CES PAYS QUI MISENT SUR LA JEUNESSE - Des projets ultra-ambitieux pour rajeunir la filière hippique

International / 03.03.2018

CES PAYS QUI MISENT SUR LA JEUNESSE - Des projets ultra-ambitieux pour rajeunir la filière hippique

CES PAYS QUI MISENT SUR LA JEUNESSE

Des projets ultra-ambitieux pour rajeunir la filière hippique

 

Au moment où l’on veut renouveler le public des courses, des jeunes du monde entier essaient, dans leur pays, de transmettre leur passion pour le sport hippique. Nous avons donné la parole à ces jeunes passionnés qui sont peut-être en train de fabriquer l’avenir de notre filière… Après l’Australie et les États-Unis, voici l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

Par Charlotte Rimaud

 

En France, Aux Courses Les Jeunes (ACLJ) est à présent bien connu. Cette association de type non lucratif (loi de 1901) a pour but de faire découvrir les courses et leurs coulisses aux étudiants et aux jeunes actifs. Dans cet objectif, Aux Courses Les Jeunes organise des événements tout au long de l’année, tels que des visites de centres d’entraînement, mais aussi de haras, ainsi que des journées aux courses et aux ventes. ACLJ essaye d’accueillir les participants à des coûts avantageux, dans une ambiance jeune et conviviale. De son côté, France Galop a créé sa propre "marque de fabrique" sous le nom de We Are Horseracing, proposant des services de billetterie à prix réduit, de la mise à disposition de mobilier pour des événements comme ceux organisés par Aux Courses Les Jeunes par exemple...

 

En Grande-Bretagne…

Melissa Parris : « Nous offrons une bourse d’études pour accéder à des formations. »

L’équivalent britannique de la Fédération des éleveurs du galop a créé son propre club de jeunes passionnés des courses. Ses objectifs sont très ambitieux : il s’agit de faire découvrir les courses et l’élevage, mais également de créer des vocations pour occuper les nombreux postes vacants dans la filière hippique britannique.

 Particularité du projet britannique : Ce club a un cheval d’obstacle à l’entraînement. De nombreuses formations sont mises en place, avec une forte présence de l’élevage et de l’information sur les carrières hippiques. FIN APLAT

 

Jour de Galop. - Pourquoi avoir créé The Thoroughbred Club ?

Melissa Parris. - Le Thoroughbred Club a été créé par la Thoroughbred Breeders’ Association [l’équivalent de la Fédération des éleveurs du galop, ndlr] pour promouvoir l’accès à l’élevage et aux courses. Cela passe par la formation, les événements et les salons. Notre but est d’encourager et de stimuler la passion pour le sport hippique.

 

Quels sont vos événements ?

Le club a pour objectif d’emmener ses membres dans les coulisses de certains des meilleurs élevages, tout en leur offrant la possibilité d’assister à certaines des plus prestigieuses courses de plat et d’obstacle au Royaume-Uni.

Nous aidons également nos membres à progresser dans leur carrière, en leur offrant une bourse d’études. Elle peut être utilisée pour accéder à des formations ou à du perfectionnement professionnel. Nous leur offrons aussi des places gratuites ou à prix réduit pour des formations comme la "Three-day Stud Farming Course". Cette formation accélérée et orientée élevage se tient chaque année à la British Racing School. Nous avons par ailleurs un rôle de conseil pour ceux qui se posent des questions sur les carrières professionnelles dans la filière. Cela passe par des blogs tenus par des employés de la filière. Cette année, nous avons l’intention d’organiser une session spéciale afin de présenter les métiers et les évolutions possibles dans le monde des courses.

 

Qui sont vos membres ?

Les motifs d’adhésion sont nombreux. Nous avons des passionnés qui aiment les courses et veulent avoir un certain contact avec la filière. Il y a aussi de jeunes professionnels qui veulent bénéficier des nombreux avantages que nous offrons. Enfin, nous avons beaucoup d’étudiants parmi nos membres. Ils trouvent que c’est une excellente façon de rencontrer des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt, lors de nos événements, en profitant de cette occasion pour "réseauter".

 

Comment fidélisez-vous vos membres ?

Ils ont d’une part accès à la grande diversité d’événements et d’avantages que nous proposons. Mais ils bénéficient également de tarifs intéressants et parfois même d’offres gratuites leur permettant d’obtenir des badges pour certaines réunions de courses, ainsi que des billets à moitié prix pour deux jours du meeting de Royal Ascot.

Nous avons aussi notre propre cheval, Mercian King (Robin des Prés). Ce sauteur est à l’entraînement chez la jeune Amy Murphy. Nos membres ainsi ont la chance de pouvoir vivre l’expérience de la propriété pour le temps d’une journée, en obtenant des badges pour le voir courir. Nous suivons également quelques juments sur une année, à compter du poulinage. Nous informons nos membres à des moments clés du développement des poulains afin d’aider ceux qui ne font pas partie du monde du cheval à mieux comprendre le processus permettant d’amener un poulain jusqu’aux courses.

Nous encourageons tous ceux qui s’intéressent à la filière à se joindre à nous, peu importe d’où ils viennent. Le club a pour but d’ouvrir les portes à des jeunes qui veulent se lancer dans une carrière hippique, ou à ceux qui ont tout simplement une passion pour le sport et qui cherchent un moyen d’être mieux intégrés au monde des courses.

 

Recevez-vous un soutien financier ?

La Thoroughbred Breeders’ Association finance le Thoroughbred Club au quotidien. Nous avons également reçu des subsides de la Racing Foundation, qui a généreusement cofinancé nos formations. Nous sommes également soutenus par des hippodromes, qui nous offrent des badges, et par des professionnels que nous invitons et qui donnent gratuitement de leur temps pour soutenir le club.

 

Quels sont vos projets pour 2018 ?

Cette année, nous avons planifié un certain nombre de visites qui s’annoncent passionnantes. Il y aura notamment une visite guidée de Chasemore Farm à Surrey, suivie le même jour d’une après-midi de courses à Sandown Park. Pendant l’été, nous offrons une visite de deux des plus grands haras de Newmarket, Juddmonte Farms, où vit Frankel (Galileo), ainsi qu’une rencontre avec les étalons de Darley, à Dalham Hall Stud, où Dubawi (Dubai Millenium) est stationné. En novembre, nous organiserons encore une fois notre formation de deux jours sur les carrières dans la filière hippique, dans les locaux de Tattersalls à Newmarket. Cette présentation mettra en avant les opportunités professionnelles qu’offre l’industrie. Cela comprend les postes de travail dans les haras, dans l’administration, les assurances, les ventes, le marketing... Les personnes présentes pourront se renseigner sur les nombreuses possibilités de carrière offertes par la filière hippique. Nos membres et des professionnels sont prêts à transmettre leurs connaissances et leur expérience.

 

 

En Allemagne…

Stephanie Klee & Mareike Werning-Hagemann : « Cette année nous voulons nous rendre aux courses à Deauville. »

Avec le German Racing Next Generation, la filière hippique allemande dispose d’un projet très ambitieux de promotion des courses et des paris hippiques auprès de la jeunesse. Cette structure organise de nombreux événements, y compris hors d’Allemagne. Grâce à des mécènes, ce groupe de jeunes a deux chevaux sous ses couleurs.

Particularité du projet allemand : Le Racing club dispose de deux chevaux et il va gérer la reconversion de ces derniers. German Racing Next Generation organise des formations aux paris hippiques. 

 

Jour de Galop. - Pourquoi avoir créé German Racing Next Generation ?

Stephanie Klee & Mareike Werning-Hagemann. - GRNG a été fondé afin de rendre les courses de galop en Allemagne plus attrayantes pour le jeune public. Les passionnés de courses et ceux qui veulent le devenir peuvent se retrouver dans cette communauté et établir des liens autour de la passion du sport hippique. Des événements sont au programme ainsi que des visites dans les coulisses, avec notre jeune écurie de courses « just4turf ». En outre, nous envisageons de créer une base de données pour le "réseautage". German Racing Next Generation a été fondé à la suite du concours Concept Challenge Racing allemand [un brainstorming sur la filière hippique organisé en 2012, ndlr]. Nous sommes d’ailleurs l’organisation officielle des jeunes en Allemagne. Notre conseil d’administration est composé de deux conférenciers et de deux collaborateurs. De plus, il y a l’équipe de gestion de projet de notre écurie de course "just4turf" qui compte quatre collaborateurs et un porte-parole.

 

Quels sont vos événements ?

Outre l’assemblée générale et la fête de Noël, nous organisons désormais un voyage à l’étranger pour découvrir d’autres manières de vivre les courses. L’année dernière, nous sommes allés à Dublin. Cette année, nous voulons nous rendre aux courses à Deauville. Le "pique-nique en blanc" est l’une de nos nombreuses activités. Nous avons également l’écurie just4turf, avec deux chevaux de course : notre bien-aimé Hot Like Mexico, par le vainqueur du Derby Adlerflug, et Halbmond, un 2ans issu de l’incroyable vainqueur de Derby Sea the Moon. Ils sont le fruit de la générosité de grandes écuries : le Gestüt Röttgen et le Gestüt Görlsdorf. Nous en sommes particulièrement fiers. De plus, nous essayons de soutenir les courses avec d’autres projets tels que notre « école de paris ». Nous avons notre propre stand où nous expliquons les paris hippiques et leurs règles aux visiteurs lors des jours de course. Dans notre nouveau projet "Next Chance", nous formons professionnellement notre ancien cheval de course "Angreifer" à devenir un cheval d’équitation. Ce projet devrait servir de prélude à une importante plateforme de reconversion et de réinsertion en Allemagne.

 

Qui sont vos membres ?

Ils ont des profils variés. Cela va des professionnels des courses jusqu’aux néophytes. En fait, tout le monde se retrouve dans notre club. Il y a à la fois des étudiants et des néophytes qui ont entendu parler des courses. Ils veulent approfondir leurs connaissances. Parmi nos membres, nous avons également des gentlemen-riders et des jockeys.

 

Comment fidélisez-vous vos membres ?

Au travers des activités du club, nous essayons constamment d’inciter nos membres à participer. Comme nous sommes une association active dans toute l’Allemagne, avec environ 180 membres, ce n’est pas toujours facile. Mais nous organisons nos événements afin de permettre au plus grand nombre de membres d’avoir un événement près de chez eux. En particulier grâce à notre écurie just4turf, nous pouvons offrir à nos membres un avant-goût du propriétariat. C’est formidable de pouvoir être dans le rond de présentation avant la course, d’encourager le cheval pendant l’épreuve et d’être autorisé à poser sur la photo avec l’entourage en cas de victoire. Nous offrons cette expérience moyennant une cotisation relativement faible. Les victoires de nos chevaux et les publicités dans les médias hippiques représentent de bons moyens de recrutement pour notre association. Dans le même temps, nous accueillons aussi de plus en plus de professionnels de la filière hippique (jeunes cavaliers, cavaliers d’entraînement et enfants de propriétaires). Cela crée un mélange équilibré entre néophytes et professionnels.

 

Recevez-vous un soutien financier ?

Nous sommes bien sûr financés par nos cotisations. Elles ne coûtent que 80 € par an. Ajoutez à cela le grand soutien des écuries Röttgen et Görlsdorf, qui financent les chevaux pour l’écurie just4turf. Sans ce soutien, le travail de l’association ne serait pas possible. Le projet "Next Chance" est placé sous l’égide de notre société mère, l’Institution des courses et de l’élevage allemand.

 

Quels sont vos projets pour 2018 ?

Actuellement, le projet "Next Chance", avec la reconversion de notre cheval Angreifer, est au centre de nos préoccupations. Pour nous, il est très important de l’accompagner aussi progressivement et professionnellement que possible dans sa nouvelle vie. Il se dirige vers les sports équestres. Et nous voulons accompagner ce processus en interne. De plus, notre école de paris connaît un réel succès. Nous allons encore une fois expliquer les paris aux visiteurs cette saison. Depuis un certain temps, nous travaillons sur une série de séminaires qui seront animés par des conférenciers spécialisés. Nous sommes impatients d’assister à nos événements à l’étranger. Un jour, nous aimerions même nous rendre en Australie ou à Dubaï et, ainsi, développer nos relations à l’international. Nous avons déjà des contacts avec de jeunes organisations en Irlande et en Australie. Il est important de créer un vaste réseau international de jeunes talents et de supporters. En outre, nous aimerions établir et renforcer les collaborations avec d’autres jeunes structures en Allemagne : le jeune conseil d’administration du Hamburg Racing Club et l’organisation des jeunes propriétaires.

 

Stéphanie Klee est chef de projet de just4turf au sein de German Racing Next Generation. Au quotidien, elle est psychologue à l’Université des forces armées allemandes de Munich. Elle nous a expliqué : « En ce moment, je termine ma thèse de doctorat. Plus jeune, j’étais toujours dans le milieu des chevaux, je faisais de l’équitation et de la voltige. En 2013, un de mes amis a sauvé un ancien cheval de course de l’abattoir. Le cheval était traumatisé. Je l’ai acheté et j’ai commencé à travailler avec lui. C’est maintenant un cheval très doux et le meilleur que je puisse souhaiter. J’ai ensuite fait des recherches sur son histoire et c’est ainsi que j’ai commencé à m’impliquer dans la filière hippique. »

Mareike Werning-Hagemann est la porte-parole de German Racing Next Generation. Elle travaille à plein temps dans l’immobilier. Quand elle avait 14 ans, sa famille a déménagé dans une maison à côté de l’hippodrome de Dortmund. Pendant ses loisirs, elle passait beaucoup de temps dans les écuries de courses. Elle y a rencontré son mari et monte en tant que jockey amateur.