Le mot de la fin : Cheers !

Autres informations / 03.11.2017

Le mot de la fin : Cheers !

Le mot de la fin : Cheers !

Franklin Delano Roosevelt a dit en 1933, après la fin de la prohibition : « Tout ce qu’il faut à l’Amérique est un drink. » Jay Robbins, entraîneur à l’ancienne, avait suivi la leçon du président des États-Unis avec Tiznow, le gagnant de la Breeders’ Cup Classic 2000. Il était devenu difficile à gérer le matin durant les semaines ayant précédé son deuxième essai et Robbins avait décidé que tout ce qu’il fallait à Tiznow était un drink, dans son cas un peu de vodka. Tiznow n’est pas devenu un alcoolique et à Belmont Park, après avoir battu douze mois plus tôt Giant’s Causeway d’une encolure, il a réagi aux attaques de Sakhee pour devenir, d’un petit nez, le seul double gagnant de la Breeders’ Cup Classic. On ne sait pas si chez WinStar, où il officiera encore à 50.000 $ en 2018, il a encore droit à son drink avant de rencontrer les poulinières…

La Guinness est bien connue pour ses vertus avant ou après l’effort, selon les habitudes, et Sergio Brighenti, le Pilota du trot italien, disait que dans les années 30, les trotteurs italiens avant une course importante buvaient du vin rouge : du barbera ferme pour les courses sur les longues distances ou du lambrusco pétillant sur le mile. Cheers, vieux Tiznow !