Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

ARLINGTON MILLION (Gr1) - Un Million pas si facile à décrocher pour Mekhtaal

Courses - International / 11.08.2017

ARLINGTON MILLION (Gr1) - Un Million pas si facile à décrocher pour Mekhtaal

ARLINGTON MILLION (Gr1)

Un Million pas si facile à décrocher pour Mekhtaal

L’Arlington Million (Gr1) partira peu après minuit (heure française). C’est une course qui a marqué un tournant dans la compétition hippique internationale. Pour son lancement en 1981, trois ans avant la première édition de la Breeders’ Cup, le défi était immense et il paraissait assez aventureux. Il s’agissait de proposer un million de dollars, presque le double de l’allocation du Kentucky Derby, afin d’attirer les meilleurs européens et de les opposer sur le gazon aux américains. En outre, l’épreuve se déroulait sur un hippodrome qui n’était pas dans la liste des grandes destinations (New York – Kentucky – Californie). Richard Duchossois, l’homme qui a imaginé l’Arlington Million, avait quinze ans d’avance sur le cheikh Mohammed et bien plus sur Frank Stronach et les Australiens de l’Evererst. Il avait lancé ce projet un peu fou pour atteindre un double objectif : positionner sur la mappemonde son hippodrome et se faire plaisir…

Une course symbolique. Aujourd’hui, un million de dollars n’a plus la même valeur, surtout sur le plan symbolique. L’Arlington Million a un peu perdu de son prestige, mais cela reste une belle course. L’hippodrome, reconstruit après l’incendie de 1985 puis fermé pendant deux ans (1998/1999) suite à une bataille avec les autorités de l’Illinois, est toujours un joyau. Un million de dollars ne suffit plus à convaincre l’entourage d’un cheval de dirt à courir sur le turf. Et ce n’est plus suffisant pour pousser un européen de top niveau à se déplacer jusqu’à Chicago. Mais c’est une course qu’on aime toujours et qu’on a plaisir à regarder, comme Richard Duchossois, alias Mr. D.

Deauville dans un fauteuil. Un meilleur numéro à la corde pour le français Mekhtaal (Sea the Stars) aurait encore renforcé notre motivation pour veiller jusqu’à minuit. Le forfait du Godolphin Scottish (Teofilo) a transformé son treize sur treize en douze sur douze dans les boîtes. C’est une maigre consolation. Le pensionnaire de Jean-Claude Rouget serait un favori solide avec un numéro de trois à sept (l’as et le deux dans un lot fourni ne sont pas des atouts). Le cinq est une bonne option pour le podium et c’est Deauville (Galileo) qui en a hérité. Concernant Mekhtaal, il lui faudra un vrai coup de chance pour sortir de ce piège, encore plus sur 2.000m où les boîtes sont positionnées en diagonale, appuyées sur la lice extérieure presque à la fin du dernier tournant.

Aidan pour le record. Deauville fait toujours son boulot, mais il manque toujours d’un peu de punch pour gagner. Il est un peu juste pour un Gr1 en Europe, mais il a la pointure d’une course de ce niveau. Aidan O’Brien a d’autres idées dans la tête en ce moment, mais il ne faut pas oublier qu’avant ce meeting d’Arlington, il a déjà treize succès dans des Grs1 à son actif. Il peut bondir vers le record (25) qui n’est pas l’objectif premier de l’écurie, mais qui pourrait être du plus bel effet en fin d’année.

Trois américains dangereux. La réussite des américains dans l’Arlington Million est tout à fait correcte. De plus en plus de bons chevaux vont sur le gazon et les États-Unis mènent le classement 24 à 10. Leurs meilleurs représentants sont Beach Patrol (Lemon Drop Kid) et Divisidero (Kitten’s Joy). Eux non plus n’ont pas été chanceux lors du tirage des places à la corde. Ils ont hérité du dix et du onze. Divisidero est un peu supérieur à son compatriote. Mais il a besoin d’un train de course soutenu pour donner son meilleur. Ascend (Candy Ride) a remporté son Gr1 dans le Manhattan Handicap (Gr1), à l’issue d’une course sans train. Lui aussi est pénalisé par son numéro de boîte de départ (le douze).