Le mot de la fin - Illusion

Autres informations / 23.07.2017

Le mot de la fin - Illusion

On a découvert le secret d’Olivier Peslier et de sa carrière exceptionnelle. Il a réussi à transformer en réalité le rêve de Cash Asmussen. Le pilote texan avait dit un jour qu’il avait un grand regret, ne pas pouvoir monter deux chevaux dans la même course. C’est un artifice de la photographie, une forme d’art que certains n’apprécient pas, ou de la poudre de perlimpinpin, mais sur le poteau du Prix du Carrousel, ce dimanche à Maisons-Laffitte, on voit bien qu’en plus de Fun Mac, notre Olive montait aussi Vent de Force. Il a poussé en peu plus avec le bras droit, il a repris avec le gauche et… roulements de tambour. Le pensionnaire de Hughie Morrison avec la casaque historique de la famille McAlpine a gagné.

C’est du grand Peslier, celui que l’on aime depuis toujours. D’un autre grand pilote, Jerry Bailey, on disait qu’il pouvait monter six chevaux dans une course parce qu’il prenait une position dans le peloton et il forçait les autres à faire des choix bénéfiques pour son cheval à lui. Un maître de la tactique, mais même le jockey qui avait remporté la Breeders’ Cup Classic avec un cheval dont il ne connaissait même pas le nom (Arcangues) n’avait jamais réussi à monter deux chevaux dans un finish.