Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Al Bustan ou le premier jour de gloire du haras des Marais

Élevage / 25.09.2017

Al Bustan ou le premier jour de gloire du haras des Marais

Par Christopher Galmiche

Créé en 2000, le haras des Marais a déroché un premier Gr1 sur les obstacles ce dimanche, pour son premier partant à ce niveau. Al Bustan (Medecis) s’est en effet imposé dans le Gran Premio di Merano (Gr1). Le pensionnaire de Stanislav Popelka s’est mis à plat ventre dans la ligne droite pour aller chercher Marinas (Sholokhov) et rester invaincu à Merano en trois sorties, après une victoire de Listed et une de Gr3. Cette année, Al Bustan a également enlevé le Grand National suédois. Nicolas Simon, qui gère le haras des Marais avec son épouse, Isabelle, nous a dit à propos de ce globetrotter : « Al Bustan était notre premier partant de Gr1 en obstacle. C’est un petit cheval très courageux. Sa victoire nous a donné un gros coup d’adrénaline ! C’est exceptionnel ! D’autant que nous ne sommes pas de gros éleveurs. Notre haras est familial, à taille humaine. Depuis deux mois et demi, nous sommes sur un nuage, nous avons gagné notre premier Gr1 à Merano, mais Al Bustan s’est aussi imposé au niveau Listed et Gr3 et nous sommes deux fois placés de Listed en France. »

La confiance dans le sang allemand. L’histoire d’Al Bustan, c’est celle de l'amitié entre les Simon et Chris Richner. C’est aussi le résultat de la confiance de ces éleveurs dans le sang allemand : « Je suis très ami avec Chris Richner depuis une vingtaine d’années et c’est grâce à lui que nous avons récupéré la mère d’Al Bustan, Avera (Monsun). Je l’avais achetée directement sur l’hippodrome de Munich en Allemagne. Le sang de Monsun, c’est ce qui m’avait attiré chez elle. Nous sommes amateurs des chevaux allemands. Nous avons été parmi les premiers à aller chercher des chevaux en Allemagne. Le papier de Medecis me plaisait et nous avions construit le croisement d’Al Bustan dans le but d’en faire un cheval de plat. Al Bustan est né à Coolmore parce qu’Avera était partie à la saillie de Footstepsinthesand. Et elle est revenue chez nous alors qu’elle était pleine. Chris Richner nous a mis en contact avec Loko Trans, les propriétaires d’Al Bustan, et nous leur avons vendu le poulain à l’amiable. Nous leur avons aussi revendu Avera il y a trois ans. Tous ses produits partaient en République Tchèque et nous sommes éleveurs-vendeurs avant tout, nous la leur avons donc vendu. » Propriétaire d’Al Bustan, Loko Trans est une société tchèque dont le domaine d’activité est le commerce et la technologie ferroviaire. Elle loue notamment des wagons de marchandises et des locomotives. Pour l’anecdote, il y a un onglet sur leur site internet concernant leurs chevaux de course. On y apprend que l’écurie Loko Trans a vu le jour en 2006. Elle compte 25 chevaux. Loko Trans sponsorise également des courses en République Tchèque et en Slovaquie.

Un palmarès qui prend de l’ampleur. Le haras des Marais est situé dans la Sarthe, à Boëssé-le-Sec. C’est dans ce lieu qu’ont grandi Gray Steel (Turgeon), vainqueur des Prix Amadou (Gr2) et de Maisons-Laffitte (Gr3) 2006, Prince Chéri (Lando), lauréat de Gr3 en Australie, Prinz Hlodowig (Rajsaman), deuxième du Prix de Condé (Gr3), Altea (Siyouni), deuxième du Critérium de l’Ouest (L), Call me Lord (Slickly), vainqueur d’un très gros handicap sur les claies, Domeside (Domedriver), lauréat des Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) et Gladiateur (Gr3), et bien sûr Al Bustan. Nicolas Simon nous a précisé : « Nous disposons de 80 hectares pour une population de 25 à 30 poulinières. Sept nous appartiennent. Nous travaillons avec des clients français, espagnols, italiens, australiens, allemands, anglais et irlandais, mais aussi tchèques. C’est très international ! Nous avons aussi quelques trotteurs sur le haras car nous travaillons avec Laurent Abrivard. »