Le mot de la fin - Main

Autres informations / 12.07.2017

Le mot de la fin - Main

L’information avait déjà fait le tour de la planète hippique il y a quelques années. Elle est revenue sur le devant de la scène ces derniers jours (en même temps d’ailleurs que la polémique sur le sort réservé aux apprentis outre-Manche !). Le Kurtsystem, du nom de son inventeur, Mehmet Kurt, est désormais opérationnel dans la structure anglaise du propriétaire turc, Kingwood Stud, située à Lambourn (pour lire l’article d’ITV News et la vidéo du concept, cliquez ici : http://www.itv.com/news/2017-07-11/the-future-of-racing-new-20m-machine-puts-horses-through-their-paces/). L’objectif de cette machine : préparer les jeunes pur-sang sans l’intervention de l’homme sur le dos, ceci afin d’éviter les erreurs des cavaliers. L’ironie veut que ce nouvel "outil" ait été installé dans un haras historique, créé en 1924 par le capitaine Ossie Bell et Sir Hugo Cunliffe Owen et où ont été entraînés les classiques Felstead et Rockfel, mais aussi là où a été formé le jockey Tommy Gosling, l’une des vedettes de l’après-guerre. Ces trois-là ne sont plus de ce monde et ils doivent sûrement se retourner dans leur tombe en voyant une telle machine. Difficile d’imaginer que le dressage du cheval puisse se passer de la main de l’homme. Calme, en avant et droit, enseignait le général L’Hotte au XIXe siècle. Une doctrine qui a traversé les époques et les disciplines, mais qui demande un prérequis : la sensibilité. Un détail sans doute oublié dans le concept…