Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE BLOC-NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Auteuil et ses drôles de dames

Courses / 14.11.2017

LE BLOC-NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Auteuil et ses drôles de dames

 

La victoire de De Bon Cœur  (Vision d’État) dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1), dimanche à Auteuil, l’a définitivement installée parmi les grandes dames d’Auteuil. Son succès est l’occasion de revenir sur huit juments, toutes gagnantes de Gr1, qui ont marqué l’histoire de l’obstacle français.

DAWN RUN

Née en 1978

(Deep Run & Twilight Slave, par Arctic Slave)

Pr. : C. Hill

El. : J. Riordan

Entr. : P. Mullins

On pourrait écrire un livre sur la championne irlandaise Dawn Run (Deep Run) ! Entraînée par Paddy Mullins, le père de Willie, elle a marqué les années 80. Douée en haies comme en steeple, elle a gagné quatre Grs1 sur les claies sur 3.200m, dont le Champion Hurdle de Cheltenham. Dans la foulée, elle a remporté l'Aintree Hurdle (Gr1), le Prix La Barka (Gr2), et, pour son essai sur 5.100m, la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) 1984.

Deux ans plus tard, associée au futur top trainer d’obstacle Jonjo O’Neill elle a fait sienne la Cheltenham Gold Cup (Gr1) et réussi un triplé inédit avec le Champion Hurdle et la Grande Course de Haies. Toujours en 1986, elle vise le doublé dans la Grande Course de Haies d’Auteuil, mais chute, se brise l’encolure et disparaît. Plus tard, Dawn Run sera honorée par plusieurs courses de Groupe et surtout une statue sur l’hippodrome de Cheltenham. Vingt ans plus tard, Willie Mullins n’hésitera pas à envoyer des chevaux pour la Grande Course de Haies et le Prix Alain du Breil dans lesquels il brillera lui aussi.

FRAPPEUSE

Née en 1984

(Sissoo & La Frappe, par Faux Monnayeur)

Pr. : F. Marti, puis H. Schwarz

El. : Mme C. Coulombier

Entr. : J. Ortet

Frappeuse (Sissoo) a marqué la fin des années 80 et le début des années 90 à Auteuil. Elle a été le premier très grand cheval entraîné par Jacques Ortet. Et elle a aussi révélé un tout jeune jockey d’obstacle, qui allait laisser son empreinte sur la discipline : Christophe Pieux ! Frappeuse, c’était un peu un Or Jack au féminin. Elle a brillé partout où elle est passée.

Elle débute en obstacle à Pau et gagne ses deux premières sorties au printemps 1987. À 4ans, malgré un premier semestre chargé, elle remporte le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), alors disputé le 19 juin 1988. À l’automne, elle se classe deuxième du Prix Maurice Gillois (Gr1) et enlève le Prix Morgex (Gr3). À 5ans, rien ne lui résiste, elle se déplace en Italie, comme Or Jack plus tard, pour gagner le Gran Steeple-Chase di Milano (Gr1) qu’elle remportera une seconde fois en 1990. Elle s’impose aussi dans le Prix La Barka (Gr2), la Grande Course de Haies de Printemps et la Grande Course de Haies d’Enghien (Grs3). Elle finit également deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil et du Gran Premio di Merano (Grs1). Sa carrière se termine avec près de 600.000 € de gains en France, alors que les allocations étaient plus faibles qu’aujourd’hui, et sans compter les gains pris à l’étranger.

LINE MARINE

Née en 1997

(Agent Bleu & Line Saj, par Dhaudevi)

Pr. : Mme G. Vuillard

El. : Mme G. Vuillard

Entr. : J. Ortet & C. Aubert

Line Marine (Agent Bleu) a été une championne de très haut niveau. Comme Frappeuse, sa carrière commence à Pau, durant l’hiver de ses 3ans à 4ans. Après quatre sorties en haies, son entraîneur, Jacques Ortet, la fait débuter en steeple, à Pau, au printemps, avec deux succès à la clé. Puis elle passe par Lyon-Parilly et Auteuil, où elle préserve son invincibilité en steeple. Son mentor choisit ensuite de la ramener en haies. Nous sommes alors à l’automne 2001 et elle fait deux piges victorieuses, l’une dans le Prix Pierre de Lassus (Gr3) et l’autre dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1). Absente un an, elle réapparaît sous l’entraînement de Christophe Aubert. Elle aligne les victoires sous la selle de Dominique Bressou. Le couple remporte le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3) et le Prix William Head (L). Mais Dominique Bressou est victime d’une sévère mise à pied en Italie. La possibilité de prendre un joker en France n’existe pas encore. Il est contraint de laisser sa place à… Christophe Pieux ! Le jockey aux quinze Cravaches d’or était le premier pilote de Line Marine. Et il courait après son premier Grand Steeple comme Frankie Dettori après le Derby d’Epsom (Gr1). En ce 25 mai 2003, rien ne résiste à Christophe Pieux. Quelques instants avant de se mettre en selle dans le Grand Steeple, il reçoit la médaille d’or de la Jeunesse et des Sports. Il est d’ailleurs le seul jockey à avoir reçu cette distinction. Il monte Line Marine qui réalise un parcours sans faute et ne laisse aucune chance à ses rivaux. La jument des époux Vuillard offrira un premier Grand Steeple à tout son entourage. Et remettra les femelles à l’honneur dans la grande épreuve d’Auteuil. Depuis Hyères III, triple gagnante de 1964 à 1966, aucune femelle n’avait gagné le Grand Steeple.

KARLY FLIGHT

Née en 1998

(Mansonnien & Karmyn Flight, par Pure Flight)

Pr. : P. Boiteau

El. : P. Boiteau

Entr. : A. Chaillé-Chaillé

Karly Flight (Mansonnien) enthousiasme Auteuil au début des années 2000. À cette période, il y avait nettement moins de femelles dans les belles courses qu’à présent. Puis apparaissent Karly Flight et Line Marine (Agent Bleu)… Karly Flight entraîne avec elle un club de supporters qui se déplace à chacune de ses sorties et met de l’ambiance à Auteuil. Pour la fille de Mansonnien, tout commence à… Compiègne. Initialement, elle devait débuter à Enghien, le 14 mars 2001, mais la fièvre aphteuse contraint France Galop à déplacer la réunion à Compiègne. Curieux clin d’œil du destin pour le site du Putois qui sera appelé, une quinzaine d’années plus tard, à prendre le relais d’Enghien.

Le 14 mars 2001, Karly Flight gagne donc sa course de débuts sur 2.800m. Puis elle remporte le Prix d’Iéna (L) et le Prix Bournosienne qui n’était pas encore un Gr3. À 4ans, elle débute son année en steeple, enlevant le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), pour la terminer sur les haies par un succès dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1), un doublé très rare. À 5ans, elle conclut notamment deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Et elle terminera sa carrière avec huit Groupes à son palmarès. Mais comme le rappelle Patrick Boiteau avec émotion, l’histoire continue ! En effet, Karly Flight est la mère de l’étalon Spider Flight, père du prometteur Spinozzar .

MAIA ERIA

Née en 2000

(Volochine & Soldouna, par Kaldoun)

Pr. : J.-Ph. Dubois

El. : D. Chassagneux & E. Leenders

Entr. : Y.-M. Porzier

Maia Eria (Volochine) débute sa carrière en plat, discipline dans laquelle, sans gagner, elle prend des places dans des courses à conditions. Son entraîneur, Yann-Marie Porzier, choisit ensuite de la faire débuter directement dans le Prix Finot (L). Elle s’impose de bout en bout. Puis elle confirme dans le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2) offrant un premier Groupe à un jeune jockey, Michaël Delmarès. Dans le Prix Cambacérès (Gr1), Maia Eria reste invaincue en s’imposant de dix longueurs face à un certain… Kauto Star (Village Star) ! Malgré une rentrée en plat à 4ans, elle perd son invincibilité dans le Prix d’Indy (Gr3), finissant deuxième. Elle reprend sa marche en avant ensuite en remportant les Prix de Pépinvast (Gr3) puis Amadou (Gr2). Troisième du Prix Alain du Breil (Gr1), elle s’entretient en plat durant l’été. À l’automne, elle se montre impériale, enlevant les Prix de Maisons-Laffitte et Pierre de Lassus (Grs3). Puis arrive son chef d’œuvre : le Prix Renaud du Vivier (Gr1) 2004. Le 14 novembre, elle affronte Cyrlight (Saint Cyrien) qui vient de gagner le Prix Maurice Gillois (Gr1). Les deux champions nous offrent un duel de titans. En face, ils se détachent de plusieurs longueurs. Finalement, Maia Eria l’emporte de vingt longueurs devant Cyrlight, moins frais.

PRINCESSE D’ANJOU

Née en 2001

(Nononito & Royalla, par Garde Royale)

Pr. : J.-P. Sénéchal

El. : G. Vaillant

Entr. : F.-M. Cottin

Princesse d’Anjou (Nononito) a également sa place parmi les grandes dames d’Auteuil. Pourtant, ses débuts ne laissaient pas augurer un tel palmarès. Elle alterne le bon et le moins bon. Durant l’hiver de ses 3ans, à Cagnes, elle finit deuxième d’un réclamer en steeple. Sur sa lancée, elle conclut troisième du Prix Christian de l’Hermite (L) et se déclenche, prenant des places de Listed puis la troisième place du Prix Edmond Barrachin (Gr3).

Absente jusqu’au printemps 2006, elle conclut deuxième en haies à Fontainebleau, puis remporte brillamment le Prix William Head (L). Arrive le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). La petite Princesse d’Anjou se trouve confrontée aux monstres sacrés Cyrlight (Saint Cyrien) et Kotkijet (Cadoudal). Ces deux derniers se rendent coup pour coup en face et finissent péniblement. Princesse d’Anjou a laissé passer l’orage, traçant une course impeccable pour venir l’emporter sûrement. Trois semaines plus tard, elle termine deuxième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) de Mid Dancer (Midyan). À l’automne, elle réalise le doublé dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1). En 2007, elle joue de malchance, se fracturant le crâne dans le Grand Steeple avant de tomber au rail-ditch. Elle se remet rapidement, ce qui démontre une force de caractère hors du commun. Elle termine notamment deuxième de la Haye Jousselin.

En 2008, elle prépare une troisième tentative dans le Grand Steeple à Enghien, terminant quatrième du Prix Romati (Listed à l’époque). Dans la foulée, elle signe un incroyable doublé dans le Grand Steeple 2008, qui sera sa dernière victoire. À l’automne 2009, elle termine encore deuxième de la Haye Jousselin. Passée au haras, elle a bien débuté sa nouvelle carrière de poulinière, produisant des chevaux de Listed et de Groupe.

SHEKIRA

Née en 2003

(Medaaly & Kakouetta, par Cadoudal)

Pr. : J. Seguinotte

El. : T. Seguinotte

Entr. : A. Chaillé-Chaillé

Pour Shekira (Medaaly), tout commence en plat, discipline dans laquelle elle l’emporte à deux reprises, avant de s’orienter sur les obstacles en fin d’années de ses 3ans, à Pau. Elle gagne alors facilement sur les haies, puis elle confirme par deux fois à Auteuil avant d’être préservée au printemps. De retour à l’automne, la protégée d’Arnaud Chaillé-Chaillé va alors dominer outrageusement sa promotion, remportant coup sur coup les Prix Melanos (L), de Maisons-Laffitte et Pierre de Lassus (Grs3). Elle poursuit sa série avec le Prix Renaud du Vivier (Gr1) et, chose rare, par le Prix André Michel (Gr3), face aux femelles d’âge, en leur rendant du poids.

DE BON CŒUR

Née en 2013

(Vision d’État & Santa Bamba, par Saint des Saints)

Pr. : J. Détré & Haras de Saint-Voir

El. : Haras de Saint-Voir & J. Détré

Entr. : F. Nicolle

Neuf courses, huit victoires, dont les Prix Cambacérès et Renaud du Vivier (Grs1), et de quelle manière ! De Bon Cœur  (Vision d’État) est tout simplement extraordinaire. La championne de Jacques Détré et du haras de Saint-Voir n’est pourtant créditée que d’une valeur de 79 ce mardi, après sa victoire impressionnante dans la Grande Course de Haies des 4ans. Soit une valeur incompréhensible, en dessous de plusieurs femelles lauréates de Gr1 à Auteuil… Mais qu’importe, les valeurs ne sont rien à côté de l’émotion procurée par De Bon Cœur. Après ses débuts victorieux à Enghien, elle répète dans le Prix Magne (L), avant son sacre dans la Grande Course de Haies des 3ans, pour sa troisième sortie. À 4ans, elle se balade dans les Prix d’Indy, de Pépinvast (Grs3) et Amadou (Gr2). Elle tombe ensuite en fin de parcours dans le Prix Alain du Breil (Gr1) alors qu’elle allait librement. Cette chute aurait pu avoir un effet dévastateur sur son mental, mais il n’en a rien été. Au contraire, apparue plus posée à l’automne, elle enlève le Prix Pierre de Lassus (Gr3) puis le Prix Renaud du Vivier. Dans cette course, elle écrase l’opposition dès la ligne d’en face, se détachant facilement pour aborder la ligne droite seule au monde. Il y avait un peu de Secretariat, lorsqu’il a remporté les Belmont Stakes (Gr1), dans sa performance au cours du Renaud du Vivier. Et l’histoire est loin d’être finie !