Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Chantilly, le nouveau Waterloo ?

Courses / 04.10.2017

Chantilly, le nouveau Waterloo ?

Par Anne-Louise Echevin

L’entraînement français est reparti de la journée de dimanche à Chantilly avec zéro victoire sur sept épreuves, après avoir réalisé un sans-faute dans les Groupes à l’occasion de la journée du samedi. L’année 2017 a-t-elle été aussi catastrophique que cela pour la France ? L’étude que nous vous proposons porte sur l’ensemble de la journée du dimanche, sur dix années, et sans prendre en compte la Qatar Arabian World Cup (Gr1 PA) pour la simple raison qu’il est difficile d’établir des comparaisons fiables par rapport à nos adversaires d’outre-Manche sur cette épreuve. Voici quelques éléments de réponse.

Mon pauvre Cadran… L’erreur est humaine et, dimanche, bon nombre d’observateurs – y compris Jour de Galop – en ont commis une : mettre de côté la victoire de Vazirabad (Manduro) dans le Qatar Prix du Cadran (Gr1). « Oui, mais c’était le samedi ! », nous dira-t-on. À cela nous répondons : « Oui, mais pour des raisons techniques liés à l’Arc à Chantilly... Le Cadran est traditionnellement une épreuve du dimanche. » Dans les Gr1 pour pur-sang du week-end de l’Arc, le score est donc : étranger 6 - France 1. Nous ne sommes pas "fanny", mais il n’y a pas de quoi pavoiser…

C’était encore pire en 2016… L’année 2017 restera comme un mauvais cru pour la France, mais tout n’est pas aussi noir que l’impression ressentie en partant de Chantilly. Il faut dire que, niveau catastrophe absolue, c’est 2016 qui détient la triste palme, et haut la main ! Notre étude prend en effet en compte les deuxièmes et les troisièmes places. En 2017, nous avons eu une victoire et sept chevaux dans les trois premiers des Grs1. En 2016… Une victoire et deux toutes petites places !

En 2017 comme en 2016, la France n’aura remporté qu’un Gr1 pour pur-sang : le Cadran cette année et, l’an passé, le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère avec National Defense (Invincible Spirit). Mais la victoire de National Defense le dimanche, c’était l’arbre qui cache la forêt, ou plutôt le désert, là ou la victoire de Vazirabad cette année, en étant mise de côté, a amplifié l’impression de désastre absolu. Chacun aura sa vision, avec un verre d’eau à moitié vide ou un verre d’eau à moitié plein.

Ce ne fut pas une bonne année en 2017 côté victoires, mais quelques places sauvent l’honneur. C’est le cas de la deuxième place de Cloth of Stars (Sea the Stars) dans l’Arc, battu seulement par une extraterrestre. Pas d’excuses pour 2016, qui fut absolument catastrophique sur tous les plans, comme le montre le tableau ci-dessous.

LA FRANCE DANS LES GRS1 DU WEEK-END DE L’ARC

                   Victoires          2e places         3e places              Total dans les 3 premiers

2017           1                      4                      3                          8

2016           1                      2                      0                          3

2015           3                      3                      3                          9

2014           3                      5                      1                          9

2013           5                      2                      2                          9

2012           5                      2                      4                          11

2011           2                      4                      3                          9

2010           3                      4                      5                          12

2009           4                      4                      3                          11

2008           5                      4                      1                          10

 

On note que ces deux Arcs à Chantilly ont offert à la France leur plus mauvais résultat depuis dix ans : seulement trois chevaux dans les trois premiers en 2016, et huit en 2017, ce qui est notre deuxième plus mauvais score sur les dix dernières années.

Un virus, deux virus… Alors oui, on peut trouver des excuses. Le virus qui a atteint les écuries de Chantilly en 2016, par exemple. C’est à prendre avec des pincettes car un virus a aussi touché quelques écuries de Newmarket l’an passé, mais pas avec une telle force. On peut aussi dire qu'en 2017, l’écurie de Jean-Claude Rouget a aussi été touchée par un grave virus au début du printemps. C’est vrai, mais cela joue-t-il malgré tout un premier rôle au début de l’automne ?

On peut aussi dire que la France a joué de malchance cette année en vue du jour de l’Arc : Terrakova XX (Galileo) aurait pu avoir un rôle à jouer dans le Gr1, mais elle est blessée et partie à la retraite. Un poulain comme Le Brivido (Siyouni) aurait pu être un prétendant sérieux au Qatar Prix de la Forêt (Gr1), mais il est sur la touche… Une Armande XX (Sea the Stars) aurait pu courir l’Opéra, mais elle est sortie de l’entraînement depuis le mois d’août.

On peut aussi dire que certains poulains et pouliches ont été vendus et exportés, comme des Précieuse (Tamayuz), Sistercharlie (Myboycharlie), et autre Vue Fantastique (Motivator), parties aux États-Unis, ce qui affaiblit notre force de frappe… Des excuses valables, mais on ne va pas non plus dire que tout est de la faute à Martin Schwartz et Peter Brant !

L’Angleterre au top. Conséquence de la baisse de la France, c’est l’Angleterre qui se taille la part du lion. Voici les résultats du pays de Sa Majesté et le jeu des vases communicants par rapport à la France est assez clair.

LA GRANDE-BRETAGNE DANS LES GROUPES 1 DU WEEK-END DE L’ARC

                   Victoires          2e places         3e places              Total dans les 3

2017           4                      2                      3                          9

2016           5                      1                      5                          11

2015           3                      3                      4                          10

2014           3                      2                      4                          9

2013           1                      3                      5                          9

2012           2                      4                      3                          9

2011           4                      1                      2                          7

2010           3                      2                      2                          7

2009           1                      3                      3                          7

2008           1                      3                      2                          6

L’Irlande, un cas plus aléatoire. L’Irlande s’en sort particulièrement bien en 2016, année du trio historique d’Aidan O’Brien dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Mais le pays reste largement tributaire de Coolmore et de son entraîneur. John Oxx a désormais très peu de chevaux, Dermot Weld n’a pas la plus grande des forces de frappe, et Jim Bolger est redoutable lorsqu’il arrive à sortir des chevaux de très haut niveau : il n’en a pas forcément tous les ans dans ses boxes.

L’IRLANDE DANS LES GRS1 DU WEEK-END DE L’ARC

                   Victoires          2e places         3e places              Total dans les 3

2017           2                      1                      0                          3

2016           1                      4                      2                          7

2015           1                      1                      0                          2

2014           1                      0                      2                          3

2013           0                      0                      0                          0

2012           0                      0                      0                          0

2011           0                      1                      1                          2

2010           1                      0                      0                          1

2009           2                      0                      1                          3

2008           0                      0                      4                          4

Et les français à l’étranger ? On peut aussi voir la situation d’un autre œil. Le programme international continue de se développer au second semestre, en Europe et à l’international. La Melbourne Cup (Gr1), par exemple, attire des chevaux français qui auraient été prétendants au Cadran ou auraient pu tenter leur chance dans l’Arc pour une place.

Le Champions Day anglais attire aussi. Les meilleurs milers français ont une bonne réussite dans les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1) ces récentes années, avec les victoires de Solow (Singspiel) et Charm Spirit XX (Invincible Spirit), ou la troisième place d’Immortal Verse (Pivotal), troisième. En 2016, ce sont les Champion Stakes (Gr1), après les Irish Champion Stakes (Gr1), qui ont été choisis pour le champion Almanzor (Wootton Bassett), et non pas l’Arc. Une jument comme Bateel (Dubawi) aurait pu tenter sa chance dans l’Arc pour une place, mais son entourage préfère aller vers les Fillies and Mares Stakes (Gr1)…

Lorsque vous avez une jument un peu juste en tenue, pourquoi aller courir le Prix de l’Opéra Longines plutôt que les Sun Chariot Stakes (Gr1) ? De 2009 à 2016, on y dénombre cinq victoires françaises ! Ervedya (Siyouni) s’y est aussi classée troisième en 2016, Miss France XX (Dansili) deuxième en 2014, et Darjina (Zamindar) deuxième en 2008…

Lorsque vous avez une pouliche de 2ans un peu juste en tenue, pourquoi courir le Boussac alors que les Cheveley Park Stakes (Gr1) sont une bonne option ? Different League (Dabirsim) s’y est classée deuxième ce samedi : entre 1982 et 1996, on y comptait trois victoires françaises, toutes à mettre à l’actif de Christiane Head-Maarek. De 2007 à 2016, on en compte aussi trois : Natagora (Divine Light), Special Duty (Hennessy) et Vorda XX (Orpen)… Les mentalités évoluent et le dimanche de l’Arc n’est peut-être plus le centre du monde pour les entraîneurs français.