C’est enfin le début de la saison du gazon en Angleterre !

Courses - International / 23.03.2018

C’est enfin le début de la saison du gazon en Angleterre !

C’est enfin le début de la saison du gazon en Angleterre !

Le Totopoly est un vieux jeu de société sur les courses. Les fans du galop anglais vont enfin pouvoir le ranger dans sa boîte, car l’hiver est terminé. Ils vont aussi pouvoir arrêter leurs recherches pour le Ten To Follow, le fantasy game qui vous permet de recruter les chevaux de votre écurie. En effet, samedi à Doncaster, c’est le début de la saison sur le gazon. Même si le galop a changé. Même si la championne Enable (Nathaniel) a débuté sur la P.S.F. Nous en avions tous marre du sable – qui donne toujours de fausses impressions – et de l’hiver. Combien de chevaux nous ont tapé dans l’œil, en faisant un truc "à la Ribot" sur la P.S.F., avant de rentrer dans les rangs au premier test sur le gazon ? Le vert, il n’y a que ça de vrai !

C’est le signe que le printemps est arrivé, même si ce samedi à Doncaster le terrain est annoncé souple. La pluie devrait, elle aussi, être au rendez-vous. Le programme propose deux Listeds : le Cammidge Trophy pour les sprinters et le Doncaster Mile. Mais les courses les plus attendues ne donnent pas droit au black type. Tant pis : le galop a vécu sans problème pendant deux siècles sans cette obsession du caractère gras.

Quand Sir Gallahad gagnait le Lincoln. Une des courses les plus populaires de la saison anglaise est le Lincoln, un handicap qui s’est couru la première fois en 1853. C’est le vrai coup d’envoi de la saison. Pour avoir une idée de ce qu’il représentait dans l’imaginaire des turfistes, il suffit de se rappeler que les chevaux de Totopoly portaient les noms des douze gagnants du Lincoln, de 1926 à 1937. Les inventeurs du jeu ont raté de très peu le nom du plus célèbre gagnant du Lincoln, le FR Sir Gallahad (Teddy) qui avait remporté l’édition 1924, à l’âge de 4ans. La saison précédente, il avait gagné la Poule d’Essai des Poulains et le Prix Jacques le Marois. Il fut vendu, après une saison au Haras du Bois Roussel, en 1926 et il est devenu le champion sire pendant quatre saisons aux États-Unis.

Le français Lord Glitters est le top-weight. Il n’y a pas de Sir Gallahad parmi les vingt-deux partants de l’édition 2018, mais le niveau de la course est élevé. Le top Wright revient au FR Lord Glitters (Whipper) qui a été acheté l’année dernière à la Vente d’Été Arqana pour 270.000 €. L’ancien pensionnaire de Christophe Lotoux a remporté le Balmoral Handicap (155.000 £ au gagnant) lors du Champions Day à Ascot. Il est crédité d’un rating 107. Deux autres FR seront également en piste : l’outsider London Protocol (Muhtathir) et l’ex Pantall Leader Writer (Pivotal) qui est capable de surprendre.

Bravery et un doublé presque impossible. Lord Glitters est entraîné désormais par David O’Meara qui présente aussi Bravery (Galileo), le lauréat de l’année dernière. Après ce succès, il a couru onze fois sans gagner et son rating est descendu à 97, soit trois de moins que lors de sa victoire en 2017. Gagner deux fois le Lincoln, c’est mission presque impossible. Seulement deux ont réussi. Le dernier fut un certain Babur (My Babu) en 1957 et en 1958.

Brocklesby, les premiers 2ans. L’autre course non black type, tout aussi célèbre, c’est les Brocklesby Stakes. Il s’agit du premier rendez-vous de la saison pour les 2ans depuis 1875. En 2016, The Last Lion (Choisir) avait fait ses débuts victorieux dans cette épreuve avant de terminer sa campagne par un succès dans les Middle Park Stakes (Gr1). Il est aujourd’hui étalon. D’autres bons sprinters sont sortis des Brocklesby, et dans le palmarès il y a aussi Donovan (Galopin) qui a gagné le Derby et le Saint Léger en 1889.

La FR Eviya Rose après la neige de Saint-Cloud. Le lot de cette année est composé de quatorze juniors, avec une majorité de poulains (douze). C’est le contraire de ce qui se passe en France. Ils sont tous inédits sauf une pouliche, la FR Eviya Rose (Evasive), qui n’avait pas apprécié la neige de samedi à Saint-Cloud où elle a terminé huitième dans le Prix de la Marche. Son entraîneur George Baker remet le paquet et il a embauché l’apprenti Jason Watson pour s’assurer sept livres de décharge. Le favori est Langholm (Dark Angel), un pensionnaire de Declan Carroll acheté 100.000 € chez Goffs Orby. Le spécialiste Richard Fahey propose Wasntexpectingthat (Foxwedge). Trois des partants sont issus de l’étalon de première production Bungle Inthejungle (Exceed and Excel).