Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Henri-François Devin, une montée en puissance continue

Courses / 21.02.2018

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Henri-François Devin, une montée en puissance continue

 

Henri-François Devin est un tout jeune entraîneur. Il a gagné sa première course premium en mars 2014. En 2015, Physiocrate (Doctor Dino), pur produit de la famille, se plaçait deuxième du Prix de Diane Longines (Gr1).

Il entame en 2018 sa sixième année d’exercice et a parcouru beaucoup de chemin. Haggle (Pivotal), top price de la vente de décembre Arqana, a remporté le Prix Fille de l’Air (Gr3) en novembre dernier. Golden Legend (Doctor Dino) a gagné le Prix Bertrand de Tarragon (Gr3). Style Icon (Doctor Dino) s’est adjugé le Prix Charles Laffitte (L). Sarigan (Teofilo) a gagné le Prix de Thiberville (L). Que des femelles ! C’est assez logique, car rapidement, Henri-François Devin a eu la confiance de grands éleveurs-propriétaires. Ses bons résultats n’ont fait que consolider cette confiance et, pour entamer 2018, le jeune professionnel peut compter sur quarante 2ans, dont vingt-trois femelles (pour consulter la liste : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2018/02/devin.pdf)

Al Johrah, une certaine audace. Son effectif de juniors a augmenté logiquement au fil des ans. En 2013, il a couru six 2ans. L’année suivante, il a enregistré trois succès avec huit sujets courus. C’est en 2016 qu’il a franchi un vrai cap avec les juveniles, quand Al Johrah (Bated Breath), pour les couleurs Al Shaqab, s’est classée deuxième des Queen Mary Stakes (Gr2) de Lady Aurelia, puis du Robert Papin (Gr2), avant de terminer quatrième du Darley Prix Morny (Gr1).

L’an passé, Henri-François Devin a couru vingt-quatre 2ans. Quatre se sont imposés et la meilleure a été Victoria’s Angel (Dark Angel), qui a couru huit fois, pour une victoire et six places. Sedary (Style Vendôme) a permis à son jeune père de remporter un premier succès. Collate (Oasis Dream), pour la casaque Abdullah, et Miss Sienna (Equiano), pour celle de Rebcca Hillen, sont ses deux autres gagnants de 2ans.

Toronado tête de liste. L’équipe 2018 est plus costaud. Al Shaqab Racing est le propriétaire le plus représenté avec sept 2ans, dont trois produits de leur étalon Toronado et deux d’Olympic Glory. Ballymore Thoroughbred lui en a confié cinq, toutes des femelles. Le prince Abdullah arrive ensuite avec quatre 2ans, soit autant que Rebecca Hillen (parfois associée avec l’entraîneur lui-même). L’étalon le plus représenté est Toronado, avec quatre produits issus de sa première année de monte. Une responsabilité de plus pour le jeune entraîneur, qui en a l’habitude (il avait mis en lumière Bated Breath, ou encore Style Vendôme l’an passé). La majorité des 2ans sont des produits maison, à l’exception notable de ceux défendant les intérêts de Rebecca Hillen, dont le courtier de mari parcourt les ventes aux quatre coins du monde.

Nos cinq coups de cœur

  • N. (M2)

Super Ninety Nine & Macellya, par Testa Rossa

Propriétaire : Mme R. Ehrnrooth

Éleveur : Haras de Bourgeauville

Des noms qui fleurent bon l’Amérique, et pourtant ce mâle (né tardivement, le 22 mai) est bien un produit de l’élevage de Bourgeauville. Son père, Super Ninety Nine, est un fils de Pulpit, qui a peu couru et a débuté la monte à 5.000 $ en 2015. Autant dire que ses produits enregistrés sur France Galop sont rares… Ce poulain est même le seul ! Sa mère, Macellya (Testa Rossa), fut une bonne 2ans, troisième du Prix Thomas Bryon (Gr3) pour sa deuxième sortie, avant de poursuivre sa carrière aux États-Unis. Seule sa date de naissance tardive ne va pas dans le sens d’une certaine précocité.

  • N. (F2)

Sea the Stars & Twyla Tharp, par Sadler’s Wells

Propriétaire/Eleveur : Al Shaqab Racing

Changement de cap radical : on peut parler de classicisme avec cette fille de Sea the Stars et de la bonne Twyla Tharp (Sadler’s Wells), déjà mère de The Fugue (Dansili), gagnante de quatre Grs1. On ne va pas lui demander de briller dès le premier semestre de ses 2ans, mais elle sera sans doute à surveiller à l’automne.

  • N. (F2)

Dutch Art & Astrologie, par Polish Precedent

Propriétaire : en instance

Éleveur : Haras du Mézeray

C’est l’une des rares yearlings achetées aux ventes. Astute Bloodstock avait mis 170.000 €, au mois d’août, pour se la faire adjuger. Sa mère est gagnante de deux Listeds (Thiberville et Liancourt), et Dutch Art a pu ramener de la précocité et de la vitesse sur cette souche dont sont issus Cheikeljack, Blue Canari, Mtoto. Elle est née tôt (le 2 février) et tentera d’être la plus précoce de la famille !

  • D’ORO DIVA (F2)

Medaglia d’Oro & Daring Diva, par Dansili

Propriétaire : K. Abdullah

Éleveur : Juddmonte

Sa mère, Daring Diva (Dansili), qui était entraînée par André Fabre, a débuté au mois de mai de ses 2ans. Elle a d’ailleurs fait l’essentiel de sa carrière à ce jeune âge. Au haras, elle a déjà donné trois produits intéressants : Caponata (Selkirk), deuxième de Blandford Stakes (Gr2)  notamment, Brooch (Empire Maker), lauréate des Lanwades Stud Stakes (Gr2), et Raymonda (Lonhro), placée de Groupe.

  • MONTAIGU (M2)

Rajsaman & Milanaise, par Marignan

Propriétaire : G. Augustin-Normand

Éleveur : Scea Plessis

Un coup de cœur comme une madeleine de Proust. Milanaise (Marignan) est la poule aux œufs d’or de Michel Plessis. Elle lui a en effet déjà donné les placés de Poule d’Essai Milanais (Dyhim Diamond), deuxième du Lagardère (Gr1) et Veneto (Panis), deuxième de la Poule d’Essai (Gr1). La Sardane (Kingsalsa), gagnante du dernier Prix de Sandringham (Gr2), est aussi issue d’une fille de Milanaise. Bref, ce Montaigu, propriété de Gérard Augustin-Normand et acheté 100.000 € en août, tentera de perpétuer cette belle histoire…