Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LA SEMAINE DE L’ÉLEVAGE - Pivotal, bien plus que de la vitesse

Élevage / 07.08.2017

LA SEMAINE DE L’ÉLEVAGE - Pivotal, bien plus que de la vitesse

 

Par Franco Raimondi

Pivotal (Polar Falcon) ne tenait pas 1.200m. Le bout du monde pour lui, c'étaient les five stiff furlongs, les 1.000m sélectifs d’Ascot sur lesquels il avait remporté les King’s Stand Stakes, à l’époque Gr2. Il a gagné son Gr1 à York, les Nunthorpe Stakes, sur 1.000m. Tout cela se passait en 1996 et lui avait assuré une place à Cheveley Park Stud. Offert à 6.000 £, il pouvait devenir un bon étalon de vitesse, mais il y a 20 ans, la chasse au speed n’était pas une obsession comme de nos jours. Pivotal est un super étalon, il vient de terminer sa 21e saison de monte, et dimanche, Brando est devenu son 26e gagnant de Gr1.

Soixante-quinze gagnants de Groupe. L’examen de sa production révèle des surprises. Pivotal a donné, d’après l’application Global Stallions, 1.672 foals (y compris 75 poulains et pouliches de 2ans), dont 855 ont gagné sur une distance moyenne de 1.658m. Ces statistiques peuvent vous dérouter, la distance moyenne n’est qu’un repère qui peut cacher d’autres vérités. Intéressons-nous à un autre chiffre : les lauréats de Groupe et leur distance. Pivotal a donné 75 chevaux qui ont gagné au niveau Groupe. La surprise, là encore, est la distance sur laquelle ils se sont imposés !

Moins d’un tiers de sprinters. Les sprinters lauréats de Groupe – sur 1.300m ou moins – par Pivotal ne sont qu’au nombre de 22, dont six lauréats de Gr1. Parmi les sprinters, on a aussi rangé des chevaux qui ont gagné sur cette distance à 2ans et qui ont ensuite fait leurs preuves sur plus long, comme Excellent Art. Le pourcentage des gagnants de Groupe sur des parcours de vitesse n’est donc que de 29,3 %. Parmi les 14 fils de Pivotal qui ont un Racing Post rating supérieur à 120, 5 l’ont décroché sur 1.300m ou moins (35,7 %).

Et une gagnante des Oaks. Les Pivotal vont sur plus long : il a donné une gagnante des Oaks comme Sariska, un lauréat du Derby allemand (Buzzword), un des Champions Stakes (Farhh). Sa ligne mâle continue surtout avec Siyouni – cheval vite mais pas un sprinter – et Kyllachy, mais le cheval qui ne tenait pas 1.200m transmet quelque chose en plus que le speed à l’état pur. Les poulinières l’ont aidé à rallonger mais il ne s’agit pas de la seule explication.

Invincible Spirit, la vitesse. L’étalon actif qui a produit le plus de sprinters gagnants de Groupe est Invincible Spirit (Green Desert) qui en est à 30, dont 9 lauréats de Gr1. Il est plus jeune que Pivotal et surtout, il a débuté plus tard. Il a 11 générations de 3ans et plus et 50 gagnants de Groupe, c’est-à-dire que le ratio de ses sprinters est de 60 %. Oasis Dream (Green Desert), 17ans et 10 générations de 3ans et plus, est à 52 gagnants de Groupe, dont 22 sur des distances de 1.300m ou moins. Il est intéressant de noter la quantité des sprinters parmi les chevaux ayant un rating de 120 et plus. Invincible Spirit est à 7 sur 9, Oasis Dream en affiche 3 sur 7.

Expert Eye, le nouveau Acclamation. Glorious Goodwood a attiré l’attention sur deux étalons de vitesse pure : Acclamation (Royal Applause) et son fils Dark Angel. Le père a fait la Une avec Expert Eye, facile lauréat des Qatar Vintage Stakes (Gr2) et qui est devenu l’un des favoris des 2.000 Guinées. Les trois gagnants de Gr1 d’Acclamation sont tous des sprinters, mais sur 20 lauréats de Groupe, seuls 10 ont acquis leur titre d’honneur sur 1.300m ou moins. Acclamation n’est pas Pivotal : dans sa production, un miler peut être considéré comme un cheval de tenue.

Dark Angel, pas que du speed. Dark Angel, avec six générations de 3ans et plus, a déjà surpassé son père avec 23 gagnants de Groupe. Tout comme lui, ses trois lauréats de Gr1 sont des sprinters et celui qui peut devenir le quatrième, Battaash, net vainqueur des Qatar King George Stakes (Gr2), l’est aussi. Sans avoir encore donné un cheval capable d’aller vraiment au-delà du mile, les purs sprinters sont au nombre de 8. Cette donnée est susceptible de changer parce que Dark Angel reçoit de plus en plus de bonnes poulinières, pas seulement des juments de vitesse comme en début de carrière.

Colorado Dancer story. Deauville, 19 août 1989. Une pouliche de 3ans remporte le Prix de Pomone (Gr2) dans la toute dernière foulée avec un Cash Asmussen endiablé. Elle n’avait fait ses débuts que le 30 mai de ses 3ans, en s’imposant à Saint-Cloud. Ce jour-là, à Deauville, Colorado Dancer (Shareef Dancer), puisque c’est d’elle dont on parle, en était à sa quatrième sortie en 81 jours et avait déjà remporté son Gr3. C’était une vraie pouliche de tenue, qui fut jugée 122 par Timeform, mais qui n’a pas réussi gagner son Gr1, ni en France – elle fut troisième du Prix Vermeille de Young Mother (Youth) en devançant Snow Bride (Blushing Groom), la mère de Lammtarra (Nijinsky) – ni aux États-Unis, chez Neil Drysdale.

Dubai Millennium et ensuite… Colorado Dancer avait quand même bien gagné sa place dans la jumenterie du cheikh Mohammed Al Maktoum. Et à son quatrième produit, par Seeking the Gold, elle a donné Dubai Millennium, le cheval d’une vie pour son éleveur. Colorado Dancer n’a fait que des mâles, sauf une femelle par Groom Dancer en 2000, jusqu'à ses 16ans. Tous assez décevants. Puis elle s’est enfin décidée à donner des femelles, 5, dont 3 propre sœurs de Dubai Millennium, et 2 par Shamardal. La seule qui a montré de la qualité en piste est la dernière, Ragsah (Shamardal), née en 2008 et placée de Gr2 sur 1.200m à 2ans.

Des sœurs assez décevantes. En attendant les résultats de la production de Ragsah (son 3ans et sa 2ans par Invincible Spirit n’ont pas encore couru et sont suivis par une yearling par Sea the Stars et un foal par Golden Horn), on commençait à douter. Le grand Dubawi et quelques poulinières étaient le seul héritage laissé par Dubai Millennium et sa mère. Les trois propres sœurs de Dubai Millennium ont toutes été gardées par le cheikh Mohammed. La seule qui a couru – assez lentement – est Philae, qui a pris une cinquième place sous la férule d'André Fabre. Elle a donné trois gagnants, aucun capable de décrocher son black type.

Chaquiras & Dubai Sunrise, inédites. Les deux autres sont restées également inédites. Chaquiras avait donné trois gagnants, dont un, Exactly Heard (Shamardal), assez bon pour mériter 103 de Racing Post rating. Dubai Sunrise avait aligné les déceptions, avec une seule gagnante sur ses cinq premiers produits. Tout ça sentait fort la défaite… Mais d’un coup, les deux sœurs se sont réveillées à Glorious Goodwood.

Un coup de deux très Glorious. Mercredi, la pouliche Threading (Exceed and Excel & Chaquiras) a dansé sous la pluie pour s’imposer de six longueurs dans un lot de pouliches maidens sur 1.200m. Elle a reçu un rating de 96 – très haut pour une pouliche et pour sa première sortie – par le Racing Post. Samedi le mâle Dee Ex Bee (Farhh & Dubai Sunrise) a mené de bout en bout lors de ses débuts sur 1.400m. Il a gagné par deux grandes longueurs devant un adversaire qui avait déjà montré quelque chose. Il a pris un rating de 92 et est engagé dans les Champagne Stakes (Gr2). Deux v  ainqueurs à Glorious Goodwood issus de deux propres sœurs de Dubai Millennium.  Le cheikh Mohammed a de quoi se féliciter, ainsi que Mark Johnston qui les entraîne pour la casaque de son fils, le cheikh Hamdan.