LE TOUR DES HARAS - Anna Sundstrom : « Faire revivre l’histoire de la famille Wildenstein »

Institution / Ventes - Élevage / 15.08.2017

LE TOUR DES HARAS - Anna Sundstrom : « Faire revivre l’histoire de la famille Wildenstein »

Comme chaque année, les journalistes de JDG ont visité les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé, placé sous le signe du dix, en hommage au dixième anniversaire de Jour de Galop. La parole est à Anna Sundstrom de Coulonces Sales...

COULONCES SALES

Domaine de Bois Roussel

61500 Bursard

Jour de Galop. – Qui est, selon vous, le plus grand champion des dix dernières années ?

Anna Sundstrom. – Le Havre ! (rires) C’est très difficile de répondre à cette question. Il y a eu plusieurs champions de ces dix dernières années…

Quel cheval issu de votre haras ou de votre consignation vous a le plus marqué au cours de ces dix dernières années ?

Le Havre ! (rires) Parce qu’il a été élevé à la maison. C’est grâce à lui que je suis là aujourd’hui, que mes parents sont là où ils en sont aujourd’hui. C’est à partir de lui que tout a commencé.

À quoi rêviez-vous quand vous aviez dix ans ?

Je rêvais d’être vétérinaire, parce que nous avons toujours eu des animaux, et que j’aimais être à leur contact. Mon père est médecin ; cela vient peut-être aussi de là ! Le vétérinaire était, pour moi, quelqu’un qui sauvait mes chevaux, mes animaux. Mais j’ai eu un déclic pendant mes études. Je ne voulais plus travailler avec les chevaux malades, plutôt avec ceux qui allaient bien !

Que faisiez-vous il y a dix ans, en 2007 ?

Il y a environ dix ans, Le Havre naissait, c’était en 2006 ! (rires) Mais en 2007, c’est l’année où nous avons vendu Le Havre, parmi les cinq yearlings que nous présentions cette année-là.

Comment vous voyez-vous évoluer, vous-même et/ou votre structure, dans dix ans ? J’espère que nous aurons élevé plusieurs gagnants de Gr1 ici, à Bois Roussel, pour faire revivre l’histoire de la famille Wildenstein.

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer une qualité, parmi les dix listées ici : à l’écoute, calme, courageuse, droite, enthousiaste, humble, infatigable, intelligente, originale, sage… À votre avis, laquelle a-t-il choisie ?

Toutes ! (rires) Beaucoup de mes clients et de mes amis disent que je suis enthousiaste. Je suis trop positive parfois, mais je trouve que c’est très bien.

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer un défaut, parmi les dix listés ici : autoritaire, bavarde, distraite, entêtée, impatiente, moqueuse, possessive, rancunière, secrète, stressée… À votre avis, lequel a-t-il choisi ?

Autoritaire et stressée. Stressée pendant les ventes par exemple, mais pas au quotidien.

Qui est votre modèle dans le monde des courses ?

C’est toujours difficile de faire un choix. Beaucoup de personnes sont exceptionnelles à mes yeux. Aujourd’hui, j’ai le plus grand respect pour les entraîneurs comme André Fabre et Jean-Claude Rouget, par exemple. Mais j’admire aussi les gens qui travaillent dans l’élevage, la préparation aux ventes. Dans notre métier, nous sommes en contact avec tellement de monde. Un autre exemple serait John Magnier. Ce qu’il a fait pour l’élevage est fantastique. Depuis que je suis arrivée en France, il y a maintenant quatorze ans, Bernard Salvat d’Arqana a toujours été mon mentor.

Qui est votre modèle dans le monde tout court ?

Donald Trump ! (rires) Plus sérieusement, je pense que ce serait la princesse Victoria de Suède, future reine de Suède. Elle a mon âge et a vraiment fait de grandes choses pour notre pays. C’est une super représentante des femmes en Suède. Elle et sa famille, sa sœur Madeleine et sa mère, la reine Silvia, font beaucoup pour les enfants et les femmes en général. Je trouve que c’est une femme droite et qui fait avancer les choses d’une bonne manière.

Que vous apprend une victoire ?

Une victoire, c’est exceptionnel, il faut savoir savourer chaque instant.

Que vous apprend une défaite ?

Je me demande : « Que puis-je mieux faire ? » Mais c’est très difficile. Je suis une gagnante. Il faut que tout soit parfait et si quelque chose ne va pas, cela me touche énormément. Les critiques font mal, mais cela permet de rebondir.

Le coup de cœur d’Anna Sundstrom. Anna Sundstrom nous a présenté le lot 216 de la vente d’août. Ce yearling est un frère de Mojito, par le jeune Anodin. Il s’agit de la famille de By Land By Sea. Pour accéder à la vidéo :https://www.facebook.com/jourdegalop/videos/733942740111045/

 

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

34 F. Frankel Nausicaa

40 F. Frankel Peinture Abstraite

49 M. Australia Ponty Acclaim

87 F. Australia Tipperary Honor

90 F. Siyouni Turtle Bowl

95 F. Intello Venturous Spirit

96 M. Lope De Vega Venus De Milo

97 M. Kendargent Vezina

111 M. Cape Cross Angel Oak

124 F. Lope De Vega By Invitation

131 F. Camelot Clarify

137 M. Zoffany Dame Blanche

139 F. No Nay Never Dancing Shoes

147 M. Cape Cross Drops

154 F. New Approach Flash Green

167 F. Australia Have Faith

168 F. Kingman Hazel Lavery

187 M. No Nay Never Laber Ildut

200 M. War Command Means of Assent

216 M. Anodin Narva

256 F. Raven’s Pass Seschat

326 F. Le Havre Gondole

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot Sexe Père Mère

391 F. Holy Roman Emperor Queen of Malta

411 F. Dutch Art Sona

414 F. Anodin Sunrise Song

457 F. No Nay Never Camdara