Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une réunion sur les parcours d’obstacle de Compiègne

Courses / 18.05.2017

Une réunion sur les parcours d’obstacle de Compiègne

Ce mardi, Compiègne accueillait une réunion de travail sur les parcours d’obstacle de l’hippodrome du Putois. Jean d’Indy, vice-président de France Galop et président du Conseil de l’obstacle, nous a présenté les conclusions de cette réunion.

Jour de Galop. –  Quel était l’objectif de cette réunion ?

Jean d’Indy. – Elle vient conclure la première des trois phases de l’aménagement de Compiègne. Cette première étape s’est concentrée sur le parcours extérieur. La deuxième est l’ouverture dès septembre des deux diagonales. Et la troisième est la création d’une deuxième piste avec des obstacles pour les jeunes chevaux dans la ligne d’en face. Mardi, l’objectif était de faire le point sur ce qui va et ce qui ne va pas sur les parcours actuels. Nous avons fait le tour à pied et les professionnels ont fait des suggestions sur des obstacles de la ligne d’en face.

Quels sont les changements à venir ?

Au premier semestre, nous avons refait des obstacles. Nous avons par exemple changé des barres d’appel et comblé un fossé avec du sable. L’hippodrome remplit sa fonction mais il faut toujours chercher à améliorer les choses. Nous sommes dans un contexte où il faut réaliser des économies mais cela doit se faire avec discernement. Les professionnels ont été consultés et nous nous sommes rendus au pied de chaque obstacle qui aurait pu être sujet à modification. Les techniciens de France Galop et de la société privée qui s’occupe des obstacles verront si ces remarques sont réalisables. Mais la discussion est ouverte. Pour le parcours de steeple face aux tribunes, nous voulions installer un parc à mouton. Les jockeys souhaitaient une double haie vive. Les techniciens ont dit que d’ici septembre, en tenant compte de la croissance des végétaux, le délai était trop court pour avoir une haie vive. Il faut de beaux obstacles pour le public. Jacques Ricou a proposé un talus. Il faut voir si cela est réalisable d’ici le mois de septembre. Nous ferons une autre réunion à la fin du mois de novembre pour préparer la troisième phase qui commencera en 2018.