GODOLPHIN FLYING START - Le carnet de voyage de Charlotte Rinckenbach en Irlande

International / 22.10.2017

GODOLPHIN FLYING START - Le carnet de voyage de Charlotte Rinckenbach en Irlande

 

La Française Charlotte Rinckenbach a intégré cette année le programme du Godolphin Flying Start. Elle raconte son expérience au travers de ses voyages dans tous les grands pays de courses au monde, en commençant par l’Irlande.

« C’est après beaucoup de préparation et d’impatience que j’ai quitté Maisons-Laffitte pour m’envoler vers l’Irlande et commencer le Godolphin Flying Start. Direction Kildangan Stud, dans le comté de Kildare, pour rencontrer les onze autres membres du programme qui vont partager ma vie pendant deux ans.

Le Godolphin Flying Start est un programme international se déroulant en Irlande, en Angleterre, aux États-Unis, en Australie et à Dubaï. Il rassemble douze personnes prometteuses pour leur donner une éducation et un entraînement inégalé dans le secteur économique équin, afin d’en faire les leaders potentiels de demain, toujours dans l’optique de la durabilité du monde des courses hippiques et de l’élevage.

Nous avons été retenus après deux séries de sélections. Je suis la seule Française. Le groupe est assez international. On y compte deux Américains, Philip Antonacci et Mackenzie Kurker-Head, quatre Irlandais, Liam Elvidge, Alison Brassil, Amy Buckley et Ian Hickey, une Hollandaise, Naomi Tukker, trois Anglais, Tom Harris, Chloe Pitts et William McNeile, et enfin une Australienne, Katelyn Butler. Nous avons tous des parcours et des personnalités différents, ce qui rend le groupe extrêmement intéressant, mais nous sommes tous liés par notre passion pour le monde des courses et le secteur économique équin en général.

L’Irlande est la première phase du programme et nous avons déjà vécu énormément de choses. Cette phase est celle où le groupe apprend à se connaître, et nous avons fait beaucoup de sorties, partagé des moments ensemble et rencontré de nombreuses personnes. Nous avons visité des centres et haras, comme par exemple le haras Darley Ballysheehan, l’hôpital équin Troytown, l’Irish Equine Center… Des établissements prestigieux nous ont ouvert leurs portes, comme Coolmore, où nous avons pu voir de près de nombreux étalons, dont le célèbre Galileo, ou encore l’Irish National Stud, où nous avons pu approcher le magnifique Invincible Spirit. Nous avons même participé à une course de charité pour les jockeys accidentés sur l’hippodrome de Naas, où j’ai couru 10 km pour récolter des fonds, comme quoi le programme demande aussi de la condition physique !

Les visites et la vie à Kildangan nous permettent de parcourir l’Irlande et de découvrir la tradition de ce pays. La culture irlandaise est fascinante, et que ce soit par l'alimentation ou les habitudes de vie, je me retrouve souvent assez dépaysée. J’ai assisté à mon premier match de hurling, le sport national, au début du programme et je n’avais jamais rien vu de semblable ! Nous avons aussi participé au mythique Champions Weekend à Leopardstown et au Curragh, et l’atmosphère aux courses est tout à fait différente de celle de la France, ce qui en fait tout son intérêt. Ici, pas de PMU, les "bookies" parsèment le champ de course pour nous offrir les meilleures cotes. Mais le plus étonnant a été notre sortie aux courses à Laytown. Ici, pas de piste, les courses se déroulent sur… la plage !

En plus des visites et des événements, nous suivons des cours à Kildangan Stud. Nous avons beaucoup de cours donnés par l’école vétérinaire de Dublin (U.C.D.). Les cours sont intenses, et en tant que Française, j’ai beaucoup de vocabulaire scientifique à apprendre, mais les efforts en valent la peine car les cours nous apportent un savoir indispensable pour la suite du programme. Nous avons aussi différents cours sur la direction, la communication, le montage vidéo… Une vraie formation.

Une autre partie de notre apprentissage à Kildangan repose dans le domaine du débourrage de yearlings. En effet, le groupe est réparti entre les différentes écuries du haras et chaque matin, nous travaillons à débourrer des yearlings avec une équipe de professionnels. J’aime vraiment cette partie du programme en Irlande, car nous nous sommes vu attribuer deux yearlings chacun, et nous les aidons à évoluer chaque jour pour qu’ils soient prêts à être montés cet hiver à Newmarket. Une grande partie du travail repose sur la construction d’un sentiment de confiance avec eux et leur apprendre à supporter la selle. Ces yearlings ont tous un excellent pedigree. Je m’occupe moi-même de deux petits mâles, un Dubawi par Miss Lucifer et un Shamardal par Silca’s Sister. Avec un peu de chance, j’aide des futurs champions à faire leurs premiers pas !

Le programme nous a aussi donné l’occasion d’une immersion dans le monde des ventes. Nous nous sommes tous vu attribuer un agent pour la Goffs Orby Sale. C’était la première fois pour moi que je travaillais du côté des acheteurs, et j’ai adoré cette semaine. J’ai regardé de très nombreux yearlings avec Luke Lillingston, et cela a été pour moi l’occasion de m’intéresser à la conformation des yearlings en fonction de leurs pedigrees, et d’apprendre les ficelles du métier d’agent. Ces journées sont fatigantes, mais elles en valent vraiment la peine.

Dans la continuité des belles courses, nous sommes allés passer un week-end à Chantilly pour le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Cela a été l’occasion de découvrir nos belles courses françaises. France Galop nous a magnifiquement accueillis et nous sommes allés visiter les pistes des Aigles et des Lions. Ce week-end restera dans nos mémoires, avec l’inoubliable victoire d’Enable dans l’Arc. Un condensé d’émotions, d’amitié et de tradition française, avant de retourner dans notre haras irlandais.

Dans deux semaines nous quitteront l’Irlande pour entamer la deuxième phase du programme, à Newmarket, en Angleterre, ce sera l’occasion de découvrir de nouveaux aspects du secteur économique équin international. »