LE TOUR DES HARAS - Matthieu Gouesnard : « Il y a du bon à prendre de tout le monde »

Institution / Ventes - Élevage / 15.08.2017

LE TOUR DES HARAS - Matthieu Gouesnard : « Il y a du bon à prendre de tout le monde »

Comme chaque année, les journalistes de JDG ont visité les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé, placé sous le signe du dix, en hommage au dixième anniversaire de Jour de Galop. La parole est à Matthieu Gouesnard, du haras d’Ombreville.

HARAS D’OMBREVILLE

14340 La Roque-Baignard

Jour de Galop. – Qui est, selon vous, le plus grand champion des dix dernières années ?

Matthieu Gouesnard. – J’hésite entre Trêve (Motivator) et Goldikova (Anabaa). Trêve pour le doublé dans l’Arc, car historiquement elle reste une pouliche exceptionnelle. Goldikova pour la régularité et la carrière qu’elle a eues. Réussir à réaliser de belles performances comme elle l’a fait jusqu’à l’arrêt de sa carrière, ce n’était pas donné à n’importe qui.

Quel cheval issu de votre haras ou de votre consignation vous a le plus marqué au cours de ces dix dernières années ?

Pakistan Star (Shamardal). Il a d’abord remporté un handicap à Hongkong, puis a fini deuxième de Gr1 cette année. Nous l’avions vendu 180.000 € au Hong Kong Jockey Club, à Arqana, au mois d’août. Il avait ensuite réalisé l’un des top prices de la vente breeze up à Hongkong. Il faisait partie de la première génération de yearlings que nous avons vendus au mois d’août.

 

À quoi rêviez-vous quand vous aviez dix ans ?

À ce que je fais aujourd’hui. J’ai grandi dans les chevaux. Mon père était éleveur de pur-sang. Il avait un petit haras privé à côté de Nantes avec une petite dizaine de juments et j’ai été élevé là-bas. Tout petit, j’avais dit que je reprendrais l’activité. Je l’ai reprise, mais dans un endroit différent.

Que faisiez-vous il y a dix ans, en 2007 ?

J’étais à Ballylinch. J’y ai passé trois ans et cela a été une superbe expérience, très enrichissante. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de responsabilités très rapidement. J’ai été étalonnier pendant deux ans, responsable des yearlings de vente… Par la suite, j’ai travaillé six mois pour le haras de Bourgeauville et je suis entré à Meautry en tant que sous-directeur du haras pendant trois ans, puis je me suis installé ici.

Comment vous voyez-vous évoluer, vous-même et/ou votre structure, dans dix ans ?

Le premier objectif est de pouvoir agrandir le haras. L’idée est d’arriver à 60 ou 70 hectares d’ici cinq ans afin d’accroître notre capacité d’accueil. J’aimerais aussi continuer à développer la jumenterie au niveau de notre clientèle. Une fois que tout ceci sera fait, nous aimerions poursuivre le développement de notre jumenterie personnelle.

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer une qualité, parmi les dix listées ici : à l’écoute, calme, courageux, droit, enthousiaste, humble, infatigable, intelligent, original, sage… À votre avis, laquelle a-t-il choisie ?

Infatigable. C’est le métier qui le veut mais je pense toujours à ce qui peut être fait, amélioré. Je dirais aussi droit, parce que c’est ma façon de travailler.

Nous avons demandé à un de vos proches de vous attribuer un défaut, parmi les dix listés ici : autoritaire, bavard, distrait, entêté, impatient, moqueur, possessif, rancunier, secret, stressé… À votre avis, lequel a-t-il choisi ?

Entêté. Je suis quelqu’un d’assez borné. Quand j’ai une idée dans la tête, je n’en démords pas jusqu’à ce que l’on m’ait prouvé que j’ai tort ou raison. Peut-être un peu stressé également, même si j’ai tendance à ne pas le montrer. Je garde tout intérieurement, je suis un faux calme.

 

Qui est votre modèle dans le monde des courses ?

John O’Connor. J’ai eu la chance de le rencontrer et de travailler à ses côtés pendant plusieurs années, il m’a fait confiance très rapidement quand j’ai travaillé à Ballylinch. J’ai beaucoup appris de lui. C’est un grand homme de cheval passionné et très pointu.

Qui est votre modèle dans le monde tout court ?

Je n’ai pas de modèle en particulier. Il y a du bon à prendre de tout le monde. Si on voit au plus près, je pense à mon père pour sa réussite professionnelle.

Que vous apprend une victoire ?

Que le travail a été bien fait et dans le sens du cheval, du début à la fin, en passant par tous les intervenants qu’il y a pu avoir.

Que vous apprend une défaite ?

Qu’il faut se remettre en question et ne pas regarder derrière soi mais aller de l’avant. Voir et comprendre ce qui ne va pas et essayer de trouver des solutions.

Le coup de cœur de Matthieu Gouesnard. L’homme d’Ombreville nous a présenté le lot 53 de la vente d’août. Cette yearling est une femelle par Nathaniel et Queen's Charter. Cette dernière est une sœur de Queen’s Trust. Pour accéder à la vidéo : https://www.facebook.com/jourdegalop/videos/734644773374175/

 

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

53 F. Nathaniel Queen’s Charter

LES YEARLINGS DE LA v.2

Lot Sexe Père Mère

345 M. Olympic Glory Kendorova

372 M. Olympic Glory Miss Hygrove

393 F. Penny’s Picnic Renascent Rahy

406 F. Penny’s Picnic Siro

409 F. Anodin Snowbright

413 F. Dandy Man Step Away

468 M. Garswood Desert Shine