LA SEMAINE DE L’ÉLEVAGE - Grâce à Cracksman, Frankel fait mieux que Galileo

Courses / 23.10.2017

LA SEMAINE DE L’ÉLEVAGE - Grâce à Cracksman, Frankel fait mieux que Galileo

 

Par Franco Raimondi

Le 19 octobre 2016 à Newmarket, Cracksman (Frankel) a décroché sa première victoire, sans faire exploser le chronomètre. John Gosden et Anthony Oppenheimer ont offert aux téléspectateurs anglais une drôle de scène. L’entraîneur l’avait décrit comme un cheval de 2.000m ou plus. L’éleveur et propriétaire, en se basant sur son origine, voyaient plus en lui un cheval pour les Guinées. Après sa place dans le Derby, c’est finalement sur 2.000m, dans les Champion Stakes, que Cracksman a livré sa plus grande performance.

Un rating probable de 131. Il a fallu attendre les Champion Stakes pour voir enfin Cracksman triompher dans un Gr1. Ce lundi, les ratings officiels de la course de Newmarket n’étaient pas encore sortis. Mais un petit calcul nous permet de lui attribuer quelques points de plus qu’Enable (128). Les sept longueurs d’avantage sur Poet’s Word (Poet’s Voice), multipliées par le coefficient 1,75 utilisé sur 2.000m, correspondent à 12,25. Le rating probable du deuxième est 119 (c’est celui de sa dernière sortie). L’addition des deux chiffres donne à Cracksman un hypothétique rating officiel de 131,25. C’est trois livres de plus qu’Enable. Pour Timeform, l’écart n’est que de deux livres, soit 136 pour le mâle et 134 pour la pouliche. Le Racing Post place Cracksman à 131 et Enable à 129. Il faudra attendre le 9 novembre et les Longines World’s Best Racehorse Rankings pour avoir la réponse définitive.

LES 10 DERNIERS VAINQUEURS DES CHAMPION STAKES

Édition          Lauréat                         Rating officiel

2017             Cracksman                    131

2016             Almanzor                      129

2015             Fascinating Rock          123

2014             Noble Mission               122

2013             Farhh                             124

2012             Frankel                          140

2011             Cirrus des Aigles          126

2010             Twice Over                   125

2009             Twice Over                   123

2008             New Approach             130

Mieux que Golden Horn. Cracksman n’a pas pu améliorer le rating de son père, Frankel (140). Mais si notre prédiction de 131 se confirme, il a décroché le deuxième meilleur rating des dix dernières années dans les Champion Stakes. Selon Timeform, il domine Golden Horn (136 contre 133). Les deux chevaux sont issus de la même souche de l’élevage Oppenheimer, celle de la gagnante classique – et des Sussex Stakes (Gr1) – On the House (Be my Guest). En 1982, cette dernière avait décroché 125. En fin de saison, on pouvait lire dans le Race Horses of 1982 : « Même si dans sa souche il y a beaucoup de vitesse, On the House est bâtie pour le mile et adore le terrain léger. » Son arrière-petit-fils a pourtant livré sa meilleure performance en terrain lourd et sur 2.000m.

Une souche de vitesse. Anthony Oppenheimer n’avait pourtant pas totalement tort. Il en effet assez difficile de trouver de la tenue dans le pedigree de Cracksman. On the House a presque toujours eu droit à des étalons de haut niveau, mais plutôt orientés vers la vitesse, les tentatives avec Shirley Heights (Mill Reef), Top Ville (High Top) et Kalaglow (Kalamoun) ayant déçu. Même quelques efforts pour rallonger la production de la deuxième mère, St Radegund (Green Desert), n’ont pas été payants. Le meilleur produit de cette dernière, Rhadegunda (Pivotal), la mère de Cracksman, a gagné une Listed sur 1.800m en terrain lourd. Rhadegunda a été saillie par Dalakhani (Darshaan), Montjeu (Sadler’s Wells), Sea the Stars (Cape Cross) et Frankel. Trois gagnants classiques sur 2.400m et un cheval qui tenait 2.000m. Le meilleur résultat est issu de ce dernier.

Le nick avec les fils de Mr. Prospector. On a donc le droit de penser que Frankel, outre son talent et sa classe, est capable de transmettre les autres qualités de Galileo, dont fait partie la tenue. Six des 13 gagnants de Groupe issus de sa première génération ont gagné sur 2.000m ou plus. L’étalon de Juddmonte compte désormais 16 lauréats de Groupe, dont trois qui appartiennent à sa deuxième production. Ces 16 gagnants ont 15 pères de mères différents. Eminent et Last Kingdom sont effet issus de filles de Kingmambo (Mr Prospector). Un autre Mr Prospector, Machiavellian, est le père de la mère de Rostropovich et un fils de Machiavellian, Vettori, est responsable de la mère de Lady Frankel. Finche vient aussi de ce croisement car sa mère est par Woodman (Mr Prospector).

Frankel meilleur que Galileo ? Les premiers produits de Frankel sont en train de terminer leur saison de 3ans. Comparer ce dernier et son père Galileo est un jeu à risque. Mais c’est très amusant. Ils n’ont pas commencé avec le même tarif de saillie. Ils n’ont pas non plus eu accès aux mêmes juments au départ. La liste des facteurs pouvant influer est sans fin. Mais le résultat est frappant, car même en ayant beaucoup d’éléments de son côté, il est toujours exceptionnel de faire mieux que le meilleur étalon du monde. Frankel, qui n’a pas encore sorti toutes ses cartouches, a donné 16 gagnants de Groupe. Au même stade, son père en avait 8. En se concentrant sur l’Europe, le score est de 14 à 7. En effet, Red Rocks (Galileo) avait ouvert son palmarès dans les Groupes directement dans le Breeders’ Cup Turf à Churchill Downs. Par contre, en ne gardant que les gagnants de Grs1, les quatre lauréats de Galileo sont plus nombreux que les deux de son fils (Soul Stirring et Cracksman). Galileo avait par ailleurs sorti le champion des 2ans (Teofilo).

Et les préjugés ont craqué. Une saison ne suffit pas pour juger un étalon. Mais elle suffit pour faire monter les préjugés. On avait entendu que les Galileo n’étaient pas bons. Ensuite que les Sea the Stars n’avançaient pas. Enfin que les Frankel étaient limités aux Gr3. Galileo est devenu Galileo, Sea the Stars est Sea the Stars et Cracksman a fait craquer les préjugés sur Frankel…