Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Alary de retour en France

Courses / 16.11.2017

Alary de retour en France

Alary (Dream Well) est de retour en France, étant déclaré à l’entraînement chez Jehan Bertran de Balanda. Le cheval avait été exporté en Angleterre après sa deuxième place dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1), en novembre 2016. Il s’était aussi classé troisième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) la même année.

Acquis par Alan Potts durant l’hiver 2016, il avait rejoint les boxes de Colin Tizzard. Mais Alary n’a pas réussi à s’illustrer sur les fences anglais en quatre sorties. Jehan Bertran de Balanda nous a expliqué : « Alary a rejoint mes boxes il y a trois semaines environ. Il ne s’était pas adapté à l’Angleterre et a eu de petits problèmes. Colin Tizzard, qui l’entraînait, avait suggéré à monsieur Potts de le renvoyer en France, où il avait de bonnes performances. Ils m’ont tous les deux appelé et le cheval est venu chez moi. Nous nous occupons de lui. J’avais pensé à un moment le courir dans le Prix Georges Courtois (Gr2), mais cela venait assez vite. »

Ann et Alan Potts, des passionnés qui nous ont quittés. Jehan Bertran de Balanda n’a pas fait de plans avec Alary. La situation est délicate car Alan Potts nous a quittés il y a quelques jours, moins de trois mois après le décès de sa femme, Ann, également très impliquée dans les courses. Alary est déclaré avec la succession Alan Potts comme propriétaire. L’entraîneur nous a dit : « J’ai appris avec tristesse la disparition d’Alan Potts. Je suis en contact régulier avec son assistante mais je n’ai pas parlé avec ses enfants. Je sais que les chevaux vont courir ce week-end à Cheltenham mais je ne veux pas embêter les enfants de monsieur Potts, des gens charmants, dans ce moment difficile. Il me reste huit de ses chevaux puisque j’ai reçu six stores. C’est vraiment très triste. Monsieur Potts avait un grand respect pour ses chevaux. Nous n’avions pas eu de champions ensemble, mais nous avions de très bonnes relations. C’était un grand sportman. Ann, sa femme, nous avait quittés récemment. Elle était très malade et Alan Potts faisait tout pour elle. Sa réussite avec les champions était finalement assez récente et il a une histoire assez exceptionnelle : rappelons qu’il a été mineur. J’ai eu l’occasion de discuter cet été avec Colin Tizzard et Jessica Harrington, qui entraîne Sizing John, le gagnant de la Gold Cup. Tout le monde prenait du plaisir à travailler avec monsieur Potts, respectueux des chevaux et des hommes. J’espère que ses enfants vont poursuivre l’histoire. J’ai lu dans un article du Racing Post que sa fille souhaiterait continuer. »