EN RÉGIONS - Jean-Michel Descamps : « Bordeaux-Le Bouscat est connu pour ses pistes sélectives »

Courses / 27.09.2017

EN RÉGIONS - Jean-Michel Descamps : « Bordeaux-Le Bouscat est connu pour ses pistes sélectives »

L’hippodrome de Bordeaux-Le Bouscat fait partie des hippodromes connus pour leur sélectivité. Son président, Jean-Michel Descamps, nous a expliqué les principales qualités de cet endroit.

Situé sur la commune du Bouscat, l’hippodrome date du XIXe siècle. Son tracé, avec une montée et une descente, montre les qualités d’un cheval. Jean-Michel Descamps a déclaré : « Bordeaux-Le Bouscat est connu pour ses pistes sélectives, que ce soit en plat, en obstacle ou au trot. Avec sa montée et sa descente, ce n’est pas pour rien qu’il est appelé le Petit Longchamp. C’est le même profil de piste, mais en plus petit. Par exemple, deux lauréats du Jockey Club, Almanzor (Wootton Bassett) et Brametot (Rajsaman), ont remporté le Critérium de Bordeaux (L), en octobre. Dans toutes les disciplines, de très bons chevaux viennent s’exprimer à Bordeaux-Le Bouscat avant d’aller à Paris. Au trot, Bold Eagle est venu y courir au début de sa carrière. Ce sont des exemples sur les trois dernières années, mais il y a d’autres chevaux. »

Une région propice. La région du Sud-Ouest compte un certain nombre d’hippodromes et de centres d’entraînement. Mais aucune concurrence n’est à déplorer du fait de calendriers différents. Jean-Michel Descamps a ajouté : « La grande majorité des chevaux de niveau Groupe, qu'ils viennent de La Teste, de Mont-de-Marsan, de Pau ou de Royan passent par Bordeaux. S’ils n'y courent pas, ils viennent s'y préparer avec des galops spéciaux. À La Teste, les courses n’ont pas lieu en même temps que les nôtres. Et le centre d’entraînement est un grand pourvoyeur de partants pour nous. Pour Pau, Jean-Claude Rouget, François Rohaut et Charles Gourdain, par exemple, viennent souvent courir ici. En obstacle, Guillaume Macaire, qui entraîne à Royan, vient régulièrement entraîner ses chevaux sur nos pistes. Quand les courses se déroulent le matin, il arrive avec une dizaine de chevaux pour effectuer des galops d’entraînement. Nous avons un réservoir de chevaux pour l’obstacle. Et avec la suppression d’Enghien, nous espérions récupérer des courses. Cela n’a pas été le cas, malgré l’avis des professionnels. Ces derniers n’ont pas été entendus. »

Un problème de proportion. Bordeaux accueille trente-et-une réunions par an. Sur ces réunions, onze sont P.M.H. C’est une grosse proportion pour un pôle national. Jean-Michel Descamps s’est confié sur cet épineux sujet : « Une réunion P.M.H. nous coûte aussi cher à organiser qu’une réunion PMU. Mais, sans les enjeux nationaux, nous perdons entre 10.000 et 15.000 €. Dans le contexte actuel, c’est énorme. Nous ne sommes pas entendus sur ce sujet. La qualité de nos pistes et des installations n’est pas à remettre en cause. La communauté urbaine de Bordeaux métropole nous reverse la quasi-totalité du pourcentage du PMU. Ces sommes sont destinées à l’amélioration des infrastructures hors-piste. C’est une manne extraordinaire qui nous permet d’avoir un superbe hippodrome et des installations de très grande qualité. Sans cette aide, je ne sais pas comment nous ferions. »

La fête du cheval. Les samedi 24 et dimanche 25 septembre, la fête du cheval avait lieu sur l’hippodrome de Bordeaux-Le Bouscat. Cette fête n’était pas organisée en parallèle de courses mais proposait des activités en rapport avec des démonstrations, activités, concours, spectacles, villages exposants et pédagogiques qui ont été proposés. Jean-Michel Descamps était satisfait de cette édition 2017 : « La fête du cheval s’est très bien passée. Nous avons eu une belle météo, ce qui a motivé les personnes pour venir. Au total, nous avons compté environ 15.000 personnes. La bonne ambiance a pris le dessus et nous sommes vraiment satisfaits. »

Quand il n’y a pas de courses… En dehors des courses, des manifestations sont organisées sur l’hippodrome. En plus de la fête du cheval, la Color Obstacles Rush s’est déroulée le 8 avril. Cet événement, qui a lieu dans l’Europe entière, consiste à franchir des obstacles gonflables sous des jets de poudre colorée. De plus, un cirque vient chaque fin d’année s’installer pendant un mois. Des expositions de voitures sont organisées par les marques comme Land Rover, Porsche, Ferrari et Volvo. Elles organisent leurs séminaires ou salons sur l’hippodrome, qui est aussi disponible pour tout autre type de réunion. Le restaurant est également ouvert tous les jours, qu’il y ait des réunions de courses ou non. Jean-Michel Descamps conclut : « Le PMU régional Sud-Ouest va s’installer dans nos murs, dans le courant de l’année 2018. Et notre ultime atout sera le tramway. En 2019, il sera mis en retour avec un arrêt exactement devant la porte de notre hippodrome. Nous allons être rapprochés du centre-ville et ce sera un atout majeur. Nous avons une chargée de communication très efficace et son rôle est de trouver des partenaires et d’organiser des événements comme ceux-là.»