Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

EN RÉGIONS - Angers continue de regarder vers le haut

Courses / 21.02.2018

EN RÉGIONS - Angers continue de regarder vers le haut

 

L’hippodrome d’Angers cherche toujours à innover afin de conquérir un plus large public. François Saint-André, le président de l’hippodrome d’Éventard, nous a raconté ses dernières innovations.

Jour de Galop. – Comment s’est déroulée la première réunion de galop de l’année, qui a eu lieu le 15 février ?

François Saint-André. – Nous n’avons malheureusement pas eu beaucoup de partants mais la réunion s’est bien déroulée, sur un terrain lourd. Nous avons eu très peu de chutes et aucun blessé parmi les chevaux et les jockeys, ce qui est essentiel. Comme cette réunion a eu lieu en semaine, nous n’avons pas eu beaucoup d’affluence mais je compte bien sur la prochaine réunion qui aura lieu dimanche prochain pour rassembler un public plus nombreux. D’autant plus qu’il y a davantage de chevaux engagés par rapport à la fois précédente.

Quelles sont les dernières modifications apportées à l’hippodrome ?

Nous avons fait agrandir les aires de départ des courses de trot. Pour ce qui est de l’obstacle, nous avons rénové toutes les haies mobiles afin qu’elles répondent aux dernières normes. La ville nous a également permis d’installer un système qui permet de remplir directement les réserves d’eau. En effet, nous n’avons pas de puits sur l’hippodrome, mais de grandes réserves qui se remplissent d’eau de pluie. Jusqu’alors, j’étais assez inquiet lors des périodes de sécheresse car il arrivait parfois que les réserves soient vides. C’était aussi la préoccupation des professionnels qui craignaient un terrain trop sec. Grâce à ce nouveau dispositif, nous ne connaîtrons plus de problème d’arrosage !

Quels moyens utilisez-vous pour rentabiliser l’hippodrome et attirer du monde aux courses?

Il y a évidemment les vingt réunions annuelles à Angers, mais nous organisons régulièrement de nombreuses animations en dehors des jours de courses afin d’attirer le public. Par exemple, du 9 au 14 mars prochain, un cirque va s’installer au cœur de l’hippodrome. Le 13 mai, nous organiserons ce que nous appelons "la journée des familles" : toutes les personnes qui se présenteront chapeautées se verront offrir l’entrée de l’hippodrome. L’année dernière, plus de 500 personnes sont venues lors de cette journée. Il faut apporter de la convivialité afin de susciter l’intérêt du public. L’avantage, c’est que l’hippodrome est situé à dix minutes du centre-ville ; par conséquent, les gens n’ont pas de problème de stationnement et ils sont plus enclins à venir aux courses. Il est également possible de louer les espaces de l’hippodrome pour certains événements tels que des soirées, des réunions, des conférences…

Par ailleurs, je suis en relation avec les autres hippodromes de la région afin que nous trouvions des solutions ensemble pour attirer davantage de monde aux courses. Nous sommes restés trop longtemps isolés, nous devons désormais nous entraider. Aucun projet concret n’est encore défini mais nous sommes motivés.