Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE SPORT PAR LE TEMPS - Gun Runner a gagné 7 millions en 100m

International / 29.01.2018

LE SPORT PAR LE TEMPS - Gun Runner a gagné 7 millions en 100m

 

Gun Runner (Candy Ride) s’est présenté au départ de la Pegasus World Cup avec un palmarès déjà riche de cinq Grs1, dont la Breeders' Cup Classic. Il restait sur quatre victoires successives à ce niveau et en toute logique, il était le grand favori de l’épreuve de ce samedi. Cette performance est-elle supérieure à celle d’Arrogate (Unbridleds Song) en 2017 ?

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Les particularités du parcours. L’hippodrome de Gulfstream Park est le type d’ovale que l’on retrouve très souvent aux États-Unis. La piste en dirt se trouve à l’extérieur et mesure environ 1.815m (source Google Earth). Le parcours qui nous intéresse, le mile 1/8 dirt, soit 1.810m, comporte deux tournants. Le poteau de départ et celui de l'arrivée sont les mêmes et se trouvent à 100m avant le premier tournant. Sur ce tracé, les places à la corde ont un rôle primordial. À ceci, il faut ajouter que les stalles de départ sont placées à un peu plus de 20m avant l’emplacement exact du départ. Il s’agit donc d’un départ lancé. La deuxième particularité de ce parcours est que le chronomètre se déclenche après la ligne de départ.

Pour voir la course : https://youtu.be/Jnv6oCtiFWo

Intouchable. Sur le papier, Gun Runner était au-dessus du lot. Le numéro de corde dont il avait hérité (le 10) était son seul talon d’Achille. Le pensionnaire de Steven Asmussen est très bien sorti de sa stalle, avant de se placer à la hanche de l’animateur, le très bon Collected (City Zip). Après 10 secondes et 100m, Gun Runner avait déjà course gagnée. Le futur lauréat est passé à l’offensive à 600m de l’arrivée. Malgré une attaque de West Coast (Flatter) dans la ligne droite, Gun Runner était inapprochable. Il a passé le poteau en tête avec deux longueurs et demie d’avance, en 1’47’’41. Le troisième de la course est à plus de treize longueurs.

Arrogate vs Gun Runner, qui est le meilleur ? Le record de la piste et celui de l’épreuve sont toujours détenus par Arrogate (Unbridled's Song). Il s’était illustré en 1’46’’83, sur une piste qui, ce jour-là, était particulièrement propice à la vitesse. L’étude des temps en atteste, en prenant comme bases d’étude les épreuves comparables d’une année à l’autre (un maiden, un Gr3 sur 1.400m…). Malgré des conditions moins avantageuses que lors de l’édition d’Arrogate, Gun Runner a réalisé un temps très correct en 1’47’’41. Les deux chevaux ont parcouru la même distance, à quelques centimètres près. Les Beyer Speed Figures des deux lauréats de la Pegasus World Cup sont identiques (119). En revanche, les speed ratings de Timeform US donnent une longueur d’avantage à Gun Runner sur Arrogate (141 contre 139). C’est peut-être une question d’appréciation. À titre personnel, j’ai préféré les temps partiels de la phase finale d’Arrogate. Il a parcouru les 200 derniers mètres plus rapidement. Enfin, il ne faut pas oublier qu’Arrogate avait écrasé Gun Runner à Dubaï, dans une course régulière.

LES TEMPS DE LA PEGASUS WORLD CUP 2018
NomPosit./écartPosit./écartPosit./écartPosit./écartPosit./écartPosit./écartDist. parcourue
DépartTps 400mTps 800mTps 1.200mTps 1.600mTps 1.800m
Gun Runner2 encolure2  3/42  1/21  11  1 1/41  21.837,33
23’’5746’’711’10’’211’34’’281’47’’41
Arrogate2 tête3  1/43  1/41  1/21  4 1/21  4 3/41.836,72
23’’6946’’401’09’’801’33’’901’6’’83

           

L’élevage et les courses américaines en ébullition. West Coast, le deuxième, n’a que 4ans. Il représente l’avenir des courses américaines sur le dirt, et avec le départ de Gun Runner au haras, c’est lui qui va probablement dominer la scène hippique de ce pays. Arrogate avait quitté la compétition avec près de 17,5 millions de dollars de gains, soit un total jamais atteint jusqu’alors. Malgré sa victoire de samedi, Gun Runner n’a pas réussi à accéder à un tel niveau de gains. D’ailleurs, à 16 millions de dollars, il échoue de peu pour monter sur le podium des chevaux les plus riches de l’histoire : Arrogate, Orfèvre et Gentildonna. On peut penser que s’il avait couru la Dubai World Cup, le lauréat de la Pegasus World Cup n’aurait pas été loin d’être le cheval le plus riche de l’histoire. À présent, Gun Runner entre au haras et va officier pour 70.000 $.

Il est le quatrième champion américain à devenir étalon en l’espace de quelques années, après Pharoah (Pioneerof the Nile), California Chrome (Lucky Pulpit) et Arrogate.

Des conditions idéales. La date de la Pegasus World Cup est idéale dans le calendrier américain. Elle correspond au créneau qu’occupait auparavant le Donn Handicap, une épreuve qui avait sacré de nombreux sujets de très haut niveau, à l’image de Cigar (Palace Music), Medaglia d'Oro (El Prado) ou Invasor (Candy Stripes). En 2018, l’allocation a été propulsée à 16 millions de dollars, c’est-à-dire quatre millions de plus qu’en 2017. Il s’agit donc de la course la plus dotée au monde, toutes surfaces et toutes distances confondues. Une telle épreuve accueille un maximum de 12 partants et chacun doit acheter sa place, au prix d’un million de dollars. La répartition des gains, à l’américaine, réserve sept millions au lauréat. Le deuxième a reçu 1,6 million de dollars… les chevaux qui ont fini de la sixième à la dernière place ont tous eu droit à un chèque de 650.000 $.

Un concept qui va faire date. Suite au lancement de cette épreuve sur le dirt, les Australiens ont très rapidement réagi en proposant eux aussi leur méga course, The Everest. Ce sprint sur 1.200m, à Randwick, offre 10 millions de dollars australiens (soit 8 millions de dollars américains). Pendant que l’Australie et les États-Unis innovent, l’Europe reste immobile. Elle n’a jamais aussi bien porté son surnom : le vieux continent… Pourtant, tout est réuni pour créer une grande course, en reprenant le système de la Pegasus World Cup. Cette épreuve de haut niveau pourrait se dérouler sur une distance comprise entre 2.000m et 2.400m. La France va lancer son nouvel écrin de prestige pour le galop avec l’hippodrome de ParisLongchamp. Alors qu’il est placé sous le signe de la modernité, un tel stade dédié au sport hippique aurait tout à gagner à proposer une nouvelle grande course, aussi novatrice que se veut cet hippodrome totalement revisité. L’Europe a le vivier d’investisseurs, de sponsors et de propriétaires pour ce type de challenge…  L’allocation de la Pegasus World Cup, compte tenu de son montant record, attire forcément de très bons chevaux, ce qui assure un spectacle de haut vol. Mais force est de constater que la communication autour de la course a été remarquable. En parallèle, un record d’enjeux a été battu. Le tracking participe à ce cercle vertueux, en facilitant et en améliorant l’expérience des spectateurs et des parieurs.

Le tracking arrive en France… Annoncé depuis des années, mais reporté pour des raisons techniques et politiques, le tracking est enfin arrivé en France. Son lancement a eu pour cadre le Prix d’Amérique. Il faut saluer l’action d’Édouard de Rothschild en faveur de cette technologie qui doit aider les courses à entrer dans le XXIe siècle. Il faut néanmoins avoir conscience que l’EpiqE Tracking n’est pas un produit fini. En attendant sa version finale, il faut déjà saluer les apports de cette technologie, comme le bandeau qui permet de suivre plus facilement les chevaux dans le peloton. L’habillage d’écran est très réussi et le module de suivi de parcours est lui aussi très pratique. La modélisation 3D pour le replay des courses correspond parfaitement à l’air du temps et cet outil doit permettre aux jeunes d’accéder au sport hippique autrement. Il reste à présent à voir ce que cet outil va pouvoir fournir en termes de données techniques pour les utilisateurs plus expérimentés. Il faudra aussi rester attentif à la manière et à l’endroit où ces éléments seront publiés et archivés. Si une révolution doit émerger dans les courses hippiques, elle ne pourra pas se faire sans le tracking.