Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

November Sale : Cheveley Park continue son shopping

Institution / Ventes / 10.11.2017

November Sale : Cheveley Park continue son shopping

November Sale : Cheveley Park continue son shopping

Cheveley Park Stud s’est offert le top price de la troisième session à Keeneland, lors de la November Sale. L’élevage anglais de David et Patricia Thompson est monté à un million de dollars pour acheter Fools in Love (Not for Love), une poulinière de 11ans vide qui est la mère de Seahenge (Scat Daddy), le 2ans de Aidan O’Brien qui a gagné les Champagne Stakes (Gr2) et a terminé troisième dans les Dewhurst Stakes (Gr1). Il s’agit du troisième achat de Cheveley Park Stud cette semaine au Kentucky, après Mesa Fresca (Sky Mesa), qui avait coûté deux millions lundi à Fasig Tipton, et My Hope (Afleet Alex) adjugé pour 525.000 $ mercredi.

Le retour douze ans après. Le dernier achat de Cheveley Park sur le marché des femelles au Kentucky remontait à 2005 quand, pour 2,4 millions de dollars, l’élevage anglais s’était assuré Canda (Storm Cat & East of the Moon), qui a donné ensuite Evasive (Elusive Quality), étalon au Haras de Grandcamp, et le gagnant de Gr3 Autocratic (Dubawi). Cette année Cheveley Park Stud avait déjà fait son retour à Keeneland en achetant deux pouliches par War Front et Medaglia d’Oro en dépensant 1,1 million de dollars.

Un géant de l’élevage. L’opération d’élevage de Thompson achète chaque année des yearlings en Europe pour soutenir ses étalons et s’assurer de nouvelles souches. Depuis 1998, Cheveley Park Stud a acheté 147 chevaux chez Tattersalls pour 18,3 millions de Guinées. Sur la même période, il a vendu 1.015 sujets pour 37,47 millions. Cette saison, Cheveley Park Stud a soixante-six 2ans à l’entraînement, dont 42 pouliches. La moitié exacte de ces poulains et pouliches est issue d’étalons qui n’appartiennent pas à Cheveley Park Stud. Cette année, en plus du nouvel arrivant Ulysses (Galileo) et d’Intello (Galileo), 6 autres étalons, dont le vétéran Pivotal (Polar Falcon) officieront au haras.

Un foal à 500.000 dollars. Le foal le plus cher de la troisième session a été un mâle par Pioneerof The Nile, acheté 550.000 $ par le pinhooker Chris Buccari, demi-frère de la lauréate de Gr1 Starship Truffles (Ghostzapper). Il s’agit du cinquième foal adjugé à 500.000 $ ou plus depuis le début de la vente. L’un d’eux appartient à la première génération d’American Pharoah. Le héros de la Triple Couronne compte 3 vendus alors que 3 foals n’ont pas atteint leur prix de réserve et que 13 ont été retirés.

Les indicateurs à la baisse. Jeudi soir, après trois sessions, les indicateurs affichent pour la première fois une baisse. Le chiffre d’affaires est descendu de 134,5 millions à 115,7 millions, mais les données ne sont pas comparables en raison des chevaux offerts (109 en moins). Par contre, le prix moyen est passé de 283.269 à 269.233 $ (-4,96 %) et le médian chute à 157.500 $ (-7,35 %).

Et les millionnaires à la hausse. Une analyse plus pointue sur le haut de gamme montre que cette année, 17 femelles ont été vendues pour plus d’un million de dollars, tout comme l’année dernière et le chiffre d’affaires pour ce créneau est en légère hausse, de 30,4 à 30,95 millions. Le cumul avec Fasig Tipton affiche aussi une hausse importante des millionnaires. Les femelles vendues sont passées de 32 à 34, mais surtout, le chiffre d’affaires sur cette portion du marché a progressé de 59,9 à 75,65 millions. Il n’arrive pas souvent d’avoir sur le marché des femelles de la qualité de Songbird (Medaglia d’Oro), Tepin (Bernstein) et Stellar Wind (Curlin).