Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ne l’oubliez pas trop vite !

Courses / 18.09.2017

Ne l’oubliez pas trop vite !

Par Adeline Gombaud

Les bookmakers proposent actuellement Brametot  (Rajsaman) à des cotes allant de 10 à 23/1 pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Avant sa rentrée dans le Prix Guillaume d’Ornano - Haras du Logis Saint-Germain (Gr2), le poulain était à 8/1… A-t-on oublié un peu vite le double lauréat classique ?

Petit retour en arrière… Nous sommes à Deauville le 15 août et Brametot effectue sa rentrée dans le Gr2 qui lui semble acquis. Même si cette course n’est évidemment pas son objectif, qui pourrait l’inquiéter ? Il a déjà battu dans le Jockey Club des adversaires comme Recoletos (Whipper) et Soleil Marin (Kendargent). Du côté britannique, seul Eminent (Frankel), quatrième du Derby d’Epsom et cinquième des Eclipse Stakes (Grs1), semble capable de le faire galoper, mais il n’a pas le palmarès du français… La suite, on s’en souvient très bien : Brametot reste planté dans sa stalle et perd de nombreuses longueurs au départ. Eminent impose un rythme soutenu devant. Brametot regagne un peu de terrain dans la ligne droite, mais termine à une décevante cinquième place. Douche froide.

Ce lundi, Jean-Claude Rouget nous a raconté : « Sa préparation pour l’Arc se passe bien. Le cheval n’a pas le meilleur des dos et nous l’avons soigné dans ce sens. Oui, il était mal parti dans le Guillaume d’Ornano, mais c’est quelque chose qu’il a toujours plus ou moins fait. Est-il mal parti ce jour-là parce qu’il avait une appréhension ? C’est possible. Actuellement, le cheval est bien et n’a jamais été ralenti dans son travail. Il va travailler demain [lire mardi] sur le gazon à Deauville. Il a déjà effectué ce genre de travail la semaine dernière et travaillera encore une fois lundi prochain. »

Ces explications ne font que confirmer l’impression du 15 août : nous n’avons pas vu le vrai Brametot dans le Prix Guillaume d’Ornano. C’était une pâle copie, un peu comme celle qui avait été battue dans le Critérium du Fonds Européen de l’Élevage (L) l’an passé, par un cheval évoluant désormais sur les obstacles.

Il y a trois ans, à quelques jours de l’Arc, Christiane Head-Maarek avait surpris plus d’un lecteur en affichant à la Une de notre journal sa confiance pour la grande course, alors que Trêve (Motivator) avait connu un premier semestre difficile et n’avait pas non plus convaincu grand monde lors de sa rentrée dans le Qatar Prix Vermeille (Gr1). Mais l’entraîneur avait appris à gérer les problèmes de la pouliche aux pieds compliqués et aux apophyses douloureuses… On a tendance à l’oublier, mais Trêve était loin d’être favorite pour son deuxième Arc. Elle s’était élancée à 11/1.  Et pourtant elle avait gagné, offrant un deuxième couronnement à Son Excellence le cheikh Joaan Al Thani, dans la course qui compte tant pour les Qataris. Taghrooda (Sea the Stars), la grande favorite, terminait à la troisième  place. C’était pourtant la lauréate des King George et des Oaks, pour l’entraînement de John Gosden. Et si l’histoire bégayait ?