Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Notre association est-elle devenue une dictature ?

Courses / 19.10.2017

TRIBUNE LIBRE - Notre association est-elle devenue une dictature ?

Par Marcel Chaouat, membre de l’Association des propriétaires de chevaux de course de l’Île-de-France, et candidat au Conseil d’administration de cette même association

« Membre depuis de très nombreuses années de l’Association des propriétaires de chevaux de course de l’Île-de-France, je me dois d’exprimer ma surprise et mon mécontentement ! Le 27 octobre prochain devait se tenir une Assemblée générale élective, afin d’élire un nouveau Conseil d’administration, un nouveau Bureau et un nouveau président. J’avais bien reçu la convocation annonçant tout cela et précisant que chaque membre pouvait être candidat à un mandat d’administrateur.

Or on vient de me transférer un email que le président actuel Patrick Fellous a envoyé à tous les membres, annonçant que l’A^.G. du 27 ne sera pas élective, puisqu’il a été décidé de reporter l’élection prévue. Comme ça. Sans explications. Sur un simple trait de plume.

Qui a décidé cela ? J’exige de le savoir !

Nous en sommes tous réduits à des hypothèses au sujet des motivations du président actuel… Est-ce parce qu’il craint d’être battu dans les urnes le 27 octobre ? N’apprécierait-il pas certaines candidatures au point de reporter le scrutin ?

C’est vraiment dommage, parce que de nombreux candidats se sont présentés à ces postes d’administrateurs. Il y a notamment beaucoup de nouveaux visages. À la place du président, je m’en féliciterais, je serais ravi de l’adhésion de nouvelles personnes souhaitant participer à la vie de l’association et de notre Institution. Mais nous ne devons pas avoir la même vision des choses…

Patrick Fellous nous laisse à penser qu’il considère l’association comme "sa" propriété.

En tout cas, par sa décision de reporter les élections, je juge que le président actuel ne respecte ni les adhérents ni même ses propres décisions, puisque c’est lui qui avait convoqué le scrutin. Un tel comportement n’est pas digne et fait honte au monde associatif, qui est un des piliers de notre Institution.

Je ne peux pas admettre qu’une personne, à elle seule, mette en péril notre association !

Je vais faire appel à notre ancien président Berthold Lipskind, homme de droit et incontesté au sein de notre association, afin de faire respecter les règles et de nous sortir de la tourmente dans laquelle nous sommes aujourd’hui.

Berthold Lipskind, entouré de "sages" comme Jean-Marie Aubry-Dumand, Athanase Poulopoulos et, pourquoi pas, notre président national Charles-Henri de Moussac (qui, lui, a été élu…), pourra par exemple être chargé de vérifier la liste des candidats, de la valider, voire d’en écarter certains si de bonnes raisons le justifient (membre pas à jour de cotisation ou candidature envoyée trop tard) – ceci dans le but d’organiser l’élection qui doit avoir lieu en bonne et due forme le 27 octobre 2017.

Voilà qui permettra à notre association de sortir par le haut de l’impasse vers laquelle on l’a conduite aujourd’hui. »