Télécharger la dernière édition
French Purebred Arabian

French Purebred Arabian

QATAR ARABIAN TROPHY DES JUMENTS - MUNEERA DEVANT JAMAHEER, LE SCORE PARFAIT DE DAMIEN DE WATRIGANT

19.10.2017

QATAR ARABIAN TROPHY DES JUMENTS - MUNEERA DEVANT JAMAHEER, LE SCORE PARFAIT DE DAMIEN DE WATRIGANT

CHANTILLY (FRA), 30 Septembre 2017

Gr. I PA - 4 year olds - Fillies - 2,000m - € 150,000

Lors du grand week-end cantilien, Damien de Watrigant avait deux partants. Ces deux pouliches se sont respectivement classées première et deuxième du Qatar Total Arabian Trophy des Juments (Gr. I PA). Ce succès récompense deux propriétaires-éleveurs qui font confiance depuis longtemps à cet entraîneur et au haras de Mandore : Mohammed Al Nujaifi et le cheikh Hamdan Al Maktoum.

Le premier Groupe de Muneera

Karimah (Munjiz), munie d’œillères, s’est montrée très allante dès le départ, comptant jusqu’à une dizaine de longueurs d’avance en abordant le tournant. Alors que l’animatrice baissait de pied, Muneera (Dormane) a progressé en épaisseur. Dans la ligne droite, elle a galopé dans le sillage de Jamaheer (Mahabb) avant d’être décalée à 450 mètres du but. La future lauréate est alors rapidement venue à bout d’Almaa (Amer).

Placée de Groupe à plusieurs reprises, Muneera a remporté son premier Groupe I PA avec une courte avance sur Jamaheer, qui a signé une bonne fin de course. Almaa a fini proche troisième, avec une encolure d’avance sur Al Mouzdahira (Azadi), une pouliche qui n’a cessé de progresser cette année.

L’aptitude au souple

Visiblement ému, Damien de Watrigant nous a expliqué après la course : « Comme je l’avais dit précédemment, je pense que Muneera est supérieure à Jamaheer en terrain souple. Aujourd’hui, il se rapproche de 4 au pénétromètre. Muneera est une jument dure qui tient la distance. Or, Chantilly, c’est un hippodrome dur et elle a su faire la différence. Jamaheer s’est retrouvée devant un peu tôt mais ce n’est pas la faute de son jockey. Elle est bien mais a un peu calé pour finir. Nous sommes premiers et deuxièmes, il est difficile d’imaginer mieux ! Mohammad Al Nujaifi et le cheikh Hamdan Al Maktoum sont des propriétaires-éleveurs. Il s’agit certainement de la plus belle victoire française de Mohammad Al Nujaifi car cette épreuve est le Groupe I PA le plus relevé pour les femelles. Cela récompense leur travail, leur passion et leurs espoirs. Mohammad Al Nujaifi a eu la bonne idée de croiser sa souche irakienne avec Dormane (Manganate) qui a été élevé par mon père au haras de Mandore. Cet étalon était également le père de Ziva, la mère de Jamaheer, qui était elle aussi née chez nous. Le cheikh Hamdan a fait un croisement avec Mahabb (Tahar de Candelon) qui a très bien fonctionné. »

Al Mouzdahira et Um Graibah à revoir

Thomas Fourcy est l’entraîneur de la troisième, de la quatrième et de la cinquième. Il nous a dit : « Almaa (3e) fait sa course, mais le scénario n’a vraiment pas été idéal pour elle. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de rythme. Elle a été prise de vitesse, mais n’a rien lâché. C’est une petite jument qui n’a pas une grande action et elle ne démérite pas. Al Mouzdahira (4e) nous surprend. Elle venait de gagner une petite course à La Palmyre. Vincent Cheminaud, qui la montait, connaît très bien les chevaux arabes et l’a montée au millimètre. Um Graibah (5e) est sortie mollement des boîtes. Elle manque encore de maturité, c’est une pouliche grande et légère qui va devenir, je crois, une bonne jument à l’avenir. »

La victoire d’un grand élevage

La famille Al Nujaifi a migré d’Arabie en Irak en 1638 avec ses chevaux. Depuis cette date, elle élève et fait courir dans ce pays. Plus récemment, Mohammed Al Nujaifi a déplacé une partie de son effectif en Europe. Il nous a confié : « C’est une superbe course. Je suis ravi. Muneera est l’une des meilleures juments de 4 ans au monde. Il faut remercier le Qatar pour le soutien qu’il apporte à ces épreuves. Je veux aussi manifester toute ma satisfaction à son entraîneur, Damien de Watrigant, et à Val Bunting qui s’est occupée d’elle pendant sa période d’élevage. J’ai choisi de courir en France depuis de nombreuses années et j’ai eu la chance d’y connaître beaucoup de succès. C’est le meilleur pays au monde pour faire courir des chevaux arabes. Muneera prouve toute la qualité des souches irakiennes et les statistiques plaident en leur faveur. Je n’élève qu’une poignée de chevaux par an. Ils ont tous gagné et la plupart sont black types. Avant Muneera, en Europe, j’ai eu le plaisir d’avoir des élèves performants à haut niveau  comme Hilal Al Zaman (Mencour), Gharra’a (Matador), Ghazwa (Zawam) ou Hurra (Asad Saif). »

La sœur d’Hurra

Muneera est une élève de Mohammed Al Nujaifi. Elle a grandi en France chez Val Bunting. Sa mère, Hamiya (Al Hasim), a gagné dix courses en Irak dont les 2 000 Guinées locales. Elle a produit trois black types dont Hurra (Asad Saif), deuxième de l’International Ifahr Trophy (Gr. II PA) à Istanbul et troisième de The Hatta International Stakes (Gr. I PA) à Newbury, et Al Haail (Elios de Carrère), troisième de la Stockholm Arabian Cup (Gr. III PA) à Täby. Al Karta (Zad Al Rakib), la deuxième mère, a remporté huit courses en Irak, dont l’Iraqi Jockey Club Trophy (Gr. I PA) et l’Iaho Trophy (Gr. II PA). Elle s’était aussi classée deuxième du Derby (Gr. I PA) local.

   Saint Laurent
  Manganate 
   Mandragore
 Dormane  
   Grabiec
  Mandore 
   Mandarine III
MUNEERA (F3)   
   Saut du Loup
  Al Hasim 
   Brons
 Hamiya  
   Zad Al Rakib
  Al Karta 
   Bint Al Sahra