KING’S STAND STAKES (GR1) - Madame vole

Courses / 20.06.2017

KING’S STAND STAKES (GR1) - Madame vole

 ROYAL ASCOT (GB), MARDI

Lady Aurelia (Scat Daddy) n’est pas bien grande, mais c’est une vraie fusée. Elle a survolé l’édition 2017 des King's Stand Stakes (Gr1). La pouliche américaine s’est imposée face à ses aînés sans forcer, en 57’’54, soit le meilleur temps des dix dernières éditions. Le français Signs of Blessing (Invincible Spirit), malchanceux pendant le parcours, se classe seulement huitième.

Un deuxième Gr1 spectaculaire. À 200m de l’arrivée, John Velazquez, qui remplaçait un Dettori privé de Royal Ascot pour cause de douleur à l’épaule, a pris le meilleur avec Lady Aurelia. Dès lors, la course était terminée. La pouliche s’est envolée en pleine piste, à peine sollicitée aux bras. Les trois longueurs d’avance au passage du poteau n’attestent pas de la supériorité de l’américaine : visuellement, sa performance est bien plus spectaculaire. Même si elle a gagné le Darley Prix Morny (Gr1, 1.200m), son vrai sport reste les 1.000m, et elle le prouve encore ce mardi.

Direction les Nunthorpe Stakes. Son entraîneur, Wesley Ward, a déclaré après la course : « C’est le cheval d’une vie. En accord avec ses propriétaires, je pense qu’elle devrait à présent se diriger sur les Nunthorpe Stakes (Gr1). Si elle a encore envie de courir et qu’elle est en bonne santé, tout pousse à croire qu’elle reviendra ici l’an prochain. Je suis forcément ravi pour John Velazquez, mais j’ai un pincement au cœur quand je pense à Frankie qui devait la monter. » Ce mardi, Lady Aurelia ne portait pas d’œillères. Après les Nunthorpe Stakes, son entourage a évoqué le Breeders’ Cup Sprint, en novembre à Del Mar, et The Everest, en Australie, au mois d’octobre.

Le tenant du titre nettement battu. L’an dernier dans les Queen Mary Stakes (Gr2), à 2ans, Lady Aurelia avait signé un meilleur temps que les chevaux d’âge dans les King's Stand Stakes. Il y a donc une certaine logique à ce que Profitable (Invincible Spirit), le tenant du titre, se classe deuxième ce mardi. Il a fait preuve de courage après avoir fait une partie de la course en tête. Mais ce n’était pas suffisant face à une telle pouliche. Profitable restait sur une deuxième place dans le Prix de Saint-Georges (Gr3), où il était nettement dominé par Signs of Blessing. Marsha (Acclamation), la lauréate du Qatar Prix de l'Abbaye de Longchamp 2016, a bien fini pour décrocher une proche troisième place.

Signs of Blessing n’a pas fait sa valeur. Après avoir eu du mal à se mettre dans le rythme de la course, Signs of Blessing a eu du mal à trouver le passage. Stéphane Pasquier a dû le décaler, perdant ainsi de précieuses longueurs, pour produire son effort. Le jockey français a déclaré : « J’ai manqué de rythme sur une piste assez rapide. À Deauville, c’était plus souple et nous avions pu faire ce que nous voulions pendant le parcours. Aujourd’hui, j’ai rapidement eu du retard et cela s’amplifiait à chaque foulée. Il ne fait pas sa valeur. »

La fille d’une championne portoricaine. Élevée aux États-Unis par Stonestreet, Lady Aurelia a été achetée 350.000 $ à la vente de yearlings de Keeneland en septembre, par George Bolton et Peter Leidel. C’est une fille du regretté Scat Daddy, dont la descendance se plaît à Ascot (Caravaggio, Acapulco, No Nay Never…), et de D’Wildcat Speed (Forest Wildcat), qui fut une championne à Porto Rico. La deuxième mère, Velvet Panther (Pentaquod), a elle aussi été une championne dans ce pays et D’Wildcat Speed fut son meilleur produit, mais elle a donné d’autres placés de Stakes.