Le mot de la fin : Nine Nine Five

Autres informations / 09.08.2017

Le mot de la fin : Nine Nine Five

Le mot de la fin : Nine Nine Five

Coolmore et Godolphin sur le même lot. C’est le rêve de tous les auctionners : on économise sa précieuse voix et la réussite est certaine. Il ne faut pas quémander une enchère, il suffit de garder les yeux bien ouverts et de ne pas se mélanger entre sa main droite et la gauche. L’auctionner de Fasig Tipton, mardi à Saratoga, était un homme comblé quand sur le lot 226, un mâle par War Front, Coolmore et Godolphin se sont retrouvés tête à tête. Les trois émissaires Godolphin ont mis une enchère de 975.000 $ pour battre les deux de Coolmore. Les Irlandais, après réflexion, ont répondu : 985.000 $. Surprise, mais la réponse Godolphin a été encore plus étonnante : 995.000 $. Adjugé.

David Loder, l’un des trois hommes de Godolphin, a dit : « C’est un prix de grands magasins, n’est-ce pas ? On s’est amusé et c’est bien comme cela. » L’éleveur, le Japonais Tada Nabutaka, s’est peut-être un peu moins amusé, mais quand on vend un yearling à presque un million de dollars, il ne faut pas trop faire la fine bouche. En plus, un prix peu commun comme celui-ci porte parfois chance. Signs of Blessing fut adjugé 102.000 €, c’est peut-être le seul dans l’histoire des ventes, comme le beau War Front de Saratoga qu’il faudra nommer Nine Nine Five