Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LARC PRIX MAURICE DE GHEEST (GR1) - Brando, un premier tango à Deauville

Courses / 06.08.2017

LARC PRIX MAURICE DE GHEEST (GR1) - Brando, un premier tango à Deauville

DIMANCHE, À DEAUVILLE

Les concurrents anglais se sont taillé la part du lion dans ce Larc Prix Maurice de Gheest (Gr1) : ils étaient quatre au départ et ils ont pris les quatre premières places : Brando (Pivotal), la meilleure chance des concurrents britanniques sur le papier, s’est imposé, résistant sans difficulté à la bonne fin de course d’Aclaim (Acclamation), deuxième à une demi-longueur. Tupi (Tamayuz), à la cote astronomique de 155/1, prend la troisième place à une longueur trois quarts, devançant de deux longueurs Magical Memory (Zebedee), lequel a pris un nez à Signs of Blessing (Invincible Spirit). Bien malin est celui qui a réussi à trouver le Pick 5 de ce Gr1…

Une course rythmée. Après la course, la question concernait le rythme de l’épreuve : Signs of Blessing est-il allé trop vite devant ? Le chrono fait afficher 1’15’’61, ce qui n’est pas le record de l’épreuve. Tentons la comparaison avec l’édition 2016, remportée en patron par Signs of Blessing sur un terrain similaire (3 en 2016, 3,1 en 2017). Il s’imposait l’an dernier en 1’16’’64, soit une seconde de plus que Brando cette année.

Côté temps partiels, Signs of Blessing est allé un peu plus vite cette année durant les 300 premiers mètres (18’’84 cette année, 19’’22 l’an passé). Il est allé plus d’une seconde plus vite des 1.000m aux 600m (21’’09 cette année, 22’’21 l’an passé). Les 600m aux 400m ont été parcourus cette année en 11’’13, contre 11’’20 en 2016. Les 400m aux 200m ont été en revanche plus lents pour cette édition 2017 : 11’’97 contre 11’’41. Les derniers 200m ont été un peu plus rapides cette année : 12’’58, contre 12’’70 l’an passé.

Où l’on reparle de la rhinopneumonie à forme nerveuse... Brando a eu un bon parcours. D’abord patient en seconde moitié de peloton, il a ensuite été rapproché par Tom Andrew Eaves, qui l’a légèrement sollicité pour le placer dans le sillage de Signs of Blessing. Puis il l’a repris avant de relancer le cheval aux 200m environ.

Brando venait de laisser une belle impression dans la Darley July Cup (Gr1), où il traçait une fin de course remarquée pour prendre la troisième place. Cette performance l’autorisait à avoir des ambitions dans ce Prix Maurice de Gheest, mais à condition d’avoir progressé. Et c’est ce qu’il s’est passé : la July Cup était une rentrée pour Brando. Il faut rappeler que l’écurie de Kevin Ryan a été temporairement mise en quarantaine à partir du 1er juin, après un cas de rhinopneumonie à forme nerveuse… Soit le même virus ayant touché un des barns de Jean-Claude Rouget.

Kevin Ryan a dit : « C’est un jour spécial ! Les propriétaires sont des amis très proches. Brando avait saigné à York dans un Gr2. Nous l’avons entraîné en vue de la July Cup où il avait vraiment très bien couru. Nous avons décidé de venir ici en sachant qu’il aurait progressé sur cette course. Nous étions confiants, mais les courses, il faut les courir ! Il était plus léger aujourd’hui qu’il ne l’était pour la July Cup. Tout le monde sait ce qu’il s’est passé dans mon écurie. Le cheval a certainement manqué d’un ou deux galops avant Newmarket. Mais entre la July Cup et aujourd’hui, il était beaucoup plus prêt. Aujourd’hui, ils sont vraiment allés vite et cela a été un plus car Brando était tout de suite bien posé. Et quelle course fantastique de son jockey ! »

Un retour en France plus que probable. La suite du programme de Brando est déjà bien établie par Kevin Ryan. Le cheval devrait revenir en France à l’automne : « La distance lui est indifférente : 1.200m ou 1.300m, c’est la même chose. Il pourrait bien courir le Qatar Prix de la Forêt sur 1.400m. Aujourd’hui, il prouve aussi qu’il n’a pas besoin de terrain souple pour bien courir, cela l’indiffère. Le plan est d’aller sur la Sprint Cup (Gr1) à Haydock, puis le Prix de la Forêt. Ensuite, le Gr1 à Ascot lors du Champions Day. »

Un premier Gr1 à Deauville, un endroit à part. Kevin Ryan décroche son troisième Gr1 en France, après le Prix de l’Abbaye de Longchamp de Desert Lord et le Prix du Jockey Club de The Grey Gatsby. L’entraîneur s’impose pour la première fois à Deauville et il a dit : « Nous avons passé une journée formidable à Deauville. Nous sommes arrivés tôt, avons profité d’un magnifique petit déjeuner. Deauville est un endroit fantastique. Je suis venu à Deauville régulièrement pour les ventes mais la dernière fois que j’y ai eu un partant, c’était Amadeus Wolf dans ce Prix Maurice de Gheest [troisième en 2006, ndlr]. C’est vraiment un endroit à part. »

Quand Brando ne saigne pas. Brando appartient à Angie Bailey, laquelle s’était vêtue aux couleurs de sa casaque, avec une robe jaune, un sac et des chaussures violets. Elle a des chevaux en association avec son compagnon, Pete Tingey. Certainement un couple de cinéphile car leurs chevaux ont été nommés selon de grandes figures du cinéma : Brando, donc, mais aussi Astaire, Bogart, Hitchcock, Laughton, Savalas

Pete Tingey nous a dit : « Il n’a pas eu de saignement. Lorsqu’il ne rencontre pas de problème de ce côté-là, il est toujours dans les trois ou quatre premiers de ses courses. À chaque fois qu’il a fini plus loin, c’est parce qu’il a saigné. Si nous arrivons à lui éviter d’avoir ce pépin de santé, c’est un super cheval. Il s'agit de notre premier Gr1 en France. C’est génial mais dur pour les nerfs ! Son jockey a monté une course formidable. Après sa performance dans la July Cup, l’idée a tout de suite été de venir ici, à Deauville. Il faut souligner que dans la July Cup, c’est lui qui a hérité du meilleur rating de la course, alors qu’il concluait troisième. C’est un peu étrange. Mais il a toujours été capable de telles choses. »

Les copains d’abord !

Pete Tingey nous a parlé de sa relation d’amitié avec Kevin Ryan : « Nous avons neuf chevaux et ils sont tous entraînés par Kevin. Nous sommes amis depuis environ quinze ans, nous allons en vacances ensemble. Nous avons de la chance d’avoir un très bon cheval avec Brando ! Nous avons connu Kevin lorsqu’il travaillait chez Richard Fahey : il s’occupait de ses 2ans. Quand il s’est installé, nous lui avons envoyé nos 2ans… Brando n’est pas un 2ans. Il ne fait que progresser. Avec lui, nous avions remporté en septembre 2016 l'Ayr Gold Cup [un Heritage Handicap, ndlr], qui est une course très importante en Écosse. Le trophée de cette course a été dans notre salon pendant toute l’année. Nous allons devoir l’enlever la semaine prochaine mais ce trophée [celui du Maurice de Gheest, ndlr] va très joliment le remplacer ! »

Aclaim à cinq jours. Aclaim relevait un défi ce dimanche car il courait à seulement cinq jours, après avoir pris part aux Qatar Lennox Stakes (Gr2) lors du Festival de Qatar Goodwood. Il faut croire que cette performance ne l’a pas éprouvé car il a tracé une belle fin de course, calé contre le rail extérieur. Comme Brando, il devrait revenir en France.

Freddie Meade, le fils de Martyn Meade, est également son assistant. Il nous a expliqué : « Aclaim a réalisé la meilleure performance depuis le début de sa carrière. C’est un cheval qui progresse beaucoup. Il a été malchanceux à plusieurs reprises lors de ses dernières sorties. En dernier lieu, il s’est classé sixième des Qatar Lennox Stakes, mais à seulement quatre longueurs du vainqueur. Le lot du jour était de grande qualité. Caravaggio faisait logiquement peur à beaucoup de monde. Mais Aclaim était en forme, alors nous avons décidé de saisir notre chance. Nous nous attendions à une bonne prestation de sa part ce dimanche. C’est pour cela que nous l’avons engagé ici. Et cela a payé. Il prouve qu’il a le niveau pour les Grs1. Il est impressionnant et pourrait désormais se diriger vers le Prix de la Forêt. Les 1.400m sont vraiment sa distance. »

Quant Tupi aurait dû courir à réclamer… Dans le clan des heureux, Richard Hannon aurait presque mérité la médaille d’or, tant il exultait de joie après la troisième place de Tupi, comme s’il avait gagné ce Prix Maurice de Gheest. Tupi était le concurrent le plus délaissé au betting de ce Gr1, assez logiquement car il était quasiment impossible de lui voir une chance sur le papier. L’entraîneur nous a dit : « C'est la meilleure performance de sa carrière ! C'est un cheval très dépendant du terrain. Quand il a du terrain rapide, il peut réaliser des grandes performances. Il avait couru cet hiver à Doha, très mal, et nous avions même pensé le mettre à réclamer ! Pour la suite de son programme, il ira là où il trouvera du terrain léger... Aux États-Unis, à Dubaï, nous verrons... »

Signs of Blessing, le premier du groupe de tête. Signs of Blessing a mené à un train soutenu et cela a certainement fini par lui coûter cher pour finir. Il faut souligner que, sur les quatre chevaux vus dans le groupe de tête, c’est lui qui s’en est le mieux sorti : The Right Man (Lope de Vega) est septième, à une longueur de Signs of Blessing, après avoir bénéficié de son sillage. L’américain Bound for Nowhere (The Factor), toujours le nez au vent, a craqué et a pris la dixième place, tandis qu’Intelligence Cross (War Front) est douzième. Tony Forde, son copropriétaire, nous a dit : « Le cheval est sans doute allé trop vite au début et il le paye à la fin, mais il ne court pas si mal... »

Le bonnet n’a pas marché pour Caravaggio. Le départ, la bête noire de Caravaggio (Scat Daddy). À Royal Ascot, il s’était cabré dans sa stalle et était parti lentement. À Newmarket, rebelote : le poulain était mal parti. Ce dimanche, même constat. Caravaggio conclut assez bien – sans laisser une impression folle – après un mauvais départ. Sur ce qu’il montre ce dimanche, comme dans la July Cup, le pensionnaire d’Aidan O’Brien pourrait se plaire sur plus long.

L’entourage de Caravaggio a tenté un truc ce dimanche. Rentré en dernier dans sa stalle, Caravaggio a été muni d’un bonnet, une première. Ryan Moore l’a enlevé au dernier moment, voire peut-être même un poil trop tard. Cela n’a rien changé, Caravaggio est encore parti lentement. Son entraîneur, Aidan O’Brien, nous a dit : « Je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé. Il courait de façon rapprochée par rapport sa dernière course de Newmarket. C'est un cheval qui a sûrement besoin de plus de temps entre ses courses. Peut-être aussi qu'il a mis du temps à se remettre de sa victoire à Ascot. Ryan l'a trouvé calme aujourd'hui. Il a besoin de repos, donc nous n'irons pas courir en Australie, nous regarderons ses possibilités en rentrant à la maison. »

Pedigree WEATHERBY : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/08/Brando.pdf

Le frère de Ticker Tape. Acheté 52.000 £ aux ventes de yearlings de Tattersalls, puis 115.000 £ à la Craven breeze-up de Tattersalls, Brando a été élevé par Car Colston Hall Stud en Angleterre. Le bon a été signé par Hillen & Ryan.

Brando est le 217e lauréats de Stakes et le 25e gagnant de Gr1 de Pivotal (Polar Falcon). Son influence est grandissante, ne serait-ce que grâce à ses fils Siyouni et Kyllachy qui ont à leur tour donné des gagnants de Gr1. Pivotal a déjà donné deux lauréats du Prix Maurice de Gheest avec Regal Parade (2010) et Somnus (2004).

Sa mère, Argent du Bois (Silver Hawk) n’a pas réussi à gagner. Mais elle a donné sept lauréats, dont Ticker Tape (Royal Applause) qui est montée neuf fois sur le podium au niveau Groupe. Elle s’est notamment imposée dans les Queen Elizabeth II Challenge Cup Stakes à Keeneland et dans les American Oaks Invitational (Grs1). Une autre de ses sœurs, Sant Elena (Efisio), est placée de Listed et a produit Reckless Abandon (Exchange Rate), gagnant des Middle Park Stakes, du Prix Morny (Grs1), des Norfolk Stakes et du Prix Robert Papin (Grs2). Argent du Bois est également la mère de Royal Decree (Street Cry), elle-même à l’origine de War Decree (War Front), gagnant des Qatar Vintage Stakes (Gr2). La deuxième mère a donné Crowded House (Rainbow Quest) qui s’est imposé dans le Racing Post Trophy (Gr1). Il s’agit de la famille du grand étalon Storm Cat (Storm Bird).

Nureyev
Polar Falcon
Marie d’Argonne
Pivotal
Cozzene
Fearless Revival
Stufida
BRANDO (H5)
Roberto
Silver Hawk
Gris Vitesse
Argent du Bois
Woodman
Wiener Wald
Chapel of Dreams

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 18’’84

De 1.000m à 600m : 21’’09

De 600m à 400m : 11’’13

De 400m à 200m : 11’’97

De 200m à l’arrivée : 12’’58

Temps total : 1’15’’61