Almanzor, une syndication bouclée à vitesse grand V

Élevage / 25.10.2017

Almanzor, une syndication bouclée à vitesse grand V

Almanzor va débuter sa carrière d’étalon sur son lieu de naissance, au haras d’Étreham, en compagnie de son père, Wootton Bassett (Iffraaj). Après une syndication réussie, le meilleur cheval européen de la saison 2016 va débuter à 35.000 €.

Almanzor s’est imposé dans le Prix du Jockey Club, les Irish Champion Stakes et les Champion Stakes d’Ascot. Crédité d’un rating Timeform de 133, il fut le meilleur cheval européen de la saison 2016. Personne n’a oublié son incroyable ligne droite en Irlande, où il dominait sept chevaux ayant remporté un total de seize Grs1. Nicolas de Chambure, du haras d’Étreham, nous a expliqué : « Le cheval a été bien accueilli par les éleveurs. La syndication s’est très bien passée, si bien qu’elle est actuellement bouclée. Toutes les parts proposées sur le marché ont été vendues. C’est une première satisfaction. Il faut également souligner le fait qu’Almanzor rassemble autour de lui un syndicat très cosmopolite, avec des Français, des Irlandais, des Anglais et des Américains. Cela atteste du fait qu’il a marqué les esprits à l’international. Les éleveurs français sont heureux qu’un cheval de ce niveau vienne faire la monte dans notre pays. C’est la preuve de la dynamique actuelle du parc étalon hexagonal. Almanzor a très peu de sang de Northern Dancer dans son pedigree [il est d’ailleurs indemne de celui de Sadler’s Wells, ndlr]. Il peut donc être croisé avec une grande diversité de juments. Du fait de son origine paternelle, il avait assez de précocité pour s’imposer au niveau Listed à 2ans. Son ascendance maternelle est garante d’une certaine tenue et d’une capacité à progresser à 3ans, ce qu’il a lui-même démontré en piste. Almanzor a reçu beaucoup de visites ces derniers temps et les retours sont très positifs. C’est un cheval qui gagne à être vu, car il est beau, avec une robe attrayante et beaucoup de qualité. Il a de la présence, marche bien et présente de vrais points de force. »

LES PRIX DE SAILLIES DU HARAS D’ÉTREHAM

Étalon                                Tarif 2018 (€)           Tarif 2017 (€)       

Almanzor                           35.000                      -

Elusive City                       7.500                        7.500

Kamsin                              3.000                        6.000

Masked Marvel                  4.000                        3.000

Saint des Saints                 15.000                      15.000

Scissor Kick                       8.000                        10.000

Wootton Bassett                20.000                      20.000

Wootton Bassett reste à 20.000 €. Le père d’Almanzor a connu un bon deuxième semestre, avec plusieurs nouveaux black types qui semblent capables d’évoluer positivement l’année prochaine. Nicolas de Chambure a précisé à son sujet : « Wootton Bassett est limité à 130 juments et il a déjà atteint ce chiffre en 2016 et en 2017. Grâce aux performances de sa production, la qualité des poulinières qu’il rencontre a beaucoup progressé. Nous avons placé beaucoup d’espoirs en lui. Il a débuté à 6.000 € sans avoir accès à beaucoup de juments. Malgré cela, ses deux premières générations comptaient le champion Almanzor mais aussi Do Re Mi Fa Sol (3e du Prix de Malleret, Gr2) et Troarn (2e du Derby du Midi, L). Sa troisième génération est tout aussi prometteuse avec Mamba Noire (3e des Duchess of Cambridge Stakes, Gr2), Patascoy (3e du Grand Critérium de Bordeaux, L), qui est attendu au niveau Groupe l’an prochain, et le prospect classique Wootton (Prix Isonomy, L). Il va continuer à faire la monte à 20.000 €, un tarif abordable, afin de renforcer son assise et sa place dans le parc étalon. »

Scissor Kick s’implante durablement en France. Concernant l’australien Scissor Kick (Redoute’s Choice), qui va officier à 8.000 €, Nicolas de Chambure a détaillé : « Ses foals sont vraiment très beaux. Les premiers sont nés cette année en Australie. Nous croyons beaucoup en lui et il va continuer à revenir en France dans les années à venir, car nous avons acheté sa carrière de reproduction dans l’hémisphère Nord. Nous attendons avec impatience sa production européenne. »

Saint des Saints va faire le plein. Comme l’an dernier, Saint des Saints (Cadoudal) va saillir à 15.000 €. « Il va prendre 20ans et est en belle forme. C’est un cheval qui a été préservé depuis ses débuts, car nous avons limité son nombre de saillies. Comme tous les ans, il va saillir entre 80 et 100 juments. Nous voulons qu’il soit disponible encore plusieurs années. À présent, il s’affirme également en tant que père de mère au niveau Gr1. C’est formidable pour les éleveurs qui ont des pouliches de cet étalon. »

Masked Marvel, de plus en plus populaire. Le nombre de saillies de Masked Marvel (Montjeu) est passé de 55 en 2015 à plus de 120 en 2017. « C’est un beau cheval. Les éleveurs ont eu besoin d’un peu de temps pour apprendre à le connaître. Ils ont progressivement pris conscience de son potentiel. Il a beaucoup de choses pour lui : son modèle, ses performances, son pedigree et la qualité de ses premiers foals et yearlings. Ce gagnant du St Leger a été syndiqué et les porteurs de parts l’ont bien soutenu. Nous attendons avec impatience de voir sa production en piste mais l’ensemble de ces raisons font déjà de lui un étalon très populaire. Les éleveurs sont très satisfaits de leurs produits et ils n’hésitent pas à l’utiliser à nouveau. Nous l’avons un peu augmenté, en le passant de 3.000 € à 4.000 €, car nous voulons le préserver en vue de l’avenir.  »

Kamsin, une opportunité. Le prix de saillie de Kamsin (Samum), lauréat de Derby allemand, est passé à 3.000 €. Sa première production française va naître en 2018. « On the Go, son fer de lance, est toujours performant cette année au niveau Groupe à Auteuil. Il aura une belle chance à défendre lors du week-end international de l’obstacle dans le Prix Maurice Gillois (Gr1). Kamsin a débuté sa carrière en Allemagne, où il a très peu sailli. Et malgré cela, il a déjà sorti trois black types. David Cottin entraîne une pouliche très prometteuse, Ava (4e du Prix Magne, L). Guillaume Macaire apprécie sa production. Il a encore acheté cette année un produit aux ventes de Baden-Baden. À 3.000 €, ce jeune étalon est une véritable opportunité. Les éleveurs qui l’utiliseront cette année vont pouvoir bénéficier d’un tarif attractif et de la montée en puissance de sa production qui est dans les mains de très bons professionnels. »