Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE MAGAZINE - Le match des Grs1 en Europe : Ballydoyle 26 - France 12

Courses / 13.11.2017

LE MAGAZINE - Le match des Grs1 en Europe : Ballydoyle 26 - France 12

 

Par Franco Raimondi

Aidan O’Brien est un grand entraîneur, on le sait. Et il a fait des miracles pour établir le nouveau record de Grs1 gagnés en une année. Il l’a porté à 27, dont 26 en Europe. Ses pensionnaires sont-ils pour autant irrésistibles ? On a le droit de penser que non. Pour cela, nous avons croisé les résultats des Grs1 en Europe et la valeur de ses chevaux, publiée dans la dernière édition des Longines World’s Best Racehorses. Six pensionnaires d’Aidan O’Brien ont décroché un rating de 120 ou plus. Il fait jeu égal avec Godolphin sur ce point. Le rating moyen des chevaux de Ballydoyle est par contre surprenant. Il est de 121,5, contre 123,5 pour les Godolphin. C’est certainement lié au fait que deux des bleus – Talismanic (Medaglia d’Oro) et Jack Hobbs (Halling) – ont produit leur meilleure valeur hors d’Europe.

Les handicapeurs ont raison. Aidan O’Brien, a gagné 26 des 81 Grs1 disputés en Europe, soit 32 %. Il a donc "sorti" six chevaux au-dessus de 120. Godolphin a remporté "seulement" 10 Grs1 avec le même nombre de sujets dans le classement. Ballydoyle a dominé avec les 2ans (sept succès) qui ne figurent pas dans le classement des Longines World’s Best Racehorses. Ses pouliches de 3ans ont fait une razzia avec10 victoires. Les  "Aidanettes " ont fait le gros du travail mais sont restées dans les courses réservées aux femelles et leur rating est donc un peu plus bas. Les deux filles de Galileo, Winter (quatre Grs1) et Hydrangea (deux), sont à 119. Roly Poly (War Front) a remporté trois Grs1 et elle affiche 117. Rhododendron (Galileo) s’est imposée dans le Prix de l’Opéra Longines alors qu’elle voyageait à 116. Il suffit de rajouter les trois livres de la décharge et la photo de groupe change…

Les chevaux ayant reçu 120 ou plus de rating
RatingDist.Nb de vict. Grs1ChevalPèrePropriétaireEntraîneurPays
130I1CracksmanM3FrankelAnthony OppenheimerJohn GosdenGB
128L5EnableF3NathanielKhalid AbdullahJohn GosdenGB
127I2UlyssesM4GalileoFlaxman Stables Ireland LtdSir Michael StouteGB
125L1Cloth of StarsM4Sea the StarsGodolphin SNCAndré FabreFR
125S2Harry AngelM3Dark AngelGodolphinClive CoxGB
124M3RibchesterM4IffraajGodolphinRichard FaheyGB
123S1BattaashH3Dark AngelHamdan Al MaktoumCharles HillsGB
123 *LJack HobbsM5HallingGodolphin & PartnersJohn GosdenGB
123M-I2ChurchillM3GalileoCoolmoreAidan O'BrienIRE
123I2Highland ReelM5GalileoCoolmoreAidan O'BrienIRE
122M1TaareefM4Kitten's JoyHamdan Al MaktoumJean-Claude RougetFR
122 *LTalismanicM4Medaglia d'OroGodolphinAndré FabreFR
122I1Barney RoyM3ExcelebrationGodolphinRichard HannonGB
122E1Order of St GeorgeM5GalileoCoolmoreAidan O'BrienIRE
121M2BrametotM3RajsamanAl Shaqab Racing & Gerard Augustin-NormandJean-Claude RougetFR
121E1Big OrangeH6Duke of MarmaladeW.  GredleyMichael BellGB
121S1CaravaggioM3Scat DaddyCoolmoreAidan O'BrienIRE
120 *MHeshemM4FootstepsinthesandAl Shaqab RacingChristophe FerlandFR
120MLe BrividoM3SiyouniPrince Faisal bin KhaledAndré FabreFR
120I2Decorated KnightM5GalileoAl Homaizi &  Al SagarRoger CharltonGB
120S1MarshaF4AcclamationElite Racing ClubSir Mark PrescottGB
120MMutakayyefH6Sea The StarsHamdan Al MaktoumWilliam HaggasGB
120L1Dschingis SecretM4Soldier HollowHorst PudwillMarkus KlugGER
120L-E2CapriM3GalileoCoolmoreAidan O'BrienIRE
120L1Wings of EaglesM3Pour MoiCoolmoreAidan O'BrienIRE
* : performance réalisée hors d’Europe

L’Europe, c’est presque la moitié du monde. Les ratings, qui sont encore susceptibles de changer lors de la réunion des handicapeurs à Hongkong, nous offrent un autre point de vue. Cinquante-cinq chevaux sont à plus de 120 cette année, soit 7 de plus qu’en 2016. L’Europe passe de 24 à 25 sujets au-dessus de cette barre. L’Australie a augmenté sa présence de 4 à 7, les États-Unis de 13 à 16 alors que le Japon baisse de 6 à 4. L’Afrique du Sud rentre avec deux chevaux et Hongkong reste à un avec Mr Stunning (Exceed and Excel), qui remplace Werther (Tavistock). Le rating moyen marque une légère baisse de 122,47 à 122,3 sur une base mondiale. Mais l’Europe, au contraire, affiche une hausse de 121,5 à 122,48.

Un record gagné en équipe. La chasse au record d’Aidan O’Brien a été le fil rouge depuis début septembre. C’est un énorme résultat d’équipe. La solidarité était encore plus importante dans une saison où – sauf chez les 2ans – beaucoup de chevaux très attendus n’ont pas atteint les sommets qu’on pouvait penser. C’est le cas de Churchill (Galileo) et de Caravaggio (Scat Daddy) : ils ont réussi une belle première mi-temps mais ont raté la seconde. Les 26 Grs1 en Europe ont été enlevés avec 15 chevaux différents, dont 8 ont gagné deux courses ou plus. D’après les ratings, Cracksman (Frankel), à 130, est 10 livres au-dessus de Wings of Eagles (Pour Moi) et Capri (Galileo). Mais Aidan O’Brien a gagné le Derby, son pendant irlandais et le St Leger. Au total, ses 3ans ont remporté 7 des 9 classiques des îles Britanniques…

Six 2ans de 2016 ont confirmé. Revenons aux grands indicateurs. Cette année, 81 Grs1 se sont disputés, soit 4 en moins qu’en 2016. Ils manquent les trois rétrogradés en Italie, les deux annulés à Saint-Cloud et il faut ajouter la Goodwood Cup. Le nombre de chevaux qui ont remporté au moins un succès de Gr1 a baissé de 66 à 58. L’explication est assez simple : 16 sujets ont gagné plus d’une fois, soit deux de plus. Il faut noter aussi que 12 des 66 lauréats de Gr1 en 2016 ont répété cette année. Le score très intéressant est celui des 2ans. Parmi les 12 lauréats de 2016, 5 ont confirmé cette saison en Europe : Caravaggio, Churchill, Lady Aurelia (Scat Daddy), Rhododendron et Thunder Snow (Helmet). Si on comptabilise aussi le succès de Wuheida (Dubawi) à Del Mar on arrive à la moitié, soit un très bon résultat.

Godolphin, dix Grs1 et trois Stars. Coolmore et son entraîneur ont augmenté de 20 à 26 leur score dans les Grs1. Mais les dix succès de Godolphin sont aussi remarquables. Les bleus ont doublé leur score par rapport à l’année dernière. Deux de leurs gagnants ont confirmé – Ribchester (Iffraaj) et Thunder Snow – et cinq ont atteint leur objectif. Godolphin a eu le meilleur miler, le champion des sprinters, Harry Angel (acquis après deux sorties), et le meilleur cheval d’âge sur 2.400m, Cloth of Stars (Sea the Stars). Six entraîneurs ont mis leur signature sur ces dix succès.

Juddmonte surfe sur la vague Enable. Juddmonte a effacé une année 2016 décevante en Europe grâce à la championne Enable (Nathaniel) qui, à elle seule, a remporté cinq Grs1. Il faut ajouter pour la casaque du prince Abdullah le succès d’Ice Breeze (Nayef), qui est monté en puissance tout au long de la saison à l’école de Pascal Bary. Son Altesse l’Aga Khan compte trois victoires dont une qui en vaut trois à elle seule : celle de Zarak (Dubawi) dans le Grand Prix de Saint Cloud. Al Shaqab a misé sur le bon cheval en s’associant avec Gérard Augustin-Normand et Antonio Caro pour Brametot (Rajsaman), lauréat de la Poule d’Essai et du Qipco Prix du Jockey Club. Pour Son Excellence le cheikh Joaan Al Thani, le score est de quatre Grs1, soit deux de moins que l’an dernier. Les Niarchos ont gagné trois Grs1, avec Ulysses (Galileo) et Senga (Blame).

Photo Enable

La grande saison de Gosden. Chez les entraîneurs, il y a deux chiffres qu’il faut souligner. John Gosden, qui avait connu une mauvaise saison en 2016 avec un seul Gr1, passe à 8. Il s’agit de l’effet Enable, bien sûr, mais avec un peu de chance il aurait pu en gagner 2 ou 3 en plus : le Derby irlandais avec Cracksman, le St Leger avec Stradivarius (Sea the Stars) et le Racing Post Trophy avec Roaring Lion (Kitten’s Joy). Jean-Claude Rouget n’a pas réussi à répéter son année 2016 de rêve, avec 9 Grs1, mais en avril, quand le virus a massacré son écurie, le professionnel palois aurait sans doute signé pour arriver à 4 Grs1.

2017, une année à oublier pour les Français. Le bilan n’est pas trop favorable aux Français dans leur pays. Le score de 2017 est France 12 - Reste du monde 13. En 2016, nous avions terminé sur un très honorable 15 - 12, avec en plus cinq succès à l’étranger : les deux Champion Stakes d’Almanzor (Wootton Bassett), les Coronation Stakes de Qemah (Danehill Dancer) ainsi que les victoires d’Elliptique (New Approach) et de Waikika (Whipper) en Allemagne et en Italie. Cette année, la France n’a pas gagné à l’extérieur en Europe. L’Al Quoz Sprint de The Right Man (Lope de Vega) et le Longines Breeders’ Cup Turf de Talismanic sont une petite consolation. Réfléchir sur ses défaites, c’est le premier pas pour renouer avec la victoire. Se plaindre de l’arbitre, du vent, des méchants adversaires et de la malchance, c’est singer le pire football…