Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Sept temps forts qui vont enflammer les îles Britanniques cet été - Par Franco Raimondi

Courses - International / 22.07.2017

Sept temps forts qui vont enflammer les îles Britanniques cet été - Par Franco Raimondi

Sept temps forts qui vont enflammer les îles Britanniques cet été

Par Franco Raimondi

Les choses sérieuses recommencent dès samedi prochain en Angleterre, avec les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1), à Ascot. Franco Raimondi a listé pour vous sept temps forts qui devraient enflammer les courses britanniques cet été…

Maman Hveger et les King George en famille

Galileo (Sadler’s Wells) est en train de réécrire le livre des records, mais maman Hveger (Danehill) fera la une samedi 29 juillet, le jour des King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1). Elle sera représentée par ses deux fils, le métronome Highland Reel, tenant du titre, et le talentueux Idaho. Une jumelé de propres frères, ce serait du jamais vu dans la grande course d’Ascot, mais aussi dans les autres épreuves top niveau. Après la sage décision de John Gosden qui garde Enable (Nathaniel) pour les Yorkshire Oaks (Gr1) avec l’Arc de Triomphe en perspective, les deux chevaux les plus en vue, ce sont eux ! Highland Reel a démontré sans aucun doute – en attente de revoir Almanzor (Wootton Bassett) — que sur 2.400m, il est le plus fort d’Europe et son petit frère Idaho a remporté les Hardwicke Stakes (Gr2), un bon tremplin pour le grand rendez-vous de fin juillet, même si au cours de ce siècle, seuls deux chevaux (Harbinger et Doyen) ont réalisé Hardwicke – King George. La course d’Ascot nous a peut-être un peu gâtés, mais ce n’est pas de la faute de Galileo, ni de Hveger, ni de Highland Reel ou d’Idaho, si les 3ans sur 2.400m se sont avérés jusqu’à présent moyens.

Sixties Song, un défi hors saison

Sixties Song (Sixties Icon) est une autre attraction des King George VI and Queen Elizabeth Stakes. Un cheval argentin à Ascot, c’est une première, mais pas une blague. Il est le meilleur cheval d’un grand pays d’élevage qui produit plus de 8.000 foals par an et exporte ses champions. Satono Diamond (Deep Impact), le candidat japonais à l’Arc, est issu de la gagnante de Gr1 argentine Malpensa (Orpen), pour ne citer qu’un exemple.

Sixties Song a remporté à 3ans et à une grosse cote le Carlos Pellegrini (Gr1), qui est appelé improprement l’Arc d’Argentine, car la course se dispute en décembre, soit à la mi-juin selon un calendrier européen. Il a voyagé ensuite au Chili ou en mars (l’équivalent du mois de septembre chez nous), il s’est imposé dans le Gran Premio Latino Americano (Gr1). Il a eu un petit break, suite à une négociation qui n’a pas abouti, et a fait sa rentrée le 25 mai (fin novembre). J’ai converti les mois en hémisphère nord pour donner l’idée de la difficulté de sa tâche. C’est comme si un de nos très bons chevaux était envoyé à l’autre bout du monde pour courir la grosse épreuve le 29 janvier. Même Black Caviar (Bel Esprit) est passée pas loin de la défaite dans des conditions pareilles. Et elle ne devait faire qu’un sprint…

Goodwood, à l’heure du Qatar

Sous l’impulsion de la famille Al Thani, le meeting de Goodwood a changé de visage aussi bien que de calendrier. Si vous avez des habitudes de vieux garçon, attention ! Remettez vos pendules à l’heure : les Qatar Nassau Stakes ne sont plus le samedi et la Qatar Goodwood Cup passe du jeudi au mardi 1er août, le premier jour du meeting, remplacé par la course des femelles. Ce nouveau programme garde comme point cardinal les Qatar Sussex Stakes (Gr1) de mercredi et c’est très innovant. Le samedi, les organisateurs ont couru le risque de laisser comme pièce forte la Stewards’ Cup, le handicap aux allures de charge de cavalerie sur 1.200m. Pour nous, les continentaux, c’est difficile à comprendre, comme l’est le cricket, mais l’idée est bonne et le Glorious Goodwood est depuis toujours, d’un point de vue strictement technique, un meeting assez spécial. La Qatar Goodwood Cup, promue Gr1 et renforcée dans l’allocation (500.000 £) est devenue la course open pour les chevaux de tenue les plus riches d’Europe. Mardi 1er août, on aura droit à un défi historique : Big Orange (Duke of Marmalade) sera-t-il capable de la remporter trois fois consécutivement ? Double Trigger (Ela-Mana-Mou) a gagné en 1995, en devançant son propre frère Double Éclipse, et après avoir fait l’impasse en 1996, il a remporté le marathon en 1997 et 1998.

Les Sussex, avec comme arbitre monsieur Zelzal 

Les Qatar Sussex Stakes sont la championship race estivale pour les milers en Angleterre depuis toujours. Et chaque année, nos amis bookmakers nous proposent un grand match entre le meilleur des 3ans et le meilleur cheval d’âge. L’histoire de la course montre que le match n’a souvent pas lieu, parce que sur les cinquante dernières éditions, les jeunes mènent au score de 35 à 15. Depuis 2008, donc sur neuf éditions, seuls deux chevaux d’âge ont gagné. Le premier est Frankel (Galileo), un cheval sans âge, et l’autre Solow (Singspiel), imbattable à ce moment. Le match de cette année est Ribchester (Iffraaj) face à Churchill (Galileo) et avant Royal Ascot, on aurait pris, les yeux fermés, le 3ans. Royal Ascot nous a fait découvrir le meilleur Ribchester et le frère stupide de Churchill. Les bookmakers n’ont jamais les yeux fermés et ils proposent Ribchester favori, alors que la cote de Churchill continue à monter, même après l’annonce que Barney Roy (Excelebration) ne sera pas raccourci après les Eclipse Stakes. N’oubliez pas que dans tous les matchs, il y a aussi un arbitre. Et mercredi 2 août à Goodwood, monsieur l’arbitre est un français, Zelzal (Sea the Stars)…

Winter et le test de tenue

Tiendra, tiendra pas ? En attendant de le savoir, elle domine d’une classe les femelles de 3ans sur le mile et est aussi en tête au classement des Cartier Racing Awards pour le titre de Horse of the Year. Elle, c’est bien sûr Winter (Galileo) qui a remporté, avec une moyenne de trois longueurs d’avantage, les 1.000 Guinées, les 1.000 Guinées irlandaises et les Coronation Stakes. En théorie, elle n’a plus rien à prouver sur 1.600m, sauf affronter les mâles, ce qui chez Coolmore n’est pas trop envisagé. Le défi pour Winter est de rallonger sur 2.000m, et elle le fera jeudi 3 août à Goodwood dans les Qatar Nassau Stakes (Gr1). Le coup est jouable, mais Winter ne gagnera pas si elle est une pure pouliche de 1.600m. La grise est issue du croisement de Galileo avec une jument de vitesse pure, Laddies Poker Two (Choisir). Un ami m’a fait remarquer que le même croisement a bien produit sur le plan de la classe, mais avec des limites de tenue. Il avait oublié que la mère de Frankel, Kind (Danehill) avait décroché son black-type sur 1.200m.

Enable et Lady Aurelia, aux extrêmes

Deux pouliches se partagent le rôle de grande favorite du mois d’août en Angleterre : Enable (Nathaniel) dans les Darley Yorkshire Oaks (Gr1) le 24 août, et Lady Aurelia (Scat Daddy), le jour suivant dans les Coolmore Nunthorpe Stakes (Gr1). Elles sont le jour et la nuit, encore plus que les sponsors des deux courses. Enable n’a pu montrer son vrai visage que lorsqu’elle a été rallongée sur 2.400m, Lady Aurelia a laissé entrevoir des failles quand on lui a demandé de parcourir 1.200m. L’antepost betting pour les Yorkshire Oaks n’est pas encore assez sérieux et fiable, alors que tous les bookmakers formulent leurs offres pour le sprint de York. Le plus radin ne propose que 4/7 (1,57 en décimale) pour la pensionnaire de Wesley Ward, en oubliant que sur la ligne droite de York, un mauvais numéro à la corde peut coûter très cher. Lady Aurelia a séduit tout le monde à Royal Ascot et en Australie, deux investisseurs différents qui ont acheté le droit à courir dans le déjà célèbre Everest, veulent avancer une proposition aux propriétaires de la pouliche américaine, avant de courir leur propre cheval, pour dix millions de dollars.

Clemmie et September, croisement interdit

Clemmie (Galileo) ou September (Deep Impact) ? Il faudra un peu de patience parce que les Moyglare Stud Stakes (Gr1) n’arrivent que le 10 septembre, mais d’ici à l’épreuve irlandaise, sur 1.400m, il nous arrivera des signaux de Ballydoyle. Une entité comme Coolmore n’a aucun avantage à croiser les chemins des deux pouliches, surtout parce que les courses ne manquent pas. Clemmie a déjà gagné son Gr3 et son Gr2 en l’espace de douze jours, alors que September n’est que gagnante de Listed. La grise dispose d’un engagement dans les Silver Flash (Gr3), jeudi 27 juillet à Leopardstown, les deux sont dans les Debutante Stakes (Gr2) le 20 août au Curragh et dans les Lowther (Gr2) le 24 août à York, mais Clemmie doit rendre trois livres pour son succès à Newmarket. La propre sœur de Churchill est aussi dans les Phoenix Stakes (Gr1) le 13 août au Curragh, mais Aidan O’Brien a aussi huit mâles dans la course. Mark Johnston voudrait bien connaître à l’avance la road map des deux pouliches pour éviter à sa pensionnaire, Nyaleti (Arch), de les prendre encore dans la figure !