Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Yasutoshi Ikee : « La capacité d’adaptation de Satono Diamond lui donne de meilleures chances de remporter l’Arc qu’Orfèvre »

Courses - International / 06.09.2017

Yasutoshi Ikee : « La capacité d’adaptation de Satono Diamond lui donne de meilleures chances de remporter l’Arc qu’Orfèvre »

Par Anne-Louise Échevin

Yasutoshi Ikee a déjà remporté deux fois le Qatar Prix Foy (Gr2) et a pris deux deuxièmes places dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) avec le surdoué mais fantasque Orfèvre (Stay Gold). Il revient en France en 2017 avec le 4ans Satono Diamond (Deep Impact). Après le galop du poulain sur les Aigles, ce mercredi matin, l’entraîneur a longuement répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse. Extraits.

Plus fort à 4ans. À 3ans, c’est véritablement en fin d’année que Satono Diamond a trouvé son meilleur niveau. Placé dans les 2.000 Guinées et le Derby au printemps, il a remporté le St Leger puis l’Arima Kinen (Grs1) durant l’automne et l’hiver : « Cette année, Satono Diamond a beaucoup progressé. Au niveau de l’arrière-main, il avait encore un problème de faiblesse l’année dernière. Il a vraiment évolué musculairement. Physiquement, il est mieux que l’année dernière et est prêt pour la course. Dimanche n’est pas l’objectif. Il est en forme idéale pour l’étape que représente le Prix Foy. Le terrain, ce matin, était plus souple que la semaine dernière et la météo ne s’annonce pas favorable dans les prochains jours. Il était bon pour le cheval de faire l’expérience d’un terrain souple pour son entraînement. »

Gagner en expérience ou gagner tout court ? Lorsqu’on lui demande s’il est plus important pour Satono Diamond de gagner dimanche ou de prendre de l’expérience, la réponse est claire : « Les deux ! C’est très important que le cheval ait une expérience de la piste avant le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Mais il est le représentant du Japon, donc le résultat est également important. Je ne peux pas dire ce qui est primordial. Évidemment, il y a un peu de pression. »

Lemaire, en pensant à l’Arc. Christophe Lemaire est le partenaire régulier de Satono Diamond, qu’il a monté dans tous les classiques et, avant cela, dans les préparatoires. Yasutoshi Ikee explique ce choix. « Déjà, au début de l’année 2016, avant de courir des épreuves comme les 2.000 Guinées ou le Derby, je pensais à l’Arc pour Satono Diamond. J’ai choisi Christophe Lemaire car il a beaucoup d’expérience en France. »

Dans les traces de… Yasutoshi Ikee a une marotte : regarder de près les traces laissées par les chevaux après un travail. Il explique pourquoi et ce que cela lui indique : « Après le galop, j’ai regardé les traces des deux chevaux. Elles étaient très différentes. Les marques laissées dans le gazon par Satono Noblesse étaient assez profondes, celles de Satono Diamond étaient beaucoup plus légères. Je pense qu’un cheval qui galope en laissant des traces légères est beaucoup plus efficace sur un gazon comme celui de ce matin : il se fatigue moins et préserve sa vitesse. Deep Impact, Orfèvre et Kizuna étaient aussi comme cela. »

Orfèvre et Satono Diamond : enseignements et différences. Yasutoshi Ikee connaît la France, étant venu à deux reprises en tant qu'entraîneur d'Orfèvre, ce qui lui confère une certaine expérience dans la course à l’Arc. Avec Satono Diamond, il a fait le choix de donner des vacances au cheval avant le voyage : « Concernant le programme, j’ai bien réfléchi à quel serait le meilleur pour le cheval. Les deux expériences avec Orfèvre donnent des indications, mais Satono Diamond est très différent. Le problème d’Orfèvre était son caractère. Il était très difficile et n’était pas maniable : le jockey ne pouvait que rester à l’arrière-garde durant la course pour accélérer dans la ligne droite. Satono Diamond est un cheval très intelligent. Il peut s’adapter à tout type de course. Si cela n’avance pas, il peut mener. S’il y a du rythme, il peut attendre et venir finir. Je pense que sa capacité d’adaptation lui donne de meilleures chances de remporter l’Arc. C’est pour cela que je l’ai choisi. »

La présence de Satono Noblesse. Yasutoshi Ikee a fait le choix d’emmener Satono Noblesse, gagnant de Grs3, avec Satono Diamond en France. Il devrait aussi courir le Foy et l’Arc. Nous avons demandé pourquoi à l’entraîneur : « Je ne vais pas dire que Satono Noblesse n’aura pas le rôle de leader. Mais je l’ai surtout amené afin que Satono Diamond ait un certain confort pour le voyage, pour l’entraînement. Même pour le fait d’aller de l’écurie à la piste, il est toujours mieux d’être à deux. Les deux chevaux se connaissent très bien. Il est possible qu’il soit le leader dans la course, mais ce n’est pas le but principal. Il y a beaucoup de raisons qui justifient d'avoir amené Satono Noblesse… » Il n’en dira pas plus…

De la difficulté d’adapter l’entraînement. Outre un nouvel environnement et un nouveau climat, les chevaux japonais doivent aussi s’adapter à un entraînement différent, ce qui représente un défi pour leurs entraîneurs : « Au Japon, au centre de Ritto, nous avons une piste en woodchip et le cheval aurait fait aujourd’hui un demi-tour de piste. Le travail sur le gazon est plus facile que sur cette surface. En réfléchissant au programme de ce jour, j’ai donc un peu rallongé la distance : environ 1.200m. Je donne beaucoup d’importance à Horsecall car, avec les données, je peux connaître précisément le niveau d’entraînement que je fais suivre à mes chevaux, pour vraiment adapter le cheval aux terrains d’entraînement européens, pour être à un niveau similaire d’entraînement par rapport au Japon. Avec ce système, en regardant bien les données, nous arrivons à savoir si le cheval est dans une condition idéale. Il s’agit d’appuyer sa pensée, son ressenti, sur les données scientifiques fournies par ce système. J’utilise ce type de système depuis plus de vingt ans, bien avant Deep Impact, quand j’étais assistant entraîneur pour mon père. J’ai changé plusieurs fois de modèles. J’utilise Horsecall depuis l’an dernier. Il permet d’avoir des données plus détaillées. »

Chantilly versus Longchamp. Yasutoshi Ikee a l’expérience du Prix Foy et de l’Arc, mais avec une différence : c’était à Longchamp. Cette année, il part à la découverte de Chantilly : « J’ai voulu courir Satono Diamond dans le Prix Foy, sur le parcours de l’Arc, pour apprendre à mieux connaître cette piste. Le temps de la course l’an passé, à Chantilly, était vraiment différent de celui de l’Arc à Longchamp. Avec son tempérament, Satono Diamond devrait s’adapter aux courses de Chantilly. Je pense que Chantilly est un hippodrome peut-être plus favorable aux chevaux japonais. Et je pense avoir plus de chance de remporter l’Arc sur la piste de Chantilly que sur celle de Longchamp. »