Le mot de la fin - Anniversaire

Autres informations / 29.09.2017

Le mot de la fin - Anniversaire

Il y a trente ans, en 1987, Trempolino (Sharpen Up) remportait le Prix de l’Arc de Triomphe. Âgé de 33ans, il est toujours bien vivant et coule des jours heureux au haras du Mézeray, dans son paddock attitré qu’il n’a pas quitté depuis son retour de Gainesway Farm où il a fait la monte quelque temps. Charles-Henri de Moussac se souvient de cette journée spéciale : « Le jour de l’épreuve, mon père était confiant et moi, beaucoup moins. C’est un rêve inaccessible que de remporter l’Arc de Triomphe. Je n’osais penser à la victoire. Je ne sais plus pourquoi mais j’ai assisté à la course dans la tribune du grand public. Et quand je l’ai vu en tête dans la ligne droite, j’ai crié que c’était mon cheval. On a dû me prendre pour un fou. Après la course, j’ai ressenti une satisfaction énorme. C’est le rêve de tout éleveur et de tout propriétaire que de gagner au moins une fois cette course prestigieuse. Nous avions acheté sa mère et fait le croisement. Sharpen Up, son père, était aux États-Unis à l’époque. Trempolino est revenu foal au haras du Mézeray et cela a été le début d’une très belle histoire, ainsi que le résultat de nombreuses années d’investissement. Mon père a acheté le haras en 1964. Avec l’aide d’Antoine Bozo, le père d’Henri, les investissements ont été plus prononcés dans les années 1970. Cinq ans après, nous avons remporté l’Arc de Triomphe avec Subotica (Pampabird). Nous l’avions aussi élevé et nous en étions copropriétaires. »