Le mot de la fin - Tatin

Autres informations / 28.08.2017

Le mot de la fin - Tatin

De l’Amérique à la tarte Tatin, en passant par l’aspartame et le Post-it, combien d’utiles découvertes et d’heureuses inventions ont-elles été faites par hasard ? Ainsi en est-il de la Poule d’Essai à Deauville et de l’Arc à Chantilly…

Aujourd’hui, chacun peut mesurer à quel point ces déplacements sont un succès, avec des Poules sans chevaux malheureux et un Arc où la tenue parle ! Pourtant, telle n’était pas l’intention de France Galop au départ – la société-mère était seulement à la recherche de points de chute provisoires pendant les travaux du Nouveau Longchamp.

Passons maintenant à la question du jour : pensez-vous que les cuisinières ont eu raison de continuer à cuire des tartes Tatin ? Ou auraient-elles dû s’en priver, sous prétexte que cette magnifique découverte culinaire était le fruit du hasard ? La réponse est simple. C’est la même que pour les Poules à Deauville et l’Arc à Chantilly ! Ne nous voilons pas la face et acceptons l’action de ce révélateur, au sens de révélateur photographique : le changement d’hippodrome a révélé la vérité… ou plutôt relevé une vérité historique oubliée. En 1857, le duc de Morny ne prétendait pas faire de Longchamp un hippodrome de sélection. Ce devait avant tout être un lieu de fête le plus proche de possible de Paris… comme Paris-Longchamp.