Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le plan d’économies commenté par plusieurs membres du Comité (suite)

Institution / Ventes / 21.10.2017

Le plan d’économies commenté par plusieurs membres du Comité (suite)

Le plan d’économies commenté par plusieurs membres du Comité (suite)

Lundi, le Comité de France Galop a discuté du plan d’économies proposé par le Conseil d’administration. Pour en savoir plus, nous avons interrogé (ou relayé une contribution) les représentants de plusieurs associations professionnelles et des membres cooptés.

Lors des interviews, nous leur avons posé deux questions :

Que pensez-vous du projet de baisse des encouragements en 2018, suite à la dernière séance du Comité ?

Comment feriez-vous évoluer le plan initial de France Galop ?

Jean-Baptiste Andreani : « La raison doit l’emporter sur la colère »

« Suite au dernier comité de France Galop, j’ai lu les nombreux commentaires des membres du comité que vous avez publiés, et je voulais apporter le mien, sans esprit polémique. J’ai voté ce plan d’économies, certes drastique, mais nécessaire, même si quelques aménagements sont à prévoir. On pourrait même le qualifier de plan de sauvegarde…

Je voudrais rappeler que nous avons hérité de la situation dans laquelle nous sommes. L’ancienne mandature n’avait sûrement pas imaginé que nous en serions là aujourd’hui, même s’ils ont commencé à essayer de redresser la barre. Il est certain que le projet du nouveau Longchamp plombe les comptes. Mais il faut le voir comme un investissement, certes lourd, mais qui devrait nous permettre de relancer notre activité. Notre situation est aussi liée au contexte économique global.

Le Président a pris ses responsabilités en initiant des mesures qui impactent tous les secteurs de la filière, afin de pouvoir présenter à l’État un budget à l’équilibre.

Concernant les aménagements dont j’ai parlé, je pense qu’il faut revoir la suppression de la prime pour les vieux chevaux qui sont aussi touchés par la baisse des indemnités de transport, puisque ce sont eux qui courent le plus souvent. Ces aménagements doivent se faire dans le dialogue. Concernant les courses PMH, les plus habilités à avoir un avis autorisé sur la réforme sont les présidents des conseils régionaux. Les consulter permettrait sans doute de trouver la juste mesure.

J’ai entendu parler de menace de grève pour ce dimanche. C’est très grave, car une grève réduirait à néant les efforts du PMU, et détournerait nos parieurs vers d’autres jeux. Il faut être très vigilant à ce sujet, et j’espère que la raison l’emportera sur la colère. Je ne me souviens que trop bien de l’exemple de l’Italie… »