Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Gengis, un bon 2ans au haras d’Ayguemorte

Élevage / 03.02.2018

Gengis, un bon 2ans au haras d’Ayguemorte

Gengis, un bon 2ans au haras d’Ayguemorte

Pour la saison 2018, le haras d’Ayguemorte (33) accueille deux nouveaux étalons, un pur-sang, Gengis (King’s Best), et un anglo-arabe, Tidjali d’Or (Djarni des Forges). Le premier nommé s’inscrit parfaitement dans la politique du Docteur Fremiot : précocité, vitesse et tarif attractif.

GENGIS

King’s Best & Ashiyna par Green Desert

Prix de Fontainebleau (Gr3)

Prix Contessina (L)

Prix Zeddaan (L)

Stationné au haras d’Ayguemorte (33)

1.200 € H.T. (LF)

Yves Frémiot, qui dirige le haras d’Ayguemorte, nous a expliqué ce jeudi : « Vertigineux officiant au haras de Tiercé en 2018, nous avons cherché pendant longtemps un autre étalon pur-sang. C’est finalement grâce à Georges Doleuze que nous l’avons trouvé, avec son ancien pensionnaire Gengis. Il a officié à l’étranger l’année dernière et devait initialement passer sur le ring d’Arqana. Ce cheval correspond aux critères de notre clientèle locale : un cheval très précoce, avec de la vitesse et proposé à un tarif attractif. J’aime beaucoup son père, King’s Best, et il est issu d’une famille Aga Khan. Gengis a de bonnes lignes en course et j’apprécie les chevaux gris. Plusieurs études attestent leurs performances en compétition. L’étalon arrive au haras le 5 février. Il toise 1,63 m et officiera à 1.200 €. » Le cheval a commencé sa carrière de reproducteur en 2017 en Suède.

Une bonne année à 2ans. Gengis a couru cinq fois à 2ans pour trois victoires. Il s’est imposé dans le Prix de Crèvecœur (F, 1.600m) lors de ses débuts au mois d’août, devant Anodin (Anabaa), lequel est ensuite monté à cinq reprises sur le podium au niveau Gr1. Le Prix de Crèvecœur fait référence parmi les maidens de l’été. Ces dernières années, il a vu passer de futurs très bons chevaux, comme Charm Spirit (Queen Elizabeth II Stakes, Prix Jean Prat & Prix du Moulin de Longchamp, Grs1) ou Olmedo (deuxième du Prix Jean-Luc Lagardère, Gr1). Non placé dans le Critérium du Fonds Européen de l’Élevage (L), suite à une erreur de tactique de course, Gengis s’est rattrapé en gagnant le Prix des Mélèzes (B, 1.400m). Ce jour-là, il dominait The Brothers War (War Front), qui a décroché son black type peu après et Dibajj (Iffraaj), future lauréate du Prix du Petit Couvert (Gr3). Quatrième du Prix Herod (L, 1.400m), Gengis a terminé sa première saison de compétition par une victoire dans le Prix Zeddaan (L), devant Wedge Trust (Zamindar) qui a ensuite confirmé au niveau Groupe.

La confirmation à 3ans. Pour sa rentrée, dans le Prix de Fontainebleau (Gr3), Gengis a battu Morandi (Holy Roman Emperor), futur deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1), le placé de Gr1 US Law (Lawman), le placé de Gr2 Pilote (Pivotal) et Princedargent (Kendargent) deuxième du Prix de Ris-Orangis (Gr3). Georges Doleuze, son entraîneur, nous avait alors expliqué : « Gengis est vraiment un super cheval, très près du sang. Il a gagné sur 1.200m, 1.400m et 1.600m, sur des hippodromes différents, avec des tactiques différentes et face à des chevaux différents. Avec lui, il n’y a pas grand-chose à faire. Il faut le laisser agir. » Toujours à 3ans, Gengis s’est classé troisième du Prix Paul de Moussac (Gr3, 1.600m). Sous la férule de Georges Doleuze, il a couru jusqu’à l’âge de 6ans, décrochant 355.188 € de gains et six victoires en trente-six sorties. Son dernier fait d’armes est sans aucun doute sa victoire dans le Prix Contessina (L) à 5ans devant le placé de Gr1 Finsbury Square (Siyouni).

Le sang de Green Desert. Ashiyna, la mère de Gengis, est une fille de l’influent Green Desert (Danzig) qui est considéré comme un vecteur de vitesse. Ce dernier a notamment donné trois fils très influents au haras, Invincible Spirit (le père de 195 black types, dont 53 lauréats de Groupe), Oasis Dream (le père de 179 black types, dont 53 lauréats de Groupe) et Cape Cross (le père de 208 black types et 54 lauréats de Groupe, dont deux gagnants du Prix de l’Arc de Triomphe, Gr1). On retrouve aussi très régulièrement le sang de Green Desert dans le papier maternel de chevaux de vitesse, comme Dream Ahead (Prix Morny, Middle Park Stakes, Sprint Cup, July Cup & Prix de la Forêt, Grs1), Makfi (Prix Djebel, Gr3, 2.000 Guinées & Prix Jacques Le Marois, Grs1), Pipalong (Sprint Cup, Gr1)…

Une famille princière. Élevé au Haras du Thenney, Gengis est issu d’une souche de Son Altesse l’Aga Khan, celle de Shafaraz (Levmoss), gagnant du Prix du Cadran (Gr1), Ashkiyr (Rock of Gibraltar), troisième de la Hong Kong Classic Cup (Gr1), Ajarann (Nonoalco), deuxième du Premio Roma (Gr1) et Shaikiya (Bold Lad), troisième des Cheveley Park Stakes (Gr1). Sa mère a produit trois gagnants. C’est une sœur d’Ashkalani (Soviet Star), gagnant de la Poule d’Essai des Poulains et du Prix du Moulin de Longchamp (Grs1). King’s Best (Kingmambo), le père de Gengis, a donné 104 black types, dont huit gagnants de Gr1. En France, il est surtout connu en tant que géniteur de Workforce (Prix de l’Arc de Triomphe, Gr1) et de King’s Apostle (Prix Maurice de Gheest, Gr1). King’s Best est aussi le père de Creachadoir (Lockinge Stakes, Gr1), Dubai Surprise (Premio Lydia Tesio, Gr1), Proclamation (Sussex Stakes, Gr1), Royal Diamond (Irish St Leger, Gr1) et Sajjhaa (Dubai Duty Free Stakes & Emirates Airline Jebel Hatta Stakes, Grs1)

Mr Prospector

Kingmambo

Miesque

King’s Best

Lombard

Allegretta

Anatevka

GENGIS (M8)

Danzig

Green Desert

Foreign Courier

Ashiyna

Dalsaan

Ashtarka

Asharaz