Charles-Henri de Moussac : « Ce plan préserve la force et les principes fondamentaux de notre système d’allocations »

Autres informations / 20.10.2017

Charles-Henri de Moussac : « Ce plan préserve la force et les principes fondamentaux de notre système d’allocations »

Charles-Henri de Moussac : « Ce plan préserve la force et les principes fondamentaux de notre système d’allocations »

 

« Tout en ayant pleine conscience de l’impact que représente pour les propriétaires une baisse de l’enveloppe des allocations de 25 millions d’euros, le plan proposé par France Galop présente, de mon point de vue, trois axes forts :

- privilégier la recette au travers du programme premium assurant notre financement ;

- assurer une rémunération demeurant très attractive des performances des chevaux de propriétaires jouant la carte « FR » ;

- assurer de continuer à valoriser nos produits à l’entraînement et à l’élevage par notre programme de sélection.

Je remarque que les mesures proposées par France Galop sont, pour une bonne partie, inspirées des recommandations du Syndicat des propriétaires, fruit de la synthèse des propositions élaborées par nos associations régionales. Un premier choix devait se faire entre une baisse linéaire de tous les postes d’encouragement ou la recherche, par des arbitrages ciblés au cas par cas, de décisions plus structurantes pour l’avenir et la préservation de points clés de notre modèle. Nous avons opté pour la deuxième approche, tout en nous attachant à respecter l’équilibre 2/3-1/3 entre le plat et l’obstacle ainsi que celui existant aujourd’hui dans la répartition de l’enveloppe des allocations entre les régions et Paris.

Dans le même temps, nous avons défendu l’idée que ces mesures devaient être complétées par une optimisation du programme national afin d’éviter aux propriétaires de chevaux de catégorie intermédiaire de devoir faire de longs déplacements pour trouver un engagement.

À ce sujet, nous avons été sensibles à la réaction de certains propriétaires en ce qui concerne la modification du barème des indemnités de transport. Nous demanderons ainsi à France Galop que des aménagements soient étudiés afin de ne pas pénaliser ceux contribuant à la recette, notamment au travers des épreuves supports de Quintés.

Nous considérons enfin que la baisse des allocations doit être accompagnée par la recherche de mesures d’économies complémentaires au niveau de l’Institution ainsi que par la mise en place d’un plan de relance commerciale plus ambitieux. Nous avons fait des propositions dans ce sens à la direction du marketing de France Galop et au Marketing commun des courses. »