29.10.2017

AL RAYYAN CUP - PRIX KESBEROY - S.A. LE CHEIKH MANSOUR ET DIDIER GUILLEMIN CONSERVENT LEUR TITRE GRÂCE À JOUDH

 

Joudh (Mahabb) a répondu à toutes les interrogations qui entouraient sa candidature dans l’Al Rayyan Cup - Prix Kesberoy (Gr. I PA), le 12 août à Deauville. Elle confirme sa qualité, tient 2 000 mètres et va dans tous les terrains. Elle a l’étoffe d’une championne.

Comme l’an dernier, c’est donc un élève et représentant de Son Altesse le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan, issu de l’étalon Mahabb (Tahar de Candelon) et entraîné par Didier Guillemin, qui passe le poteau en tête dans cette épreuve.

Longtemps vue en dernière position, Joudh est venue librement lors de la phase finale, dans son style caractéristique : gagner de peu, mais toujours très sûrement, sans forcer son talent. Didier Guillemin nous a expliqué : « Les conditions étaient très différentes de celles de Chantilly. Elle a évolué positivement depuis cette victoire, comme l’a montré son comportement aujourd’hui. Dans ce terrain, il ne fallait pas faire d’effort superflu. Pour des pur-sang arabes de 3 ans, 2 000 mètres en terrain souple, c’est un exercice particulier. C’est la raison pour laquelle ils ont ralenti dans le dernier tournant. Elle n’a pas couru depuis le 23 juillet et sa victoire dans la Qatar Coupe de France (Gr. I PA). Mais pour l'emporter aujourd’hui, il fallait bien sûr qu’elle soit prête. Je ne suis pas surpris qu'elle soit capable de tenir 2 000 mètres. Joudh est devenue plus froide au fil du temps, le matin comme l’après-midi. Pour un pur-sang arabe, être capable d’aller sur cette distance permet d'envisager de nombreuses possibilités. L’an prochain, à 4 ans, elle aura ainsi un programme plus ouvert ».

Quatre courses, quatre victoires

Joudh est désormais invaincue en quatre sorties publiques pour la casaque de Yas Horse Racing. Concernant la suite de son programme, Didier Guillemin a précisé : « Pour l’instant, elle va sur la course de Saint-Cloud, le Qatar Arabian Trophy des Pouliches (Gr. I PA, 2 000 m, 29/09) et peut-être ensuite vers le French Arabian Breeders’ Challenge des Pouliches - Cheikh Zayed Al Nahyan (Gr. II PA, 1 600 m, 26/10). L’épreuve parisienne étant la plus importante ».

La victoire de l’élevage

Martial Boisseuil, racing manager du cheikh Mansour, nous a confié : « Je tiens tout d’abord à féliciter l’équipe du haras, Wathba Stud Farm, à Nonant-le-Pin : c’est aussi leur victoire. La pouliche a gagné parce qu’elle est bonne, alors que le lourd n’est pas son terrain de prédilection. Elle nous prouve qu’elle tient la distance et sera revue à Saint-Cloud. Le fait de ne pas être tendue est un grand atout. Sa sœur Mabrooka est peut-être aussi bonne, mais on ne peut pas s’en servir aussi facilement. Sa mère n’a produit que de bons chevaux, même si tous n’ont pas la même pointure. C’est une souche que j’avais achetée pour monsieur Évain chez François de Linarès, l’homme qui a lancé Kaldoun (Caro). Plus tard, le cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, le fondateur des Émirats Arabes Unis, a acheté Kâline du Loup (Djoura Tu), la deuxième mère. J’ai ensuite effectué les croisements ».

Rijm a fait sa valeur

Thomas Fourcy, entraîneur du deuxième, Rijm, nous a expliqué : « Le poulain court bien. Il fait sa valeur et la lauréate est très bonne. Je m’étais dit aujourd’hui que le rallongement de la distance et le terrain pourraient nous aider. Cela ne nous a pas desservis, mais il est battu par meilleure. Il va aller à Saint-Cloud pour un Groupe I réservé aux mâles. Il ne tombera donc pas sur elle ce jour-là ».

Dynamites, une troisième place pleine de promesses

Karin van den Bos est à fois l’éleveur et l’entraîneur du troisième, Dynamites ; elle nous a expliqué : « Il est immature et n’avait jusqu’alors couru qu’en Hollande, contre des chevaux plus âgés. Je l’ai amené ici en guise de préparation, afin de lui donner une bonne expérience s’il court à Saint-Cloud. Le trajet depuis la Hollande, c’est seulement sept heures, car nous sommes situés à la même distance de Deauville que les entraîneurs du Sud-Ouest. Mes poulains naissent en France et ils reviennent ensuite en Hollande. La mère de Dynamites donne des chevaux qui apprécient le terrain souple ».

Une grande famille du cheikh Mansour

Joudh est la propre sœur de la très bonne Mabrooka qui s’est notamment imposée dans la Qatar Coupe de France des Chevaux Arabes (Gr. I PA). Le même croisement a donné Rakha, lauréate du Liwa Oasis (Gr. I PA) et du French Arabian Breeders’ Challenge des Pouliches en 2011, ainsi que Rmmas, deuxième du Prix Burkeguy - Wathba Stallions Cup (Listed PA). Leur mère, Shamayl (Kesberoy), a donné un total de six black types avec Haanoof (Quazar), troisième de Groupe III PA à Abu Dhabi, et Baraaqa (Sire d’Albret), deuxième de la championne Kiss de Ghazal dans le Qatar French Arabian Breeders’ Challenge pour Pouliches (L PA), en 2010. La deuxième mère, Kâline du Loup (Djouras Tu), a produit Câlin de Louve (Djelfor) qui a enlevé l’Arabian Jockey Club Derby et les Arabian Cup Stakes (Grs I PA). Cette branche de la souche de Nevada II (Djanor) provient de l’élevage de Jean-Marc Saphores, chez qui elle a donné Chéri Bibi (Baroud III).