THE GURKHA COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1) - Sobetsu, la leçon de Godolphin aux françaises

Courses / 14.05.2017

THE GURKHA COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1) - Sobetsu, la leçon de Godolphin aux françaises

DEAUVILLE, DIMANCHE

 

Ce dimanche, dans l’édition 2017 du The Gurkha Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1), les pouliches françaises ont été très nettement battues par l’anglaise Sobetsu (Dubawi). Mais dans leur défaite, les françaises ont malgré tout une certaine chance. En effet, aux yeux des Anglais, les Oaks d’Epsom ont plus de charme que le Prix de Diane Longines (Gr1). Le cheikh Mohammed ne court pas après les allocations et même si Sobetsu (Dubawi) pourrait être la grande favorite du classique cantilien, son propriétaire pourrait préférer Epsom. Une lauréate par trois longueurs du Saint-Alary partirait à égalité, ou presque, dans le Diane, comme Stacelita (Monsun) en 2009 ou Sarafina (Refuse to Bend) en 2010, les deux dernières lauréates des deux Grs1.

Une pouliche dure de terrain souple. Sobetsu a dominé d’une classe ses adversaires. Elle s’est placée à l’extérieur d’Estelle Ma Belle (Air Chief Marshall) et William Buick a attendu la ligne droite pour lui demander de prononcer son effort. La représentante Godolphin a démarré sèchement et a mis dans le rouge toutes ses rivales. En 10’’77 (le temps qu’elle a mis des 400 aux 200 derniers mètres), elle a dit au revoir au peloton et s’est promenée dans les derniers 100m.

Sobetsu a bouclé les derniers 400m en 22’’85, largement plus vite que les poulains de la Poule (24’’78).  Impressionnante lauréate (par dix longueurs) lors de sa deuxième sortie à Newmarket, elle fut jugée assez bonne pour le Fillies’ Mile (Gr1), où elle a causé une forte déception. Son entraîneur, Charles Appleby, nous en livre l’explication : « Le terrain est très important pour Sobetsu. Elle a connu deux défaites sur du terrain léger alors qu’elle a dominé deux fois dans le bon ou souple. La pouliche a passé un bon hiver et elle était splendide au rond. J’étais très confiant. »

Epsom plus que Chantilly. La victoire de Sobetsu a moins séduit les handicapeurs du Racing Post qui ont affiché une valeur 109. Les bookmakers ont baissé sa cote à 8/1 pour les Oaks alors que Rhododendron, favorite, est à 2/1. Charles Appleby a ajouté : « Je ne pense pas que la piste d’Epsom puisse la déranger parce que c’est une pouliche très équilibrée, avec une action fluide, et les 2.400m ne sont pas un problème d’après William Buick. La question est celle du terrain. Elle ira où l’on trouvera les meilleures conditions pour qu’elle s’exprime. »

Une Vue Fantastique… sur le Diane. La dernière victoire d’une pouliche entraînée à l’étranger remonte à 1987, quand Indian Skimmer (Storm Bird) s’était imposée de deux longueurs et demie avant de dominer la grande Miesque (Nureyev) dans le Diane. Mauvais signe pour les françaises… Vue Fantastique (Motivator), pour sa première sortie sous la casaque de Martin Schwartz, celle de Stacelita, a bien profité d’un parcours "à la Peslier", dans le dos des animatrices, et s’est octroyée une bonne deuxième place. Son entraîneur, Fabrice Chappet, nous a dit : « Elle court très bien et a besoin d'une course rythmée. C'est une véritable pouliche de 2.000m, voire 2.100m. Elle est très bonne deuxième. La gagnante était supérieure aujourd’hui. Ma pensionnaire progresse de 4 kilos à chaque course, c'est très encourageant. À terme, son avenir est aux États-Unis, mais dans un premier temps elle devrait se diriger vers le Prix de Diane Longines. Son propriétaire, Martin Schwartz, a une certaine affinité avec cette course… »

Une belle rentrée de Coronet. Coronet (Dubawi) effectuait une grande rentrée ce dimanche, n’ayant pas été revue depuis sa victoire dans les Zetland Stakes (L), au début du mois d’octobre dernier, où elle battait un certain Cunco (Frankel). On a beaucoup parlé de ce poulain, qui avait été le premier gagnant de son père, Frankel, et qui a, depuis, remporté le Classic Trial (Gr3). Coronet n’a rien pu faire contre Sobetsu, qui était au-dessus aujourd’hui et, malgré sa très bonne fin de course, elle n’a pas non plus inquiété Vue Fantastique. Mais Coronet montre qu’elle a sa place dans les Groupes et, étant donné sa manière de courir, elle devrait être encore mieux sur les 2.400m dans le futur.

Son entraîneur, John Gosden, nous a dit : « Elle court très bien pour sa rentrée et trace une bonne fin de course. C’est sa manière de courir : elle doit revenir de l’arrière. Je suis très content de la pouliche. Elle n’est pas démonstrative le matin et a besoin de temps pour se remettre en route. Cette rentrée lui fera du bien. Nous allons nous diriger directement sur les 2.400m, soit dans les Oaks (Gr1), soit dans les Ribblesdale Stakes (Gr2). Aujourd’hui, le terrain était aussi un peu trop souple pour elle, je pense qu’elle sera mieux sur les pistes bonnes à légères.»  Lanfranco Dettori a ajouté : « C’est La vrai pouliche de 2.400m. Elle a été prise de vitesse à un moment et c’est pour cela que j’ai préféré la dégager à l’extérieur pour lui donner tous ses aises. On reparlera d’elle plus tard… »

Hebah au courage. Hebah (Sea the Stars) a tracé une belle ligne droite. Placée dans le sillage de Gold Luck (Redoute’s Choice), elle a été courageuse pour lui subtiliser la quatrième place. Jean-Claude Rouget, entraîneur de Hebah, nous a confié : « Elle fait sa course, elle est à sa place. Elle a bien répondu dans la phase finale et bat des pouliches de l'autre jour. Il n'y a rien à dire. »

Un problème de distance. Gold Luck a été quatrième pendant tout le parcours. Elle avait une très bonne position dans le sillage des pouliches de tête. À la suite de son bon parcours, elle est venue facile aux 300m, puis elle s’est complètement arrêtée. Les troisième, quatrième, cinquième et sixième (Lady Frankel) finissent dans un mouchoir de poche. L’entraîneur, de Gold Luck, Freddy Head, a déclaré : « Elle a eu une très bonne course, mais n'a pas fini. Elle s'est vraiment ralentie durant les 100 derniers mètres. Elle aurait du être deuxième et puis elle a vraiment complètement cédé à la fin. »

WEATHERBYS : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/05/sobetsu.pdf

Le croisement d’Al  Kazeem. Sobetsu est le vingt-huitième gagnant de Gr1 de son père, Dubawi (Dubai Millennium). Le grand étalon de Darley n’a pas encore donné une gagnante classique alors que les mâles ont remporté les 2.000 Guinées à deux reprises (Makfi et Night of Thunder), le Prix du Jockey Club (New Bay) et le Derby allemand (Waldpark). Sobetsu est le fruit du croisement de Dubawi sur Darshaan, comme le très bon Al Kazeem, lauréat de trois Grs1.

La mère de Sobetsu, Lake Toya, placée de Listed à plusieurs reprises en France sous la férule d’André Fabre, a décroché son succès black type à Windsor après avoir intégré l’effectif de Saeed bin Suroor. Sobetsu est sa deuxième gagnante et Darley a vendu deux de ses demi-sœurs. La deuxième mère, Shinko Hermes (Sadler’s Wells), a produit dix gagnants, dont un au niveau Listed, et une de ses filles, l’inédite Hermes Tiara (Brian’s Time) a donné Dee Majesty (Deep Impact), lauréat des 2.000 Guinées du Japon et troisième du Derby nippon (Grs1). Shinko Hermes est une propre sœur de la gagnante des Oaks Imagine et une demi-sœur de Generous (Caerleon), double lauréat de Derby. Margarethen (Tulyar), la quatrième mère, est l’aïeule des championnes Trêve (Motivator), Trillion (Hail to Reason) et Triptych (Riverman).

Pour retrouver l’histoire de cette famille, de nos 1920 à nos jours : http://jourdegalop.com/2015/08/le-grand-pedigree-dodeliz-a-treve-de-1920-a-2015/

Seeking the Gold
Dubai Millennium
Colorado Dancer
Dubawi
Deploy
Zomaradah
Jawaher
SOBETSU (F3)
Shirley Heights
Darshaan
Delsy
Lake Toya
Sadler's Wells
Shinko Hermes
Doff the Derby

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1000m: 1’04’’77

De 1.000 à 600m: 25’’54

De 600m à 400m: 13’’36

De 400m à 200m: 10’’77

De 200m à l’arrivée: 11’’48

Temps total: 2’05’’92

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce dimanche, Hernan Hildemaro Rodriguez Nunez a signé un coup de deux à Dax. Il s’est imposé sur les haies, dans le Prix Fragilité - Grand Prix Dynavena Ceres, avec une pensionnaire de Frédéric Sanchez, et dans le Prix Ketch, sur le steeple-chase, pour le compte de Jean-François Cuenca. Avec un protégé de son patron, Antoine de Watrigant, il a pris une deuxième place dans une épreuve pour les inédits sur les haies.