Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Courses / 19.10.2017

TRIBUNE LIBRE - Réflexion sur le calendrier des courses

 

Par Jacques Soriaux, éleveur et propriétaire

« En plat, les Groupes attirent avec peu de partants. Avons-nous un calendrier toujours d’actualité ? Je ne le pense pas. Prix du Conseil de Paris ? Quatre partants, et ce après supplémentation. Critérium de Maison Laffitte ? Trois partants...

Nos courses de plats fonctionnent avec un calendrier établi depuis plusieurs décennies. Mais depuis, les courses ont évolué.

1 - À l’automne, de nombreux meetings sont désormais organisés, aux États-Unis (Breeders’ Cup), Hongkong, Japon, Australie, puis en mars, Dubaï, qui se prépare avec une mise au repos à l’automne.

2 - Les concurrents étrangers sont nombreux dans les Groupes, d’où une certaine retenue dans les partants, voire les engagés nationaux, dans les Groupes pour 2ans.

3 - Les courses de 2ans sont convoitées par les étrangers qui n’hésitent pas à exploiter à 2ans leurs meilleurs éléments. Aussi faut-il être suffisamment endurci pour courir, avec une chance, un Robert Papin ou un Morny face à des chevaux ayant couru 4 ou 5 fois, dont dans des Groupes.

Après ce constat je me penche sur quelques particularités dans les programmes. Le Ganay se court fin avril, début mai. Son gagnant n’a plus rien à courir avant le Grand Prix de Saint-Cloud, fin juin, sauf à supporter des surcharges dans les Grs2. Un miler va courir le Muguet le 1er mai  puis plus de courses avant le Jacques Le Marois mi-août, sauf à supporter des surcharges dans des Groupes inférieurs.

Je pense qu’une réflexion devrait être menée pour transférer des courses de l’automne vers le printemps et prévoir un programme progressif pour les 2ans afin que les meilleurs des courses d’inédits puissent gravir les échelons et arriver sur les Grs1 du weekend de l'Arc, puis sur les deux Critériums de Saint-Cloud avec de bonnes chances. »