Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

DROIT DE RÉPONSE - Les temps modernes - Par Patrick Fellous

Institution / Ventes / 21.10.2017

DROIT DE RÉPONSE - Les temps modernes - Par Patrick Fellous

DROIT DE RÉPONSE

Les temps modernes

Par Patrick Fellous

Président de l’Association des Propriétaires IDF, Nord et Haute-Normandie.

La tribune libre de Marcel Chaouat dans le journal daté du 20 octobre amène un droit de réponse de Patrick Fellous que nous publions.

« À Marcel Chaouat :

Cher adhérent,

Nous avons été très sensibles à votre tribune libre du 20 octobre. Votre statut de "membre depuis de très nombreuses années de notre association" vous a obligé à exprimer un fort mécontentement suite au report de l’élection d’un nouveau conseil d’administration.

Bien évidemment, que vous vous soyez fait élire en 2015 administrateur de France Galop sur une liste concurrente de la nôtre (reconnaissons-nous Ganelon ?), que vous n’ayez pas fait adhérer à notre association votre écurie Passion Racing forte de plus de trente chevaux (alors que nous ne pouvons financer les actions nécessaires à la défense des intérêts des adhérents qu’avec leurs cotisations) et qu’enfin, fait unique dans les annales du Syndicat National, suite à un incident de course avec le cheval d’un autre adhérent, vous ayez fait condamner le Syndicat des Propriétaires pour bénéficier d’une indemnité de 100.000 €, ne vous empêche pas de vous penser légitime à un poste d’administrateur pour le grand bien de nos quelques centaines de propriétaires.

L’AG de notre association se tiendra donc le 27 octobre. Les élections des administrateurs sont reportées à une date ultérieure à la suite de dysfonctionnements constatés en terme de délais dans la réception des candidatures dont douze ne remplissaient pas les critères d’éligibilité. De plus, le fichier disponible pour les envois aux adhérents n’avait pas été harmonisé avec celui de ceux identifiés chez France Galop. Confrontée à ces problématiques, la majorité du Conseil a préféré sagement décaler l’élection pour analyser ces cas litigieux, et leur laisser la possibilité d’être éligibles, plutôt que les éliminer pour les quatre années à venir. Les raisons détaillées de cette décision sont consignées dans une note qui sera remise lors de l’Assemblée Générale.

Comme Président de notre association, je défendrai toujours avec persévérance et ténacité les intérêts de nos adhérents, pour que leur passion demeure le moteur principal de nos actions à leur service.

Ainsi, notre association demandera à revoir les dispositions du plan de baisse des allocations de 25 millions d’euros, plan que vous venez de valider récemment en tant que membre du Conseil d’Administration de France Galop, sans tenir compte de ceux qui vous ont amené à ce même Conseil. »