Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - À Patrick Fellous, vérités sur une élection "reportée à une date ultérieure" !

Courses / 22.10.2017

TRIBUNE LIBRE - À Patrick Fellous, vérités sur une élection "reportée à une date ultérieure" !

 

Par Patrick Klein, éleveur et propriétaire, membre élu à France Galop du Conseil de l’obstacle, candidat au poste d’administrateur de l’Association des propriétaires d'Île-de-France

« J’ai adhéré à l’Association des propriétaires d'Île-de-France car je pense que la vie associative ainsi que le bénévolat sont deux piliers indispensables à notre Institution et que d’y participer est important. Je souhaite par ce biais contribuer à la défense de nos propriétaires/éleveurs et apporter à l’Institution ma pierre à l’immense travail de réformes à venir.

Je dois dire que depuis une dizaine de jours, ma stupéfaction est totale.

Vos comportements et votre tribune hier dans JDG m’obligent à intervenir pour rétablir la vérité et clarifier vos approximations. Les adhérents doivent savoir ce qu’il se passe.

Dans votre intervention d’hier, vous considérez la candidature de Marcel Chaouat illégitime... Seul le vote des adhérents aurait pu trancher et vous êtes très mal placé pour en juger, vous qui venez de reporter l'élection, empêchant par là même les adhérents de s’exprimer !

Pour rappeler les faits, lors de son dernier Conseil d’administration, l'Association a envoyé un appel à candidatures fixant la date de l’élection des nouveaux administrateurs en Assemblée générale le 27 octobre 2017. Les conditions pour se porter candidat :

- être adhérent à jour de cotisation,

- s'être déclaré par L.A.R. jusqu'au 10 octobre, cachet de la poste faisant foi.

Le Conseil d'administration de l'Association s’engageait alors à faire parvenir la liste des candidats le 16 octobre.

La suite fut hallucinante. En effet, constatant que de nombreux candidats ne semblaient pas estampillés du logo "Fellous", vous avez cherché par tous les moyens à remettre ce scrutin. Vous avez chargé l'un de vos administrateurs de vérifier les candidatures. J’ai eu la chance de consulter les conclusions de ce monsieur. Ce document est un tissu d’approximations volontaires et d’erreurs. Les arguments développés, et en particulier l’article 7, sont complètement fantaisistes et illégitimes. En effet, cet article 7 prétend que pour être valable une adhésion doit être agréée par le Conseil d’administration. Si c’était effectivement le cas, l’Association n’aurait plus aucun membre ni administrateurs ! Aucun procès-verbal de Conseil d’administration n’a enregistré d’agrément depuis des décennies... Vous exhumez des articles tombés en désuétude quand cela vous arrange. En clair, vous n’avez jamais appliqué cet article, ni les précédents présidents, messieurs Bouchara et Lipskind. En appliquant cet article, vous excluriez tous les membres de l’Association et ne faites aucun cas du prélèvement par France Galop de la cotisation adhérent. En résumé, vous prenez l’argent, assurez en responsabilité civile et prétendez que ces membres ne seraient pas adhérents ! Bien étrange logique...

Monsieur Fellous, soit les candidatures sont valides, soit elles ne le sont pas, c’est très simple de vérifier cela : adhérent, cotisant, cachet de la poste. Alors pourquoi reporter l’élection si ce n’est pour "y échapper" ?

Aujourd'hui, vous prétendez appliquer les statuts alors que vous ne respectez pas vous-même la règle la plus élémentaire : à savoir que seul le Conseil d’administration peut changer une décision prise par lui-même. Vous bafouez toutes les règles en décidant seul du report de cette élection. Or, vous n’êtes que l’émanation du Conseil d’administration et n’avez aucun droit d’annuler de vous-même une décision de celui-ci.

J’ai eu le témoignage de membres du Conseil d’administration confirmant qu’aucune convocation ou réunion du Conseil d’administration n’a eu lieu à cet effet. Dans JDG, vous employez une formule à dessein équivoque, je vous cite : « La majorité du Conseil d'administration a préféré sagement décaler l’élection... » Vous confondez le Conseil d’administration et vous-même ! Ainsi, vous trompez les adhérents en leur faisant croire que le Conseil d'administration a décidé de reporter cette élection. Or, cela n'a jamais été le cas.

Vous outrepassez vos droits et l’éthique que l’on peut attendre d’un président d’association, prouvant le peu de respect que vous portez au Conseil d’administration et aux adhérents.

Notre Association, par votre décision inique, est précipitée vers le discrédit et le vide, peut-être vers sa disparition. Je ne l’admets pas.

Notre Association doit retrouver sa place centrale au sein du Syndicat national des propriétaires, nous devons construire un programme, redevenir une force de propositions pour l’Institution, défendre les intérêts de nos adhérents, en particulier sur le dossier en cours du statut des jockeys. Bref, sortir de ces manœuvres et querelles stériles, reconquérir les places perdues lors de la dernière élection que vous avez conduite avec les résultats que nous connaissons tous...

Vous prétendez être un honnête homme, je veux encore le croire malgré les manœuvres de ces derniers jours. Aussi, pour sortir de cette impasse dans lequel vous nous précipitez, je propose qu’il soit formé par des adhérents de l’association connus et respectés par tous, une commission électorale. Celle-ci sera chargée d’organiser les élections dans un délai de 4 semaines passé le 27 octobre. Elle sera en charge de la validation ou du rejet des candidatures reçues et d’organiser le scrutin.

Cette commission sera composée par messieurs Lipskind notre président d’honneur, Aubry Dumand, reconnu impartial par tous, Charles-Henri de Moussac, notre président national, et vous-même.

Messieurs Lispskind, Aubry-Dumand et Moussac ont déjà donné leur accord, prouvant par là même un grand sens de l’intérêt général.

Je demande par la présente au président de France Galop, Édouard de Rothschild, d’appuyer cette proposition afin d’éviter le vide et d’éventuels recours juridiques qui éclabousseraient par ricochet l’image de l’Institution.

Votre refus de former cette commission électorale et de votre participation à celle-ci éclairerait les adhérents et candidats sur vos desseins. »