Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX FINOT (POULAINS) - PELOTON B (L) - Magic Saint, en pensant à l’avenir

Courses / 14.09.2017

PRIX FINOT (POULAINS) - PELOTON B (L) - Magic Saint, en pensant à l’avenir

AUTEUIL, JEUDI

 

Magic Saint (Saint des Saints) a imité son compagnon d’entraînement Prince Ali (Kapgarde) en gagnant le Prix Finot - Peloton B (L). Comme le poulain de Simon Munir et d'Isaac Souede, il est passé par une course plate à Royan pour préparer cette Listed. Mais, à l’inverse de Prince Ali, il ne s’était pas imposé, finissant quatrième. Cela avait un peu refroidi son entraîneur, Guillaume Macaire, mais la pluie récemment tombée sur la région parisienne l’a convaincu de courir le poulain dans ce Prix Finot. Bien lui en a pris puisque Magic Saint a gagné nettement. Il est issu d’une souche tardive, ce qui veut dire que le meilleur est certainement à venir pour lui mais qu’il ne devrait pas aller tout de suite sur les bonnes épreuves. Son entourage veut le laisser vieillir.

 

Professionnel et sérieux. Magic Saint a montré un visage professionnel et sérieux dans le parcours, ce qui est nécessaire pour débuter victorieusement à Auteuil. Le poulain de John-Dawson Cotton a galopé en quatrième position, suivant facilement sur une piste très souple qui a ralenti le rythme de course. Il a pris l’avantage à l’entrée de la ligne droite et, sur le plat, il a repoussé Sugar Crush (Muhtathir) et Être Français (Anzillero) jusqu’au bout. Guillaume Macaire nous a dit : « Il a débuté en province en plat, mais il n’avait pas trop compris. J’y croyais un peu quand même dans ce Prix Finot. Les rideaux d’eau qui sont tombés mercredi ont assoupli le terrain et cela fait des courses plus posées, ce qui lui convient bien. Si le terrain avait été comme lors du Finot des pouliches, ce n’était pas la peine de courir, il aurait été quatrième ou cinquième. Je ne suis pas pressé avec lui car c’est une famille maternelle qui est tardive. Maintenant, nous savons que nous avons un bon cheval. En revanche, il ne courra pas le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). Ce serait une erreur car les chevaux qui viennent du Finot et vont dans les Groupes dans la foulée ne sont pas assez durs. Dans le futur, s’il doit aller sur le steeple, ce ne sera pas un problème car il arrondit beaucoup ses sauts. »

Sugar Crush échoue de peu. Contrairement au lauréat, Sugar Crush n’avait pas couru en plat. Il a tracé un premier parcours prometteur. Il a constamment évolué dans le groupe de tête et s’est montré tenace dans la ligne droite pour conserver la deuxième place. Son entraîneur, Gabriel Leenders, nous a dit : « Sugar Crush finit très bien. Il fournit une bonne performance, d’autant qu’il n’a pas été "gratté". Il a donc de la marge. Il aurait pu gagner s’il n’avait pas été gêné dans le dernier tournant. J’espère que nous allons pouvoir le garder en France. »

Être Français ou les débuts réussis de Pierre Raussin. L’entraîneur Pierre Raussin présentait son premier partant en compétition, l’AQPS Être Français (Anzillero), dans le Prix Finot. Ce dernier, magnifique poulain, a eu une très bonne leçon pour ses débuts. Après avoir patienté en sixième position, il a gagné des rangs dans la ligne d’en face pour se porter sur la ligne de tête à l’entrée de la ligne droite. Sans avoir une course dure, il a bien fini en pleine piste, à la troisième place. C’est la bonne note de la course. Pour son premier partant, Pierre Raussin a donc fini troisième du Finot ! Pour découvrir son parcours, cliquez ici (lien à insérer : http://jourdegalop.com/2017/09/pierre-raussin-presentera-premier-partant-prix-finot-a-auteuil/ ).

Le frère de Liberatore. Élevé par la Scea des Prairies, Sylviane Jeffroy et Philippe Cochard, Magic Saint a été acheté 90.000 € yearling par Guillaume Macaire, lors de la vente d’automne Arqana, où il était présenté par le haras de Castillon. C’est un fils de Saint des Saints, étalon au haras d’Étreham, et de Magic Poline (Trempolino), gagnante de deux courses de haies à Pau et cinquième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Il est donc le frère du bon Liberatore (Poliglote), troisième du Prix Aguado (Gr3) et vainqueur sur les haies d’Auteuil. Deuxième mère de Magic Saint, Magic Play (Deploy) s’est imposée dans une course principale en plat, en Belgique. C’est la grand-mère de la bonne Loulia (Cricket Ball), lauréate des Prix La Périchole, Edmond Barrachin et Orcada (Grs3) et du Prix Romati (L, à l’époque) et deuxième du Prix Maurice Gillois (Gr1).