QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE J-2 - Cinq partants : Quand Aidan O’Brien égale le record d'André Fabre

Courses / 28.09.2017

QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE J-2 - Cinq partants : Quand Aidan O’Brien égale le record d'André Fabre

 

Aidan O’Brien a égalé le record d'André Fabre. Pas au nombre des victoires dans l’Arc (il a encore le temps pour ça !), mais au nombre de partants dans la course. Cinq partants, c’est un de plus que son record personnel qui était de quatre. À deux reprises, l’Irlandais a joué dans l’Arc avec un quatuor et avec des résultats bien différents.

2012, la fausse note de Camelot. Camelot (Montjeu), le champion de 3ans, venait de rater la Triple couronne. Il était favori des bookmakers alors qu’en France on lui préférait le japonais Orfèvre (Stay Gold). Premier coup de théâtre, on retrouve en selle sur Camelot Lanfranco Dettori, dont le contrat Godolphin se terminera peu de temps après.

En plus de Camelot, l’entraîneur sellait le vieux St Nicholas Abbey (Montjeu) avec son fils Joseph en selle, ainsi que deux leaders par Galileo : Ernest Hemingway et Robin Hood, avec Colm O’Donoghue et Seamie Heffernan aux commandes. La hiérarchie de l’écurie fut respectée mais Camelot n’a terminé que septième, dans un Arc couru en terrain très lourd, plus de douze longueurs derrière Solemia (Poliglote).

2007, the Dylan Thomas Quartet. Dylan Thomas (Danehill) n’avait pas raté un seul rendez-vous de la saison. L’Arc de Triomphe était sa huitième sortie et la deuxième avec Kieren Fallon. On pouvait avoir quelques doutes sur sa fraîcheur et chez les bookmakers, le meilleur du quatuor était Soldier of Fortune (Galileo). Les deux autres, Yellowstone (Rock of Gibraltar) et Song of Hiawatha (Sadler’s Wells), ont assuré le train avec, en selle, Pat Smullen et David McCabe. C’est Dylan Thomas qui a gagné, après une ligne droite en diagonale qui avait enclenché une longue enquête.

Si Aidan O’Brien (39 partants en 16 éditions pour deux succès et cinq places dans les trois premiers) a toujours sellé des chevaux du même groupe, André Fabre (71 partants en 33 éditions, 7 victoires et 12 places dans les trois premiers) a joué deux fois avec deux quintets composés par membres des différentes orchestres.

2013, cinq casaques face à Trêve. Le dernier quintet d’André Fabre était formé par le gagnant du Jockey Club Intello XX (Galileo) pour les couleurs Wertheimer, le deuxième du Grand Prix de Deauville (Gr2) Penglai Pavillion (Monsun) pour Godolphin, le lauréat du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) Flintshire (Dansili) pour la casaque Abdullah, le cinquième du Derby anglais Ocovango (Monsun) pour le prince Faisal, et la femelle Pirika (Monsun), deuxième du Vermeille l’année précédente, pour Teruya Yoshida. Les cinq jockeys dans l’ordre étaient Olivier Peslier, Mickaël Barzalona, Maxime Guyon, Stéphane Pasquier et Pierre-Charles Boudot. Rien à faire face à la meilleure, Trêve (Motivator), et au japonais Orfèvre. Intello, troisième, fut le meilleur.

1994, Carnegie en concert. Cette année-là, André Fabre avait gagné les deux préparatoires : le Niel (Gr2) avec Carnegie (Sadler’s Wells) et le Foy (Gr2) avec Richard of York (Rainbow Quest) qui avait battu Intrepidity (Sadler’s Wells), lauréate des Oaks en 1993. Les trois étaient au départ pour la casaque du cheikh Mohammed Al Maktoum, avec les montes de Thierry Jarnet, Sylvain Guillot et Pat Eddery. Le 5ans Apple Tree (Bikala) méritait une place sur son succès dans le Grand Prix de Saint-Cloud et John Reid fut appelé pour revêtir la casaque de Sultan Al Kabeer alors que Bright Moon (Alysheba) était là pour la casaque Wildenstein, avec pour jockey Olivier Peslier. Carnegie a remporté la victoire alors qu'Apple Tree (troisième) et Bright Moon (cinquième) ont figuré dans le quinté gagnant.