Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

L’entraînement continue malgré la neige à Chantilly et Maisons-Laffitte

Courses / 05.02.2018

L’entraînement continue malgré la neige à Chantilly et Maisons-Laffitte

Suite à une chute sensible des températures et à l’arrivée de la neige, on pouvait craindre un ralentissement dans la préparation des chevaux de course. Joint par téléphone, Marin Le Cour Grandmaison, adjoint au directeur du centre d’entraînement de Chantilly, nous a confié : « Nous avions anticipé les conditions météorologiques et fait le tapis, ce qui veut dire que nous avons mis toutes les pistes à plat la veille avec une herse spécifique. Évidemment, certaines pistes sont moins praticables que d’autres, mais toutes les pistes en sable fibrées sont en excellent état. La P.S.F. de l’hippodrome sera ouverte demain et mercredi pour ceux qui le souhaitent. La prochaine réunion ne devrait pas être menacée, à condition que les routes soient correctement salées. » Rappelons que la prochaine réunion cantilienne aura lieu ce jeudi 8 février, avec huit courses au programme.

La décrue menacée à Maisons-Laffitte. Une alerte orange a été lancée pour la journée de mardi, avec une prévision de neige et de verglas. Dès lors, le gazon de Maisons-Laffitte ne sera pas accessible et la piste en sable sera ouverte jusqu’à 15 h. Ce lundi, Franck Le Mestre, le directeur du site, nous a expliqué : « Le travail des chevaux n’a pas été perturbé ce lundi matin. Avant cet épisode de froid, les sols du centre d’entraînement étaient déjà gorgés d’eau. La neige rajoute de l’humidité dans un milieu déjà humide. Si bien que les températures négatives, de l’ordre de - 1°C, ont généré un sol qui "croustille". Pour que les pistes restent praticables, nous avons mobilisé un tracteur supplémentaire. Il y aura donc plus de rotations et les engins sont attelés avec une herse différente. Nous avons également ajouté une bavette qui permet d’éviter la formation de trous et de bosses que le gel pourrait rendre dangereux pour les chevaux. » Au sujet de l’hippodrome, le directeur a précisé : « La neige va venir alimenter la Seine et donc perturber sa décrue. En sachant qu’actuellement, environ 40 % de l’hippodrome est encore sous l’eau. Il est trop tôt pour connaître les conséquences de ces épisodes climatiques sur la piste. »