) et Fondeur (Devon) avaient fait de même avant de remporter le Grand Steeple.

 

Les AQPS en nombre. 4 candidats qualifiés d’Autre que de Pur-Sang sont au départ. Rappelons qu’Isopani (François Saubaber) est le premier demi-sang vainqueur, l’année du raccourcissement de la distance qui était passée de 6.500 à 5.800 mètres. C’était en 1981. Depuis, 12 éditions sont revenues à cette race, dont le dernier Polar Rochelais (Le Balafré), qualifié d’anglo de complément.

 

Macaire-Gallorini, même combat. Guillaume Macaire et Jean-Paul Gallorini pourraient, en cas de victoire, rejoindre leurs éminents confrères qu’étaient Wallace Davis, Léon Gaumondy et André Adèle et qu’est François Doumen, lauréats de 5 Grand Steeple-Chase de Paris chacun. Seul Bernard Sécly a fait mieux à ce jour avec 6 victoires.

 

Place aux jeunes jockeys. Tristan Lemagnen, le pilote de Perfect Impulse, n’a pas encore 19 ans. Olivier d’Andigné vient tout juste d’avoir 19 ans (né le 11 avril 1998). Tous les deux sont mayennais et tous les deux sont au service d’Arnaud Chaillé-Chaillé.

Né le 11 juin 1998, Tristan pourrait devancer le plus jeune jockey ayant enlevé le Grand Steeple, Thierry Doumen (né en avril 1979), vainqueur le 24 mai 1998. Son suivant n’est autre qu’un certain Noël Pelat, âgé de 19 ans, 3 mois et 21 jours, vainqueur en 1936 en selle sur un pensionnaire de son frère Georges. Avant-guerre, René Sauval avait enlevé, en 1906, le premier de ses deux Grand Steeple ; il était âgé de 17 ans, 1 mois et 27 jours.

 

L’étranger absent. Comme l’an dernier, aucun concurrent en provenance de l’étranger n’a daigné se rendre à Auteuil. Le dernier étranger vainqueur du Grand Steeple-Chase de Paris remonte à 1962, avec le succès de Mandarin. Batman Senora, en 2003, est le dernier étranger à être rentré dans l’argent. Il est précédé de Captain Christy, deuxième d’Air Landais en 1975.