Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Ballydoyle, avec la formule magique Galileo

Courses - International / 10.02.2018

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Ballydoyle, avec la formule magique Galileo

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR

Ballydoyle, avec la formule magique Galileo

Aidan O’Brien pourrait bien tourner son regard vers le passé, vers une saison où ses 2ans ont dominé l’Europe avec le coup final dans la Breeders’ Cup Juvenile Turf de Mendelssohn (Scat Daddy). Mais non, le record de Groupes avec les 2ans est rangé dans un tiroir et il faut penser au prochain. L’équipe junior 2017, avec 23 succès, a fait mieux que celle de 2001 qui paraissait imbattable avec ses 20 Groupes. En attendant de découvrir si U S Navy Flag (War Front), Saxon Warrior (Deep Impact), Clemmie (Galileo) et les autres seront capables de confirmer comme Rock of Gibraltar (Danehill) ou High Chaparral (Sadler’s Wells), l’entraîneur irlandais peut se réjouir d’avoir à Ballydoyle un escadron qui fait trembler les autres. Pour voir la liste de ses 2ans, cliquez ici (avec ce lien : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2018/02/Les-2ans-dAidan-OBrien-1.pdf)

Cinquante-cinq produits de Galileo. On peut voir l’avenir sereinement si sur 100 poulains et pouliches qui sont déjà à l’écurie, on a une majorité de Galileo. Aidan O’Brien en compte 55 et peut-être qu’aucun entraîneur sur cette planète n’en a jamais eu autant pendant toute sa carrière ! Il ne s’agit pas d’un record parce qu’en 2016 il avait 57 produits du Champion Sire, mais cette année, la répartition par sexe a un peu changé. Il a 31 mâles et 24 femelles, alors qu’il y quelques années, avant la retraite de David Wachman, les poulains représentaient les deux tiers du lot.

Et des frères et sœurs célèbres. Dans le tableau récapitulant ses 2ans, nous avons noté la carrière ou la production de la mère. Les poulains et pouliches par Galileo issus d’une mère qui n’a pas gagné une course de Groupe ou n’a pas produit un gagnant de Groupe sont au nombre de 14. Dix-neuf poulinières ont donné un lauréat de Gr1. Ou plus… Par souci de place, on n’a noté que le meilleur. Neuf sont gagnantes de Gr1 et certaines sont en tout début de carrière. Pour résumer, on peut noter que Winter, Minding, Found et Misty for Me ont des propres sœurs, mais il est plus intéressant de souligner que parmi les femelles, se trouvent une demi-sœur du champion allemand Novellist (Monsun) et une du top sprinter et très prometteur jeune étalon Zoustar (Northern Meteor). Côté mâle, on trouve les propres frères de Highland Reel, Churchill, Rip van Winkle, ainsi qu’un fils de notre Moonlight Cloud (Invincible Spirit) et de la championne australienne Atlantic Jewel (Fastnet Rock).

Danehill, ses fils et petits-fils… Chez Coolmore, ils ont la bonne recette pour choisir les poulinières à croiser avec Galileo. Ils ont les filles de Danehill (Danzig), ou de petites-filles de Danehill. Simple comme bonjour, même si un petit coup de fantaisie peut se démontrer payant comme ce fut le cas avec les Storm Cat. Le problème qui s’est posé aux experts de croisement était plutôt de trouver le bon étalon pour les filles de Sadler’s Wells — au début — et de Galileo. Il y a cinq ans, ils ont ouvert la voie avec Fastnet Rock (Danehill), mais après un pic de 22 produits de 2ans en 2015, l’australien a disparu. Il produit bien, mais chez Coolmore, ils ont toujours préféré ses femelles aux mâles.

Le choix de War Front. La solution a été trouvée avec War Front (Danzig). L’américain est le père de 14 2ans qui sont déjà dans les boxes d’Aidan O’Brien à Ballydoyle. Parmi eux, 11 sont issus de poulinières par Sadler’s Wells ou par ses deux fils Galileo et Montjeu. Dans ce lot, on note les femelles par les gagnantes classiques Chicquita (Montjeu), Bracelet (Montjeu), Marvellous (Galileo), ainsi que la propre sœur de U S Navy Flag et Roly Poly. Chez les mâles il y a de petites infractions à ce croisement : un poulain par War Front et la championne de Robert Collet, Immortal Verse (Pivotal).

Le grand pari Scat Daddy. Le grand pari de Coolmore avec les 2ans est celui sur la dernière production de Scat Daddy (Johannesburg). Ils en ont acheté beaucoup aux États-Unis, mais forcément les origines ne sont pas de tout premier niveau, parce que les 2ans sont issus de saillies à 35.000 $. Il y a parmi les Scat Daddy d’Aidan un demi-frère de la gagnante de Gr1 Chachamaidee (Footstepsinthesand), acheté foal à Keeneland pour 750.000 $, et un propre frère du 3ans, Sioux Nation.

Sea the Stars, une première. La puissance de l’élevage Coolmore et sa galaxie permettent désormais aux Irlandais de régir le marché. Les achats de produits d’autres étalons sont toujours bien ciblés. Il y a donc le mâle par Dubawi (Dubai Millennium) et la gagnante classique Sky Lantern (Red Clubs), achetée pour deux millions de Guinées chez Tattersalls, et par-ci par-là, on trouve un Dark Angel (Acclamation), une Invicible Spirit (Green Desert) et une Kodiac (Danehill), mais la grosse surprise est de découvrir que pour la première fois, Aidan O’Brien entraînera un produit de Sea the Stars (Cape Cross). Il s’agit d’un poulain acheté 425.000 Gns chez Tattersalls October.

La confiance en Australia. Coolmore a toujours été très sélectif, même avec ses étalons. C’est très difficile qu’un débutant trouve les portes de Ballydoyle grandes ouvertes. Même Galileo a dû se faire tout seul ! C’est donc un signe de confiance que de trouver parmi les 2ans de Ballydoyle 8 produits, tous des mâles, issus d’Australia (Galileo). Comme souvent avec les étalons de première production, Coolmore a préféré regarder les poulains et les pouliches sur le terrain plutôt que d’envoyer ses propres poulinières. La championne Peeping Fawn (Danehill) a un fils d’Australia, pur produit Coolmore, mais même le demi-frère de Rekindling (High Chaparral) a été acheté aux ventes, pour 525.000 Gns. Il nous faut maintenant juste attendre que Madame Magnier sorte les noms des juniors de son calepin pour savoir tout sur la saison 2018 des 2ans en Europe !