Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE TOUR DES HARAS - Anthony Baudouin : « Quand on peut faire de sa passion son métier, c’est plus agréable. »

Élevage / 09.08.2017

LE TOUR DES HARAS - Anthony Baudouin : « Quand on peut faire de sa passion son métier, c’est plus agréable. »

LE TOUR DES HARAS

Anthony Baudouin : « Quand on peut faire de sa passion son métier, c’est plus agréable. »

Comme chaque année, les journalistes de JDG ont visité les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé, placé sous le signe du dix, en hommage au dixième anniversaire de Jour de Galop. Sixième épisode : Anthony Baudouin, du haras du Hoguenet.

 

HARAS DU HOGUENET

L’Hoguenet, 14140 Lessard-et-le-Chêne

 

Jour de Galop. - Qui est, selon vous, le plus grand champion des dix dernières années ?

Anthony Baudouin. - Usain Bolt ! (Rires) Vous voulez dire chez les chevaux ? Sans hésiter, je choisis Trêve (Motivator). Elle m’a marqué par toute son histoire, qui avait plutôt mal commencé aux ventes où elle n’avait pas trouvé preneur. Ce jour-là, nous aurions tous pu l’acheter… Ensuite, Christiane Head-Maarek a parfaitement joué le jeu en ouvrant les portes de son écurie et la pouliche est entrée dans une sphère médiatique très positive que peu de pur-sang ont pu connaître. Cela allait au-delà des courses.

 

Quel cheval issu de votre haras ou de votre consignment vous a le plus marqué au cours de ces dix dernières années ?

Il y a des chevaux qui font plaisir à tout le monde et c’est le cas de Svoul (Siyouni). C’était un des premiers Siyouni, il y a quatre ans. J’étais heureux de le vendre 30.000 € yearling. Puis aux breeze-up, il a fait 300.000 € ! C’est la magie des ventes. Svoul a été entraîné par mon ami Francis-Henri Graffard, qui venait de s’installer. Il a gagné en débutant et s’est ensuite classé deux fois troisième de Listed.

 

À quoi rêviez-vous quand vous aviez dix ans ?

Je voulais être champion olympique de concours complet ! J’ai monté à haut niveau dans cette discipline, de dix ans à vingt et un ans. Finalement, je n’ai pas été champion olympique ; je me suis arrêté quelques marches avant, aux Championnats d’Europe. J’étais dans la même promotion au haras du Pin que Karim Laghouag, champion olympique à Rio. Nous sommes toujours restés en contact. Le complet est une religion, un cercle fermé, une belle famille.

 

Que faisiez-vous il y a dix ans, en 2007 ?

Il y a dix ans, nous venions de racheter le haras du Hoguenet, fin 2006 - début 2007. Nous nous lancions dans une nouvelle aventure. Je quittais le haras du Manoir Potier que j’avais lancé. Mes parents, qui avaient toujours été salariés, se lançaient dans l’aventure avec moi.

 

Comment vous voyez-vous évoluer, vous-même et/ou votre structure, dans dix ans ?

Si je peux revivre les mêmes dix années que je viens de passer, ce serait parfait. Bien sûr, nous avons évolué, changé des choses. Nous sommes tous à la recherche de terres supplémentaires. Aujourd’hui, j’ai environ 200 hectares pour un peu plus de 200 chevaux. Le but de tous les éleveurs reste d’augmenter la jumenterie et de chercher la perle rare dans les étalons. J’ai toujours eu de la réussite avec les étalons ; j’ai eu de la chance. Je pense à Enrique (Barathea) et, en ce moment, à Montmartre (Montjeu) et Penny’s Picnic (Kheleyf), tête de liste des étalons de première production. Quand on peut faire de sa passion son métier, tout est plus agréable. Nous sommes extrêmement privilégiés.

 

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer une qualité, parmi les dix listées ici : à l’écoute, calme, courageux, droit, enthousiaste, humble, infatigable, intelligent, original, sage… À votre avis, laquelle a-t-il choisie ?

Droit, je pense. Et je tiens à l’être ! Enthousiaste aussi. Ce sont les deux qualités qui me conviennent le mieux, je crois. Je n’ai pas la grosse tête, donc, peut-être humble.

 

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer un défaut, parmi les dix listés ici : autoritaire, bavard, distrait, entêté, impatient, moqueur, possessif, rancunier, secret, stressé… À votre avis, lequel a-t-il choisi ?

Autoritaire, je le suis ; distrait, un peu ; entêté, sûrement ; impatient, énormément ; moqueur, très ; possessif, oui ; rancunier, énormément. Un peu de chaque en fait ! (Rires) Mais c’est moqueur qui ressort le plus.

 

Qui est votre modèle dans le monde des courses ?

J’ai pensé à ma femme. Je ne parle pas souvent d’elle, mais elle joue un rôle énorme dans l’entreprise. Elle est vétérinaire et gère en permanence entre quatre-vingts et cent vingt juments. Le métier de vétérinaire est un métier dont on parle peu, mais que ferions-nous sans eux ? La gynécologie reste la base de l’élevage.

 

Qui est votre modèle dans le monde tout court ?

Je vais répondre à côté en disant : Keven Borgel ! Parce qu’il m’a dit que si je ne le citais pas, il ne m’achèterait plus jamais de chevaux ! (Rires). Plus sérieusement, c’est une personne que j’apprécie vraiment. Nous parlons de plein de choses ensemble : de politique, d’histoire… Il est très cultivé et a le sens de sa vie.

 

Que vous apprend une victoire ? Et une défaite ?

La victoire ? C’est simple : si je gagne, c’est parce que je suis le meilleur ! On est une star quand on remporte une course, non ? (Rires). La défaite, c’est un énorme coup d’arrêt : tout d’un coup, on est la pire des personnes ! (Rires) C’est vrai. Je trouve très frustrant d’élever un cheval, de l’estimer et de ne pas le voir confirmer cela en courses.

 

 

Le coup de cœur d’Anthony Baudouin. Le patron du Hoguenet nous a présenté le lot 336 de la vente V.2. d’août. Ce yearling est un fils de Penny’s Picnic et petit-fils de Fruta Bomba.

Pour accéder à la vidéo :

https://www.facebook.com/jourdegalop/videos/732484210256898/

 

 

LES YEARLINGS DE LA v.2

Lot      Sexe         Père                              Mère

336      M.            Penny’s Picnic              Inca Stone

346      M.            Palace Episode             Kensita

399      F.             Penny’s Picnic              Satiny

464      F.             Penny’s Picnic              Dansia