Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE MAGAZINE - VENTE DE YEARLINGS DE LA TESTE OSARUS 2017 - Paroles de vendeurs

Institution / Ventes / 04.09.2017

LE MAGAZINE - VENTE DE YEARLINGS DE LA TESTE OSARUS 2017 - Paroles de vendeurs

 

Osarus organise sa vente de yearling de La Teste-de-Buch cette semaine, du 6 au 7 septembre. En tout, 271 yearlings ont été inscrits pour cette édition 2017. À la veille de cette vacation, nous avons donné la parole aux vendeurs, qui nous ont livré leur sentiment sur les yearlings correspondant au profil de la vente. Ils se sont également souvenus des belles histoires qu’ils ont vécues près du bassin d’Arcachon…

Christophe Jouandou : « Une vente de chevaux qui vont aux courses »

Le Girondin Christophe Jouandou joue presque à domicile avec cette vente de yearlings de La Teste. Cette année, l’homme du haras de Galouin aura quatre poulains sur le ring.

Jour de Galop. – Comment cette vente de yearlings de La Teste 2017 se présente-t-elle ?

Christophe Jouandou. – Il est difficile de prévoir le déroulement d’une vente mais mes poulains sont bien. L’an dernier, j’en ai présenté cinq, dont quatre qui m’appartenaient, et j’en ai quatre cette année. Parmi eux, un fils de Planteur, lequel a encore donné un black type ce week-end, un Pedro the Great qui donne des gagnants, et une bonne pouliche par Amadeus Wolf, sœur d’Ascot Day (Soave), un pensionnaire d’Eoghan O’Neill qui est gagnant. Osarus est une très bonne vente, nécessaire. Elle permet de céder et d’acheter de vrais chevaux de course à des prix raisonnables.

Avec quel type de yearling visez-vous cette vente ?

C’est une vacation qui donne des chevaux qui vont aux courses. Et aussi des poulains avec un profil précoce. La vente est positive pour l’ensemble du Sud-Ouest et pour les petits éleveurs qui ne trouvent pas forcément un débouché à Deauville. Les pinhookers sont également présents car ils trouvent de bonnes opportunités en vue des breeze up. Le catalogue de la vente de yearlings de La Teste n’est jamais mauvais et il y a toujours de belles histoires.

Marie-Laure Collet : « La vente nous a en général porté chance ! »

Le haras de Clairefontaine revient cette année à La Teste avec sept lots. Marie-Laure Collet a déjà connu une belle réussite avec cette vente et espère poursuivre l’histoire.

Jour de Galop. – Quel type de yearling choisissez-vous pour cette vente de yearlings de La Teste Osarus ?

Marie-Laure Collet. – En règle générale, je pense qu’il faut amener des poulains avec un profil précoce à cette vente. C’est ce qui est particulièrement recherché. L’an dernier par exemple, j’ai présenté un poulain par Choisir qui a été acheté 34.000 € par Con Marmane. Il l’a repassé en vente lors de la Craven breeze up et le poulain a été vendu 210.000 Gns. Au-delà des pinhookers, la vente se situe dans le Sud-Ouest, où il y a un bon programme pour les 2ans précoces.

Avez-vous une belle histoire autour de cette vente de yearlings de La Teste ?

La vente nous a en général plutôt porté chance ! Nous y avons vendu des chevaux comme Frankyfourfingers (Sunday Break), gagnant de Groupe à Meydan, Sceau Royal (Doctor Dino), black type sur les obstacles outre-Manche, mais aussi Apilobar (Slickly). En général, nous déplaçons un petit effectif, environ six chevaux, et nous obtenons de très bonnes statistiques.

Marie Illegems : « L’objectif est de ramener des poulains présentant un profil précoce »

Marie Illegems présentera sept yearlings lors de cette vente de yearlings de La Teste. Sa structure, le haras des Embruns, est encore jeune et en plein développement.

Jour de Galop. – Comment cette vente de yearlings de La Teste 2017 se présente-t-elle ? Quel type de yearling avez-vous sélectionné ?

Marie Illegems. – Cette année, je présente sept lots. Les pedigrees sont en amélioration chaque année. Les poulains sont issus de filles ou de sœurs de gagnantes de Groupe. J’ai un bon lot de yearlings et j’espère de bons résultats. L’objectif est de ramener des poulains présentant un profil précoce ou issus d’une souche précoce. Côté étalons par exemple, j’ai des fils d’Olympic Glory, de Myboycharlie, de Penny’s Picnic… De plus en plus de pinhookers européens viennent à cette vente, notamment grâce au partenariat entre Osarus et Tattersalls. Je pense que tout cela est amené à se développer. Il faut aussi souligner qu’il y a dans le Sud-Ouest beaucoup d’entraîneurs habiles avec les 2ans et La Teste est donc un très bon site pour cette vente.

Avez-vous une belle histoire en particulier à nous raconter sur cette vente Osarus ?

La deuxième année où j’ai fait le déplacement à La Teste était aussi la première génération que nous avions élevée. J’ai vendu un fils de Gold Away pour une somme modeste. Il s’appelle Whisky Galore, il a 6ans désormais et court toujours, en ayant décroché pas loin de 200.000 € de gains. C’est vraiment agréable de pouvoir suivre ses chevaux en France durant de longues années.

Ian Hanamy : « Le catalogue s’améliore chaque année »

Irlandais installé en France, Ian Hanamy dirige le haras des Loges avec sa femme, Katherine Aalen. En 2017, cette structure est à nouveau bien présente, avec neuf lots.

Jour de Galop. – Quel type de yearling sélectionnez-vous pour cette vente de yearlings Osarus de La Teste ?

Ian Hanamy. – Il faut venir avec des poulains ayant le potentiel de devenir des 2ans précoces. Je dirais qu’il faut un type de yearling similaire à ceux que l’on peut trouver à Doncaster, avec un physique taillé pour la vitesse. Le catalogue s’améliore chaque année. J’ai vu quelques beaux poulains depuis que je suis arrivé. Je pense que, au fur et à mesure des années, les vendeurs ont de plus en plus confiance et présentent donc de meilleurs lots. Osarus effectue un très beau travail de promotion et il y a de plus en plus d’Anglais et d’Irlandais qui viennent ici, notamment les pinhookers irlandais qui trouvent des chevaux correspondant à ce qu’ils cherchent.

Quelle motivation se cache derrière votre présence chaque année à La Teste ?

Cette vente a été créée grâce à la volonté des éleveurs du Sud-Ouest et ils nous accueillent désormais avec beaucoup de générosité. C’est un privilège pour nous que de venir à La Teste. Le cadre est très agréable et cette région est un bon endroit pour vendre des yearlings avec ce profil. Cette année, j’ai de bons poulains, dont notamment un fils de Dragon Pulse qui est vraiment taillé course, ainsi qu’un fils par Red Jazz qui a tout pour être précoce.

Pierric Rouxel : « À La Teste, nous avons toujours bien vendu notre production »

Le haras de Maulepaire sera triplement représenté au catalogue. Pierric Rouxel, son animateur, nous a parlé de cette édition 2017.

Jour de Galop. – Comment cette édition 2017 se présente-t-elle pour le haras de Maulepaire ?

Pierric Rouxel. – Nous présentons deux pouliches intéressantes par Pedro the Great, un étalon qui démarre très bien et même au-delà de nos espérances. Elles correspondent bien au profil de la vente La Teste, car aussi bien au niveau de leur modèle que de leur origine, elles présentent une certaine précocité. Cette vacation a pleinement trouvé sa place dans le calendrier, en complémentarité avec les autres ventes françaises. Le Sud-Ouest est une région très dynamique, avec des entraîneurs sous le feu de l’actualité. Je regrette cependant la fin de la vente du Lion-d’Angers organisée par Osarus. Elle était utile pour les éleveurs de l’Ouest comme nous. Mais sous sommes cependant très heureux de nous rendre à La Teste où nous avons toujours bien vendu notre production.

L'un de vos yearlings se détache-t-il parmi les autres ?

Cette année, avec Bonne Mémoire (Pedro the Great), nous proposons un très beau papier. Elle est calme et bien dans sa tête. Sa mère et sa sœur sont black types. Cette famille est très vivante, avec notamment Syrita (Siyouni) en France et Palinodie (Doctor Dino) aux États-Unis qui n’ont pas fini de faire parler d’elles. Nous avons gardé plusieurs femelles de cette famille, dont sa sœur Gargotière (Kendargent). Cela fait près d’un siècle que cette souche est présente et active au haras de Maulepaire.

Yann Creff : « Nous allons jusqu’au bout du processus en présentant des yearlings sous notre propre nom »

Yann Creff et son équipe sont connus pour la préparation aux ventes. En 2017, ils franchissent un cap en intégrant la liste des vendeurs.

Jour de Galop. – Pourquoi faire le déplacement à La Teste cette année ?

Yann Creff. – Nous présentons neuf chevaux cette année. C’est une première car précédemment, nous nous arrêtions à la préparation. À présent, suite à la demande de plusieurs de nos clients, nous allons jusqu’au bout du processus en présentant des yearlings sous notre propre nom. C’est un service supplémentaire que nous proposons à notre clientèle. Le lot de yearlings que nous présentons cette année est solide. Certains chevaux devraient se distinguer sur le ring. Je pense notamment au mâle par Olympic Glory et Pax Mina (Keltos). Sa mère est une sœur de l’étalon Kendargent (Kendor). Nous présentons une fille d’Evasive, dont la mère est sœur de trois black types, qui est très plaisante au travail. La sœur de Mambomiss (Mastercraftsman), par Olympic Glory, est elle aussi très plaisante. Nous présentons aussi un mâle par Kheleyf avec un beau modèle. Sa mère, Reech Band (Choisir), est black type et sa sœur a été achetée 650.000 € par Shadwell à l’occasion de la breeze up de Deauville il y a quelques mois.

Quel regard portez-vous sur cette vente Osarus de La Teste ?

La vente de la Teste est complémentaire des vacations d’élite. Certains chevaux, qui confirment ensuite en piste, trouvent leur place à Osarus où ils sont bien mis en valeur. Cette saison, on a vu de bons gagnants issus de l’édition 2016 de la vente de La Teste. C’est le cas du Sands of Mali (Panis), le lauréat des Gimcrack Stakes (Gr2). Sa victoire nous a d’autant plus fait plaisir que nous présentons le seul produit de Panis du catalogue. Il est issu de la famille des V, sa mère étant une sœur de six black types, dont le gagnant de Gr1 Vespone (Llandaff).

Larissa Kneip : « J’ai tendance à penser que le temps est désormais révolu où il y avait une vraie différence entre les yearlings d'Arqana et ceux d'Osarus »

Absente de cette vente l’an passé, Larissa Kneip fait son retour en 2017. Le haras de Saint-Arnoult présentera huit lots.

Jour de Galop. – Pourquoi n’étiez-vous pas là en 2016 ? Comment se présente cette édition 2017 ?

Larisa Kneip. – Je ne suis pas venue à La Teste l’an passé car je tenais absolument à aller aux ventes de Keeneland, et la vente Osarus tombait en même temps ! Je viens à La Teste depuis la deuxième édition de cette vente. Concernant le type de poulains, j’ai tendance à penser que le temps est désormais révolu où il y avait une vraie différence entre les yearlings d'Arqana et ceux d'Osarus. Les sujets de la vente de septembre Osarus correspondent désormais assez à ceux que l’on peut trouver à la v.2 ou à la partie 2 de la vente d’octobre Arqana. Sachant qu’on retrouve en octobre, dans la partie 1, des yearlings qui auraient pu passer en août mais avaient besoin de plus de temps. Je regrette un peu la disparition du marché à l’amiable en plat, désormais quasiment inexistant. Il est toujours présent en obstacle mais on constate qu’Osarus comme Arqana développent de plus en plus les ventes sur ce marché-là.

Vous présentez des yearlings mais vous êtes aussi active dans les breeze up. Qu’est-ce que cela change pour vous lors d’une vente comme celle de La Teste ?

Il est très compliqué pour moi de vendre et d’acheter en même temps, mais il faut que je le fasse ! Sinon, je n’aurai pas un piquet de yearlings assez important pour présenter aux breeze up. Je vais regarder activement ce que je peux dénicher à Osarus. Historiquement, on y trouvait surtout des yearlings avec le profil pour faire des 2ans : les entraîneurs du Sud-Ouest sont très demandeurs de ce type de chevaux et les éleveurs locaux suivaient donc cette tendance. Je trouve que cela est moins vrai désormais, avec les éleveurs normands qui se déplacent désormais beaucoup à La Teste. On y trouve de tout : des yearlings avec un profil précoce, mais aussi des poulains ayant le potentiel pour devenir de bons chevaux de tenue…