Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Institution / Ventes / 03.10.2017

51e CONFÉRENCE DE LA FIAH - Pourquoi le Brexit fait trembler l’Irlande des courses

Ce lundi, le siège de France Galop accueillait la conférence de la Fédération Internationale des Autorités Hippiques (Fiah), avec le soutien de Longines. Des intervenants venus du monde entier se sont relayés pour proposer leur synthèse des sujets qui comptent pour l’avenir des courses. [Partie 1 sur 2]

La filière hippique de l’Irlande et celle du Royaume-Uni sont interdépendantes, au niveau de l’élevage, des partants et des paris hippiques. Quatre-vingts pour cent des exportations de chevaux irlandais sont à destination de l’Angleterre. Ces deux pays ont un stud-book commun. Tous les ans, 17.000 mouvements de chevaux sont enregistrés à travers la mer d’Irlande. Le docteur Paul-Marie Gadot s’est exprimé en tant que co-président de l’European & Mediterranean Stud-Book Liaison Committee : « Depuis plusieurs décennies, grâce à l'accord tripartite, les chevaux circulent librement entre la France, l’Angleterre et l’Irlande. Ce système a permis le développement des courses, de l’élevage et des ventes en Europe. Les autorités des trois nations ont su travailler ensemble sur une harmonisation des règlements, de la surveillance et des contrôles sanitaires. Le 29 mars 2019, le Royaume Uni va quitter l’Union Européenne. L’ensemble des pays européens, dont le Royaume-Uni, ont tout à perdre et nous avons moins de deux ans pour nous préparer. Pour le bénéfice de ces trois nations hippiques, qui représentent 87 % des naissances européennes, il faut maintenir la coopération et l’intégration des trois filières. Le gouvernement britannique s’est engagé à appliquer les règles européennes. Cela sera possible sur le long terme si l’Union Européenne et le Royaume-Uni lancent un processus de reconnaissance mutuelle de leurs stud-books respectifs (…), de leurs règlements zootechniques et de l'excellent statut sanitaire des populations. »

Les actions déjà entreprises. Paul-Marie Gadot a précisé : « Lors de l’Assemblée générale de l’European & Mediterranean Horseracing Federation, une position commune a été trouvée. Beaucoup de pays ont écrit aux commissaires européens et ministères en charge du sujet. La France, l’Angleterre et l’Irlande sont en contact permanent sur le sujet. Les représentants des filières de ces trois pays ont déjà rencontré Phil Hogan, le commissaire en charge l’Agriculture à la Commission européenne. Le président de la Fédération internationale des autorités hippiques a envoyé une lettre à Michel Barnier, le négociateur en chef. Les représentants des filières anglaise, française et irlandaise ont été reçus à Bruxelles. Nous demandons à être partie prenante des négociations. En contrepartie, nous nous engageons à être des partenaires constructifs et respectueux de l’intérêt de tous les pays, nous travaillons sur des procédures innovantes et acceptables par la Commission européenne. »

Le Curragh et Longchamp changent de visage

En 2010, 22 % des adultes irlandais déclaraient être intéressés par les courses. Ils sont 25 % en 2017. L’obstacle occupe une grande place dans le paysage hippique de l’île et le Curragh, qui accueille 60 % des courses black types du pays en plat, veut renforcer son attractivité en se rénovant. L’hippodrome a continué à accueillir des courses et des chevaux à l’entraînement pendant les travaux. L’objectif est de pousser les spectateurs à rester plus longtemps. Un effort tout particulier va être entrepris sur la qualité et la diversité de la restauration.

En écho au projet irlandais, Olivier Delloye, directeur général de France Galop, et Fabrice Favetto Bon, directeur marketing de la maison mère, ont présenté l’avancement des travaux et les objectifs de ParisLongchamp. Cet hippodrome sera un pilier de la reconquête du public. Quatre-vingts pour cent % des français âgés de 15 ans et plus n’ont pas d’opinion sur les courses. Les grandes lignes pour sortir de cette indifférence sont :

- dans les périodes sans activité hippique, ParisLongchamp a vocation à accueillir des séminaires mais aussi des évènements sportifs et culturels ;

- le divertissement, avec des semi-nocturnes et l’amélioration des animations du dimanche ; la question de la mise en place d’une piste fibrée n’a pas été réglée ;

- l’hippodrome va s’ouvrir aux sportifs pour inciter le public parisien à découvrir les courses ;

- la restauration, avec une offre qualitative et diversifiée.

La réunion du Prix Hocquart sera la première de ParisLongchamg. La cérémonie d’ouverture se déroulera le 29 avril, lors de la réunion du Prix Ganay.