EN REGIONS - L’hippodrome de la Hardt, la fierté des habitants de Wissembourg

Courses - Institution / Ventes / 03.05.2017

EN REGIONS - L’hippodrome de la Hardt, la fierté des habitants de Wissembourg

 

L’hippodrome de la Hardt à Wissembourg est en activité depuis 153 ans. Ce lundi, il accueillait sa première réunion de l’année. Paul Schiellein, directeur d’honneur de l’hippodrome de Wissembourg, nous a présenté l’histoire et les traditions de cet hippodrome pittoresque.

Au temps de Napoléon. Dès 1864, Wissembourg accueillait un marché de chevaux le matin du lundi de Pentecôte et c’est de là que tout a commencé. Paul Schiellein nous a raconté : « Après avoir acheté leurs chevaux, les villageois rentraient chez eux via la Hardt. Ils couraient entre eux pour comparer le niveau et la qualité de leurs chevaux. Napoléon III décidait parfois de racheter certains chevaux de qualité pour les courir sur l’hippodrome. C’est ainsi que les premières courses à Wissembourg sont devenues officielles. » En 1932, le pari mutuel est apparu sur les champs de courses. Plus tard, Wissembourg a pu organiser trois journées de courses annuelles. « Nous avions une seule réunion au départ, le jour de la Pentecôte, avec huit courses au programme. C’est à partir des années 1970 que nous avons eu droit à une deuxième journée de courses et, petit à petit, nous avons poussé jusqu’à une troisième. » L’hippodrome a subi quelques travaux.  « Il n’était pas question de dépendre uniquement des aides publiques. Nous avons donc installé un centre d’entraînement. » Dans les années 1980, deux bâtiments ont été construits pour abriter des guichets PMU et une partie de l’hippodrome a été rénovée en 2008. Il compte également une centaine de boxes et deux tribunes, d’une capacité de 1.050 personnes au total.

Le théâtre des débuts de Danedream. Le centre d’entraînement réunit environ 65 chevaux. L’hippodrome possède des pistes en gazon de très bonne qualité, où plusieurs grands gagnants ont débuté. Paul Schiellein se souvient : « Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir vu débuter et gagner Danedream (Lomitas) à Wissembourg. Elle a ensuite remporté le Prix de l’Arc de Triomphe ! Elle a fait connaître notre hippodrome un peu partout. Suite à cela, nous avons eu droit à une quatrième réunion annuelle. »

Des traditions qui perdurent. L’hippodrome de Wissembourg est un lieu où règnent convivialité et partage. « Les gens viennent aux courses à la Hardt pour passer un bon moment, à la campagne. Ils ont la possibilité de découvrir des produits du terroir, grâce aux stands locaux. Nous sommes cachés, à proximité de la forêt. Il suffit de traverser les bois pour venir aux courses. Nous insistons sur le fait que c’est un endroit de sociabilité. » Traditionnellement, à la fin de la réunion du 1er mai, les spectateurs avaient pour habitude de sauter dans la rivière. Paul Schiellein a précisé, non sans humour, à ce sujet : « Cela devait coïncider avec l’anniversaire d’un des présidents et effectivement, quand il fait beau, ce sont des choses qui se font. Mais le temps n’était pas au rendez-vous cette année. » La réunion du lundi 1er mai a tout de même comptabilisé 1.800 entrées et un montant total d’enjeux de 68.000 €, « ce qui est mieux que l’an dernier », a ajouté Paul Schiellein.

Des courses hippiques aux camps de scouts. L’hippodrome met tout en œuvre pour accueillir au mieux ses spectateurs. « Chaque jour de courses, nous proposons une visite guidée de l’hippodrome, en passant par la tour des commissaires, la pesée des jockeys, les guichets PMU où on explique au public comment jouer. Et je dis souvent "pour 2 €, ce cheval vous appartient pendant 3 minutes". Et ça marche ! (rires) » Hors journées de courses, l’hippodrome de la Hardt accueille des camps d’été de scouts, des congrès, des groupes de personnes âgées, entre autres. « Nous avons aussi eu le championnat d’Alsace de tir à l’arc ainsi que des concours de saut d’obstacle. Nous sommes ouverts à beaucoup d’activités pourvu qu’à 21h heures, il n’y ait plus aucun bruit. »

Une fierté locale. L’hippodrome est entretenu par une soixantaine de bénévoles. Il vit également grâce aux partenariats avec des entreprises locales et des associations de différentes natures. La prochaine réunion de courses aura lieu le 25 mai et sera organisée en partenariat avec une association d’agriculteurs. Le 5 juin, le jour de la Pentecôte, des groupes folkloriques seront à l’honneur, « C’est une journée de grandes festivités à Wissembourg, et les courses font partie des réjouissances ». Le 18 juin, l’hippodrome accueillera une étape du G.T.I. Cette journée sera animée par une fanfare pour « un apéritif musical, avant le début des courses ».